Ce jeudi 7 mai, le Premier Ministre s’exprimait pour donner les dernières précisions au plan de déconfinement en vigueur au 11 mai. Des annonces qui faisaient suite à celles du 28 avril devant l’Assemblée Nationale, qui faisaient elles-même suite aux premières fuites concernant cette reprise du sport dans l’hexagone. Bref, il est l’heure de faire un point précis sur ce qui est de nouveau autorisé, ou pas, d’ici au 2 juin désormais !

 


Temps de lecture estimé : 6 minutes


 

 

Département rouges & verts

Le message est clair. Le jeudi 7 mai, le Premier Ministre confirme suite à son précédent discours que le déconfinement peut avoir lieu à compter du 11 mai. Le plan de déconfinement en vigueur s’appuie néanmoins sur un principe : l’adaptation, département par département, et même région par région, en fonction de la circulation du virus. Des cartes indiquant la situation sont donc disponibles. Elles sont figées jusqu’au 11 mai, puis mises à jours régulièrement jusqu’à la fin mai.

Que notre département soit rouge ou vert ne change pas directement la donne en ce qui concerne la pratique VTT et les restrictions en vigueur et établies au niveau national. Il y a néanmoins des implications indirectes, notamment sur des mesures possibles localement, à travers les transports, et/ou les risques que l’on peut prendre compte tenu de la tension hospitalière. N’oublions pas que cette prudence faisait partie des raisons de confinement. 

 

 

 

Mesures en vigueur au 11 mai

Néanmoins, la situation est au vert dans une bonne partie du pays, et les situations synonymes de forte contamination possible semblent avoir retenues l’attention nécessaires des décideurs. Au 11 mai, la pratique du VTT s’oriente donc bien vers la bouffée d’oxygène que l’on pouvait espérer. Pour bien saisir, il suffit de répondre aux questions suivantes : Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi ?

Pratique du VTT autorisée

Après les débats sur la pratique autorisée ou non du VTT lors de la période de confinement, cette fois-ci, c’est clair : sous toutes ses formes, il est possible de faire du VTT, donc de l’Enduro, pour peu qu’on y respecte les règles et mesures sanitaires en vigueur à compter du 11 mai !

 

Tout le monde peut rouler

Comme on l’écrivait dans nos articles précédents, les plans de déconfinement prévoyaient éventuellement des mesures particulières pour les athlètes de haut niveau. Peu importe dirons-nous, puisque même les pilotes de niveau mondial dans notre discipline ne bénéficient pas de ce statut. Tout le monde, y compris eux pour l’entrainement, peut donc reprendre la direction des chemins.

Seule une discrimination est en vigueur vis-à-vis de ceux qui seraient diagnostiqués comme porteurs du virus ou cas contact. Les mesures leur demandent de s’isoler – jusqu’à 2 jours après la fin des symptômes pour les premiers, ou jusqu’à 14 jours pour les seconds – et donc de respecter des mesures similaires à celles vécues lors du confinement. Il n’est pas explicitement précisé ce qu’il en est de la pratique sportive dans ce cas, mais on peut logiquement en tirer des conclusions de prudence…

 

Accès aux forêts et lieux de pratique

C’était un débat lors du confinement. Malgré l’autorisation – précisée par le Premier Ministre – de pratiquer une activité physique individuelle dans un rayon de 1km autour de son domicile, certains habitants en lisière de massifs forestiers s’étaient vu interdit l’accès. C’était notamment le cas en région parisienne, dans les Vosges et dans le Var.

Cette fois-ci, le discours semble naviguer sur une ligne de crête étroite en faveur des pratiquants. Selon les détails du plan de confinement fournis par le gouvernement, l’accès aux forêts est autorisé, quelle que soit la situation du département dans lequel on vit (rouge ou vert). Le Sénat, dans son examen du projet de loi d’état d’urgence sanitaire, a d’ailleurs fait voter un amendement participant à rendre cet accès plus facile.

Jusqu’ici, l’accès était interdit sur arrêté préfectoral. À partir du 11 mai, l’accès semble d’office autorisé, mais il reste cependant la possibilité aux autorités locales, maires et préfets, de prendre des mesures. Ils sont d’ailleurs invités par le Premier Ministre à s’appuyer sur les fameuses cartes du début d’article pour se prononcer.

Pour les endroits particuliers de pratique, les maires peuvent donc proposer un plan pour assurer la ré-ouverture en respectant les mesures sanitaires nécessaires, à valider par les préfets. Pour quels résultats concrets, et quelles zones de tension encore présentes sur le territoire ? Nous pouvons en discuter en commentaire de cet article, au cas par cas 😉 

 

Dans la limite des 100km autour de chez soi

Le déconfinement en place stipule une règle concernant les déplacements. Aucune démarche nécessaire pour se déplacer dans un rayon de 100km autour de son domicile. En faisant usage d’un outil tel que celui-ci, la zone dans laquelle la pratique est désormais possible s’agrandit largement. Cette règle de 100km n’entre pas en vigueur s’il s’agit de se déplacer à l’intérieur de son propre département. Les frontières avec les pays voisins, elles, restent pour l’heure sous le joug des limitations actuelles, et ce jusqu’au 15 juin.

À noter que dans les transports, notamment en commun, la distanciation sociale est de rigueur, le port de masque est obligatoire, et une certaine quantité des offres de transports inter-région est réduite pour limiter les déplacements. Dans les zones de forte densité, notamment en Île de France, les transports en commun peuvent être en partie réservés aux déplacements entre le domicile et le lieu de travail. 

 

”[M-à-J
En petit groupe” ]

C’est sur le nombre de personnes qu’une restriction est encore en vigueur. À plusieurs occasions, on parle de rassemblements limités à moins de dix personnes. Il semblerait donc que la pratique du VTT soit possible en extérieur, en petits groupes ainsi constitués, et pour peu que les règles de distanciations sociales soient respectées.

De là à ce qu’une activité associative puisse reprendre, il y a un pas qui n’est pas encore franchi. Il faut notamment pour ça obtenir l’aval de la Fédération Française de Cyclisme à laquelle la plupart des clubs sont affiliés. Comme on le rapportait il y a quelques temps, elle confirme travailler sur des protocoles et précisions utiles afin de guider cette forme de reprise.

[M-à-J du 12/05] En voici les détails. Ils se trouvent au sein du “guide d’accompagnement de reprise des activités sportives” paru en ce début de déconfinement. Après plusieurs pages pour rappeler les mesures sanitaires désormais en vigueur d’une manière générale, et commune à tous les sports de nouveau autorisés, il livre les fiches, activité par activité. Celle sur le cyclisme précise les modalités, et confirme que les clubs, associations et écoles/moniteurs peuvent reprendre leurs activités. C’est à lire précisément page 33…

> http://sports.gouv.fr/IMG/pdf/sportsguidesportparsport_fiches.pdf

 

En respectant les règles sanitaires

Dans tous les cas, les règles sanitaires sont strictes, et doivent continuer à être appliquées. Le Ministère des Sports a notamment précisé les mesures pour différents sports d’extérieur comme le vélo. Pour ce qui nous concerne, pas d’usage des vestiaires ou locaux d’accueil collectifs permettant habituellement d’héberger les départs ou arrivées des sorties.

En cours de route, une distance de 10m minimum est à respecter entre les pratiquants. Pas de liaison en peloton ou de spéciales roue dans roue donc, jusqu’au 2 juin. Pour les sportifs de haut niveau, le ministère évoque même une logique individuelle de reprise progressive de l’entrainement et du retour à l’intensité. Il faut donc encore garder ses distances.

 

 

La suite ?!

Voilà donc pour la synthèse des mesures en vigueur au 11 mai, et jusqu’au 2 juin, en tenant compte des dernières annonces. Une confirmation tout d’abord, que la pratique et ses à côtés, peut en partie reprendre. Une bonne chose évidement, pour tous ceux que l’idée de prendre l’air et retrouver les chemins démange. 

Les magasins rouvrent plus largement, l’activité associative ou du moins les tous petits rassemblements semblent possibles. On est donc sur le chemin d’une reprise. Une reprise en local, à petite échelle. Un peu d’espace et de nature qui peut nous avoir manqué, comme le dit le Premier Ministre pour boucler son discours. 

“Continuons à être mesurés, voilà les enjeux…”

Sachons en profiter, et respecter l’esprit des règles désormais en vigueur. On peut notamment penser au flou ou aux abus d’interprétations qui ont pu marquer le début de confinement. Évitons de tirer des conclusions hâtives, continuons à nous interroger, faire appel au sens critique, et à être mesurés, bref, prudents pour être certains d’atteindre nos objectifs.

À cette date, on pourra alors statuer pour que ceux qui habitent en département vert pourront gagner dans leur liberté de mouvement, notamment les distances possibles, tandis que dans les territoires rouges, des mesures pourraient se poursuivre ou être complétées… Voilà les enjeux ! 

Article lu 10 221 fois. Merci !