L’emblématique modèle de chez Specialized, le Stumpjumper, voyait son opus Evo évoluer il y a quelques jours à peine… C’est désormais au tour du modèle “classique” d’en faire de même !

Alors, l’icône américaine conserve-t-elle l’héritage de son prédécesseur ? Tire-t-elle aussi parti des progrès fait sur le Stumpjumper Evo ? En quoi ce Stumpy change-t-il vraiment ? Visuellement ? Techniquement ? Et en détail, qu’en est-il ? On fait de suite les présentations pour y voir plus clair…

 


Temps de lecture estimé : 6 minutes – Photos : Specialized


 

 

Specialized Stumpjumper

  • Usage All Mountain
  • Débattement 140 mm AV et 130 mm AR
  • Cadre full carbone ou alu
  • Reach 475 mm en taille S4, offset 44 mm
  • Roues 29 pouces AV/AR

 

Specialized Stumpjumper

Pour 2021, le dernier Specialized Stumpjumper débarque avec un tout nouveau cadre qui s’offre une particularité intéressante… Mais bien que renouvelé, il reste aussi de la trempe des derniers Specialized :

 

Des lignes proches de l'ancien...

En effet, au premier coup d’oeil, ce nouveau Stumpjumper ne surprend pas : la disposition des triangles/biellettes change guère, celle de l’amortisseur aussi, les lignes globales restent proches, le Side Arm est toujours là…

Mais lorsqu’on jette un oeil plus acéré, on remarque bien quelques détails subtils qui procurent malgré tout un rajeunissement visible et bienvenu à ce dernier Stumpjumper :

D’abord le toptube est plus droit que l’ancien, moins coudé au niveau de la jonction avec le Side Arm, qui est d’ailleurs plus imposante. Le Side Arm est lui affiné, alors que le toptube, notamment proche du tube de selle, s’épaissit. Tout ça, pour optimiser la rigidité du triangle avant autour de la fixation de l’amortisseur et, au bout du bout, le comportement global du cadre. Le forme des tubes en carbone évolue aussi légèrement pour quelque chose d’un poil plus anguleux, surtout moins rond qu’avant. Enfin, la biellette est plus inclinée qu’auparavant, et le triangle arrière s’affine fortement…

Des détails qui le rapprochent finalement de son frère, le Evo, histoire de garder une certaine uniformité et une identité de marque facilement reconnaissable. D’ailleurs s’en inspire-t-il pas plus que ça ? C’est ce que nous allons voir côté géométrie…

 

Une géométrie qui suit la tendance !

S’il reste moins atypique que le modèle Evo, ce nouveau Stumpjumper évolue tout de même assez fortement en matière de géométrie. Il se dévergonde en suivant logiquement la tendance :

 

En taille S4 : le reach s’allonge de 30 mm, ce n’est pas rien. Puis l’angle de direction se ferme d’1,5 degré, et le tube de selle se redresse de 2 degrés : là aussi ce sont de francs changements. Ensuite, les bases se raccourcissent à peine en passant de 437 à 432 mm bien qu’elles soient désormais évolutives entre les tailles : 442 mm pour les tailles S5 et S6. Enfin, le boitier de pédalier plonge de presque 10 mm… Bref, la lecture de ces chiffres confirme amplement qu’il suit la tendance Longer, Lower & Slacker… sans pour autant atteindre les valeurs d’un Evo !

 

Une suspension retravaillée et inédite !

Justement… perte de 10 mm de hauteur de boitier, haubans affinés, inclinaison de la biellette très différente… n’y a-t-il pas de quoi s’interroger sur la suspension !? Il suffit de jeter un oeil aux bases du triangle arrière pour comprendre : le point de pivot du Horst Link a disparu !

Effectivement, ce nouveau Stumpjumper compte bien sur la flexibilité de son triangle arrière pour assurer le mouvement nécessaire au fonctionnement de la suspension. Fini le point de pivot axe + roulement, place au Flexstay !

Une prouesse technique possible grâce à quelques choix précis… Le premier, et indispensable : l’usage d’un matériau élastique, ici la fibre de carbone. Et le second, très certainement, la diminution du débattement de 140 à 130 mm puisque la flexibilité a ses limites, 10 mm de débattement en moins c’est une amplitude de travail/flexion du triangle arrière moins importante.

En plus de ça, le Specialized Stumpjumper 2021 évolue en progressivité. Sa courbe de ratio le montre, autour des 18% de progressivité et surtout une forte pente de la courbe, qui traduit une forte progressivité, en début/milieu de plage.

Un fait qui découle d’une volonté ? Ou d’une contrainte technique due au Flexstay ? Qu’importe. Pour le moment, cela implique l’usage d’un amortisseur à plus gros volume que pour le précédent Stumpjumper, avec des settings, là aussi, différents.

 

 

Vis-à-vis du Stumpjumper Evo

Pas facile d’en parler sur le papier… mais quelques réflexions peuvent nous aiguiller sur leurs orientations. Qui se doivent d’ailleurs de différer pour que le Stumpjumper classique et le Stumpjumper Evo cohabitent légitimement au sein de la gamme Spé.

Le Evo tire ses évolutions 2021 en matière de suspension de son grand frère l’Enduro, taillé pour l’Enduro. Quand le Stumpjumper du jour s’inspire de l’Epic pour évoluer. Un signe qui peut en dire long sur leurs capacités et leurs prédestinations.

Reste qu’en matière de géométrie, c’est plus fin puisque l’Evo propose une ou deux positions de géométrie proches de celles du Stumpjumper, au point que dans l’ensemble elles se confondent. À croire donc, que de ce point de vue ci, seuls leurs débattements peuvent vraiment les différencier. Ce qui nous pousse donc à croire, et on l’espère, que le Stumpjumper se démarque franchement du Evo à la pédale et que le Evo se démarque autant de son frère en descente. Auquel cas ils trouveront leur place facilement, les usagers avec…

 

 

Que retenir !?

Suite aux présentations, ce nouveau Stumpjumper, proche visuellement de l’ancien, évolue tout de même pas mal… Après l’Epic, et sa déclinaison Evo, qui ont seulement 100/110 mm à l’arrière, Specialized réitère et pousse le bouchon un peu plus loin. 20 mm plus loin exactement !

Le Stumpjumper bénéficie donc maintenant de la même technologie Flexstay et conserve au passage son statut de vélo historique puisqu’il est un des seuls vélos All Mountain de 130mm à offrir cette technologie là, si ce n’est le seul actuellement – le Transition Spur en fait de même avec 120mm.

Mis à part les évolutions esthétiques, mécaniques et géométriques, qu’apporte vraiment l’usage du triangle arrière flexible ? Qu’en est-il du comportement de la suspension ? Comment réagit-il au pédalage ? Tout un tas de questions que seul l’essai terrain pourra éclairer prochainement. Au regard de la gamme, où des modèles alu existent, cette technologie n’est finalement pas pour tous

 

 

La gamme

… et oui ! Pour plusieurs raisons d’ailleurs : les modèles alu ne permettent pas d’avoir un triangle arrière flexible et conservent donc le point de pivot habituel du Horst Link cher au FSR de chez Specialized et les prix, qui restent globalement inchangés face aux habitudes de la marque américaine. C’est donc 6 modèles dont 2 alu qui constituent la gamme des Stumpjumper 2021 :

  • Specialized Stumpjumper S-Works – 9999€ :

 

  • Specialized Stumpjumper Pro – 7499€ :

 

  • Specialized Stumpjumper Expert – 5299€ :

 

  • Specialized Stumpjumper Comp – 3999€ :

 

  • Specialized Stumpjumper Comp Alu – 2999€ :

 

  • Specialized Stumpjumper Alu – 2199€ :

Article lu 10 284 fois. Merci !