Tito Tomasi nous fait partager un trip VTT de Chamonix à Zermatt qu’il avait réalisé en 2018 en compagnie de Joey Schusler et Thomas Woodson, tous équipés légers à l’arrache sans aucune contrainte de temps. 250km et 6 jours d’aventure en photos et vidéo !

 


Temps de lecture estimé :  7 minutes – Photos : Joey Schusler, Thomas Woodson & Tito Tomasi


 

 

Jour 1 – Chamonix – La Tzoumaz. 45Km 1542M

Jour 2 – La Tzoumaz – Evolene. 52km 2360m

Jour 3 – Evolene – Saint Luc. 44Km 2300m

Jour 4 – Saint Luc – Gruben. 35Km 2245m

Jour 5 – Gruben – Zermaat. 22.5km 1023m

Jour 6 – JOUR BONUS – Zermaat – Visp. 53Km 530m

 

 

 

Joey adore l’aventure et moi aussi

 

Mon histoire avec Joey a commencé avec quelques messages internet à l’époque de son périple au Pérou quand il avait roulé la cordillère Huayhuash quelques années avant moi. Depuis lors j’ai suivi son travail de photo et de vidéo d’aventure. On s’est rencontré en Nouvelle-Zélande où on avait roulé quelques jours ensemble, c’était enfin l’occasion de se rencontrer et d’échanger des idées. Beaucoup d’énergies pour cette rencontre !

Plus tard j’ai pu lui donner le parcours pour son aventure en Géorgie et Joey m’aida au Colorado quand j’ai tenté le Colorado trail en 2016. Après cela on a continué à parler d’un voyage VTT ensemble, attendant une opportunité.

Au printemps 2018, on s’est dit que c’était le moment de s’évader ensemble dans les Alpes sous le ciel d’été. De mon côté quelques projets avaient été annulés donc j’avais un peu de temps et je pouvais programmer cela. J’ai commencé à travailler sur des itinéraires, avec des choses très excitantes et assez épiques. Puis Joey m’a appelé quelques mois avant pour me confirmer qu’il venait en août avec Thomas Woodson.

 

Arrivés à Annecy

 

 

Thomas et Joey sont arrivés à Genève quelques jours avant notre aventure, je les ai accueilli à la maison pour monter les bike et bien-sûr se faire un bon repas local. A ce moment-là notre plan n’était pas sûr à 100 %, je leur ai proposé plusieurs options mais finalement c’est la traversée Chamonix – Zermatt qui leur plu le plus. Ensuite nous avons parlé de notre organisation pour les nuits : soit bivouac, soit en refuge et là on a inventé une troisième option : les bivouacs à l’arrache !

À ce moment-là j’habitais près d’Annecy, c’était le terrain de jeu parfait pour les aider à s’acclimater. On est donc parti rouler un beau tour dans les Bauges, quelque chose de technique autour du lac avant d’aller à Chamonix. De bonnes grosses montées raides et des descentes de folie, il y avait du portage et des épingles. La bonne combinaison pour montrer le style alpin et les sentiers. Le soir même nous étions à Chamonix pour manger un repas bien local, quelques bières du coin et on a été dormir sous un arbre à la sortie de la ville.

 

 

 

 

 

De vallée en Valais

 

Le lendemain matin, j’ai garé mon camion chez un copain et on est parti direction le Tour. Ce premier jour on partait de Chamonix direction Zermatt sans aucune contrainte de temps, on voulait rouler, profiter et faire de belles images. On a donc passé Argentière par le sentier pour ensuite arriver au Tour et prendre le télésiège pour le col de Balme, c’est à cet endroit que nous avons traversé la frontière Suisse pour rentrer dans une nouvelle vallée.

 

 

Le ton était donné, on allait passer de vallée en vallée et là on rentrait dans le Valais. On est descendu vers Finhaut pour une bonne succession de sentiers qui nous menèrent jusqu’à Martigny, de cette petite ville nous avons pris le train puis un autre télécabine pour finalement arriver en haut de Verbier. De là s’ouvraient des sentiers magnifiques dans la vallée mais on s’est arrêté à l’auberge de la Tzoumaz.

 

 

En discutant un peu avec les locaux, on a réussi à se faire prêter des couettes et des coussins, et on nous a ouvert le musée d’histoire naturelle du coin pour la nuit. Un endroit atypique pour un bivouac mais bien pratique dans ce voyage un peu fou.

 

 

Pour ce deuxième jour de périple notre but était d’atteindre le village d’Evolène, un classique dans ce district Suisse du Wallis. Je savais que c’était un gros jour qui nous attendait. Pas mal de cols à passer, légers et rapides dans ces ascensions immenses et la tempête qui nous menaçait. Quelle journée magnifique sur les sentiers, et une sensation de relâchement en arrivant au village d’Evolène. On est directement allé au restaurant pour manger une fondue classique et locale, celle qui est servie dans une énorme miche de pain ! On utilise le pain qui contient le fromage pour le tremper et se régaler, à la fin il reste plus qu’une tranche de pain, un repas diététique est parfait pour ce genre de journée !

 

 

Après une bonne nuit, le soleil est de retour et on commence notre troisième journée sur les sentiers. Traversant de nouveaux cols, légers et rapides, on a eu quelques grosses montées et le mauvais temps nous a vite rattraper ! On est arrivé à Saint Luc dans la tempête, ce genre de tempête estivale bien forte qui pète et qui fait vibrer les sommets. On était crevés mais trop contents d’être arrivés à Saint Luc entiers et on a trouvé un petit hôtel pittoresque pour la nuit.

 

Pour ce dernier jour, nous avons comme objectif de traverser deux vallées avant d’arriver dans celle de Zermatt. Cette dernière appelée Gruben allait nous accueillir pour camper, on avait projeté de dormir dans une cabane qu’on voyait sur la carte. On roulait donc avec du vin et du fromage dans les sacs, arrivés le soir la tempête était à nos trousses et finalement toutes les cabanes était fermées !

 

 

 

 

Un peu déçus, il a fallu prendre une décision rapidement et redescendre de 300m de dénivelé pour tomber sur une ferme. Quand on s’est pointé, on était complètement trempés, l’air misérables, mais les deux propriétaires nous ont ouvert et ce couple nous a offert l’hospitalité pour la nuit. Un moment de partage bien sympa, un super repas, en plus on avait le vin et le fromage à offrir.

Le lendemain nous sommes repartis, l’objectif était de passer le col Augstbord et remonter toute la vallée jusqu’à Zermatt. Une journée magnifique pleine de diversité, en effet depuis le col on a roulé des pierriers magnifiques dans un décor très minéral pour finalement arriver à quelques villages typiques perché sur les hauteurs et descendre ses sentiers balcon taillés dans la falaise !

 

 

Finalement on traversa une belle forêt par un sentier plein de rythme avant de remonter en train jusqu’à Zermatt. En arrivant on a décidé que le lendemain nous irions au sommet du Gornergrat pour profiter de cette endroit incroyable et de la vue sur le Matterhorn.

 

 

Il fallait s’organiser pour trouver un endroit où camper, donc direction le supermarché. De là on a trouvé à manger mais aussi des boîtes en carton qui allaient nous servir de matelas. On était partis sans rien pour camper, il fallait donc improviser chaque jour pour dormir dans les meilleures conditions possibles. Ce soir on a dormi dans un mazot, ses petits abris en bois qui servent à stocker la paille pour l’hiver, l’endroit parfait pour notre nuit au calme juste au-dessus de cette ville touristique. Juste après la douche dans la rivière on a donc installé notre lit dans le foin, on a mis tous nos habits et on a bien dormi.

 

 

Le lendemain, aux premières heures, on était déjà dans le train direction le sommet du Gornergrat pour une session photo d’anthologie ! Ce coin est vraiment grandiose, il domine une mer de glace somptueuse entouré de sommets enneigés et à droite le Matterhorn qui nous regarde dans un ciel immaculé.

 

 

On est resté là quelques heures à profiter du lieu et de la vibration spéciale. Les photos témoignent de ce beau moment ! À la suite de quoi on a pris la descente classique mais superbe, pour rallier la ville et pour continuer à vélo jusqu’au fond de la vallée, ce qui fait qu’on a descendu de 3000 mètres à 650 pour rallier Visp.

 

 

Quelle journée de folie, on s’est vraiment régalés ! Ensuite on a sauté dans un train qui nous a ramené à Martigny et de là un dernier train pour Chamonix. On arrive enfin au camion et ce fut le moment de se dire au revoir, je partais de mon côté vers la Grave pour un autre petit trip alors que Joey et Thomas restaient sur Chamonix faire des photos et profiter du fromage.

 

 

Après un bon voyage comme cela il était temps de se reposer un peu, d’y réfléchir et de profiter. Mais l’été est assez court et souvent on enchaîne les belles sorties, car la vie est une chance.

Vive la vie !

Tito

 

Chamonix-Zermatt – Le film !

Article lu 7 814 fois. Merci !