Depuis le début du confinement, voir quelques temps avant, le doute s’est installé en matière de calendrier et même plus largement, de pratique sportive et de reprise du VTT. Tandis que les plus grands championnats et évènements d’ampleur planétaire rivalisent pour sauver les meubles, le petit monde du VTT n’échappe pas lui non plus aux dégâts collatéraux du coronavirus.

Ces derniers jours, de nouvelles annonces ont fait suite à celles qui concernaient les évènements du mois de mai, Epic Enduro et manche française des Enduro World Series d’Olargues en tête, sans oublier avant ça l’échelon régional à l’arrêt. Des reports et/ou annulations qui en disent long sur les prochains mois, et quand/comment nous pourrions finalement retrouver les sentiers… 

 


Temps de lecture estimé : 8 minutes 


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Reports & annulations en vue

En premier lieu, à quoi bon dresser ce tableau  !? Pas pour pleurer ou pour se raccrocher aux dernières branches face à l’importance de la situation… Mais bien parce que pour évoquer la reprise, y compris la plus simple, le contexte est nécessaire.

Et qu’en matière de pratique, l’événementiel est un bon indicateur, notamment parce qu’il touche toutes les échelles. De la petite course locale qui fait vivre les clubs et magasins alentour à la plus importante des manches de Coupe du monde qui sert d’appuis aux grandes marques…

 

Transvésubienne

Parmi les annonces de report, celle qui concerne un monument du calendrier : la Transvésubienne, courue sans discontinuer dans l’arrière pays niçois depuis 1988. Si certaines éditions avaient eu lieu plus tard dans la saison avant que l’événement trouve sa place au mois de mai, jamais il ne s’était aventuré au delà de l’été.

C’était d’ailleurs, ces dernières années, une période consacrée à son pendant automnal de l’autre côté du 06 : la TransV West. Néanmoins, à circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Aussi mythique qu’importante pour son organisateur, la Transvésubienne 2020 pourrait se dérouler les 6 ou 13 septembre. Des dates qui restent conditionnées à un accord avec les partenaires locaux à l’heure d’écrire ces lignes.

 

Maxiavalanche de Vallnord

Chez UCC, une autre date aussi importante, mais somme toute moins monumentale que la course sus-citée, fait les frais de la situation sanitaire actuelle : la Maxiavalanche de Vallnord, qui lance habituellement la saison des mass-starts en Andorre, n’aura tout simplement pas lieu cette année.

La décision est tombée dans la foulée de l’annulation de l’autre événement VTT phare de la principauté : la manche de Coupe du monde DH & XC. Au coeur des Pyrénées, il n’y aura donc pas d’événement VTT d’ampleur internationale en 2020 pour en faire rayonner toutes les qualités que l’on sait…

 

Coupe de France VTT Enduro

L’hiver dernier, nous découvrions le calendrier de la Coupe de France VTT Enduro avec une grosse particularité cette année : son déroulement tardif dans la saison. Premières compétitions fin juin, et une finale en octobre laissaient présager que le hasard ait bien fait les choses pour le circuit national de référence.

Néanmoins, les priorités économiques et politiques étant ce qu’elles sont, la Coupe de France VTT Enduro n’échappera pas à quelques effets du coronavirus. La station de Val d’Isère a ainsi pris les devants en annulant la majeure partie de ses événements estivaux. La manche des 22 & 23 août n’aura donc pas lieu.

C’est ensuite sur l’étape de Loudenvielle que la crise actuelle a son impact. Par effet domino, et dans une moindre mesure cette fois-ci. L’endroit étant engagé à recevoir le Tour de France, et les dates de ce dernier ayant changé, le passage du Tour se trouve désormais sur les dates initialement prévues pour la CdF.  Elle se tiendra donc un week-end plus tard, les 12 et 13 septembre. Nous serons certainement amenés à reparler du calendrier de la tournée nationale d’ici fin avril.

[Mise à jour du 21/04 – fin de journée > MTB Events, organisateur de la Coupe de France VTT Enduro communique sur d’autres évolutions du calendrier. Les évènements de Allos, prévu fin juin en ouverture de la des Championnats VTT et VTTAE sont reportés à la fin Août. Nous aurons plus de précisions début mai à ce sujet.]

 

SuperEnduro italien

Une étape qui saute, une autre qui bouge. On peut encore s’estimer heureux, lorsque l’on apprend que de l’autre côté des Alpes, versant italien, le coronavirus a un effet bien plus radical sur le championnat national. Il n’y aura tout simplement pas de SuperEnduro en 2020.

Dans le communiqué annonçant la nouvelle, on ressent pertinemment à la fois le doute, la prudence et l’effet sur le moral d’ordinaire optimiste de ce côté là de la frontière. La crise sanitaire a été virulente dans ses premières semaines, et les traces en sont clairement perceptibles par ici.

 

Côté Marathon

Des doutes sur la reprise de l’activité, ou plus simplement l’idée qu’il faudra apprendre à vivre avec le virus pendant de nombreux mois en attendant des solutions viables pour s’en débarrasser sont partagés chez nous. C’est ce qu’avance l’organisation de la MB Race, initialement prévue du 3 au 5 juillet. Pas d’édition 2020, l’organisation se concentre dès à présent sur l’édition 2021.

Au rayon des raids, un autre événement prévu quelques jours plutôt joue lui la carte du report : l’Alp Epic, qui devait prendre le départ de St Chaffrey (05) le 26 juin, se déroulera finalement du 21 au 26 août prochains. La fin août, une période qui devient prisée de tous, ou presque, puisqu’il s’agit à la fois d’une période assez lointaine pour espérer, tout en restant dans le cadre prisé des vacances estivales…

 

Côté salons

C’est d’ailleurs sur cette période que les Pass’Portes, initialement prévues fin juin, se sont repositionnées pour conclure ou ponctuer, plutôt qu’ouvrir, l’été en Haute Savoie, les 28, 29 et 30 août. Un salon qui se chevauche et/ou s’enchaîne, c’est selon, avec un pendant professionnel : les Pro Days.

Habituellement positionné fin juillet à Paris, cet événement lui aussi fait les frais de la crise sanitaire et se positionne les 30, 31 août & 1er septembre… Soit jusqu’à la veille d’Eurobike, le salon “phare” de la rentrée, pour l’instant maintenu même si depuis quelques temps déjà, l’organisation a posé une option sur une date du mois de novembre, au cas où…

Bref, en matière de salon il pourrait y avoir embouteillage puisque le VV Festival a lui aussi annoncé son report, sans avoir pour l’instant communiqué officiellement sur une nouvelle date. Reste donc à se positionner dans ce calendrier mouvant au sein duquel, pour l’instant, le Roc d’Azur fait figure de repère, toujours prévu du 7 au 11 octobre prochains.

 

 

Les doutes permis

Événements de mai impactés – notamment influencés par l’injonction de l’UCI plaçant au 1er juin la date de reprise possible pour son calendrier international – ceux de juin en partie aussi, certains de juillet qui prennent les devants… La situation compliquée que promet le coronavirus à l’événementiel et au tourisme prend corps. Elle jette logiquement un doute sur certaines dates clés qui restent pour l’heure au calendrier.

Enduro World Series

Au plus haut niveau mondial tout d’abord, avec le début des Enduro World Series justement prévus en Italie début juillet, un pays on l’a vu, fortement touché. Dans la foulée, la série pourrait trouver son salut la semaine suivante, entre Autriche et Slovénie, contrées où la situation sanitaire semble plus favorable.

Il faudrait pour cela qu’un autre élément crucial soit au rendez-vous : la possibilité pour les pilotes venu des quatre coins du monde, de voyager et franchir les frontières. On pense notamment aux pilotes océaniques, Sam Hill en tête, qu’on imagine pour l’instant mal ne pas pouvoir défendre son statut de tenant du titre.

 

Megavalanche & Mountain of Hell

Autres doutes permis, ceux qui portent sur les deux événements phares de la saison mass-start : la Mountain of Hell et la Megavalanche de l’Alpe d’Huez. Toutes deux prévues entre fin juin et début juillet tomberaient pour l’instant sous le coup des dernières annonces quant à l’impossibilité de tenir des événements de masse avant la mi-juillet.

UCC a d’ailleurs communiqué sur le fait qu’une report soit possible, en concertation avec la station de l’Alpe d’Huez et ses initiatives pour gérer la saison estivale. Conséquence malheureuse de ces circonstances : ces dernières années le réchauffement climatique suggérait que les départs sur neige deviennent de plus en plus difficiles, un report à plus tard dans l’été aurait des effets tout aussi compliqués de ce point de vue.

 

 

Enjeux…

Alors, que tire-t-on comme enseignement de ces multiples observations ?! En vue de la reprise du VTT, plus simple en théorie ?! Le 13 avril dernier, le Président de la République plaçait au 11 mai la date de début de dé-confinement. Et à la mi-juillet, celle des événements de grande ampleur (“grands festivals et événements avec public nombreux“). Sous quelle forme ? Dans quelles mesures ?! Le gouvernement est au travail et pour l’heure la période est aux questionnements, légitimes, si l’on veut que nos démocraties parviennent à rendre les libertés qu’elle a dû momentanément suspendre.

Face au timing, contraintes et initiatives collectives que l’on vient de dresser, des axes aussi logiques que opportuns semblent se dessiner pour que tous les acteurs de notre communauté retrouvent une activité à la hauteur de leur besoins et ambitions. On pense notamment à la progressivité dont il faudra nécessairement faire preuve. Progressivité, terme que l’on utilise habituellement plus légèrement dans nos discussions passionnées, mais qui semble ici au coeur des enjeux et perspectives en matière de gestion d’épidémie. C’est en tout cas une idée en accord avec la communauté scientifique régulièrement consultée à ce sujet.

 

 

… Et perspectives de reprise du VTT

Concrètement, un principe qui s’inscrit dans la continuité de la responsabilité individuelle à la base des préconisations de début de confinement si l’on veut réussir notre reprise du VTT.

Un principe de progressivité qui doit permettre de dessiner la dimension des événements – de la simple sortie à la plus haute compétition – qui peuvent et devraient prendre forme à partir du 11 mai, et dans les mois à venir. Libre mais seul, libres en groupe restreint, libres en groupes habituels, puis sous rassemblements dont la limite de nombre de participants soit progressivement relevée..?!

On pense aussi à progressivité en matière de déplacements engendrés. Des abords immédiats du domicile à l’international, n’y a-t-il pas un monde ?! Tout autant que l’on pense à un retour progressif vers des contrées plus exposées, et/ou à risque, notamment indexé sur le retour à la normal des services de secours et de santé du secteur. Des précautions qui animent, on le sait, déjà les plus aguerris d’entre-nous, en temps normal, et que la situation de reprise du VTT doit nous permettre de transmettre au plus grand nombre.

“Progressivité et enseignements, maître-mots des prochains mois ?!”

On touche d’ailleurs là à une autre forme de progressivité. Celle de l’importance accordée aux rôles et ambitions de chacun. Le gouvernement s’y est tenté au moment de se prononcer sur les commerces pouvant rester ouvert, il faudra nécessairement, aussi, s’attendre à une forme de progressivité au sein de notre communauté, tous n’accordant pas nécessairement la même importance à la reprise du VTT et à l’importance qu’elle joue dans notre petit monde. Certains, qu’ils soient encadrants, secouristes, trail builders, journalistes, athlètes ou cadres ont un rôle à jouer dans ces instants précis.

C’est ce point de vue qui pousse à dire que pour l’heure, certaines initiatives vont dans un certain bon sens. On pense notamment au discours actuel de la FFC, même timide, qui inclut les clubs et le soutient qu’elle souhaite leur apporter, dans ses annonces actuelles. C’est effectivement à cette échelle, dans un premier temps, que le succès du dé-confinement peut se jouer. C’est en tout cas une initiative meilleure que celle, au final absurde, qui l’a poussé, à la mi-mars, à auto-proclamer – sans même en avoir autorité – l’interdiction de la pratique qu’elle est censée promouvoir et défendre… Alors, Est-ce que le confinement aura porté conseil ?! Plus que jamais, l’avenir nous le dira !

Article lu 8 133 fois. Merci !