En cette fin d’année, là où beaucoup de contrats se négocient, jusqu’au début de l’année 2020, c’est la saison du mercato. Premier sur la liste à officialiser ses effectifs : le Team E13 Urge BP ! 

En effet, le team rempile pour une nouvelle saison d’Enduro au niveau national et international. Plus motivés que jamais, on les retrouvera sur toutes les Coupes de France et sur le Enduro World Series européennes, et peut-être même plus pour certains membres du team…

Cette année, l’objectif est de jouer le classement Team sur les Coupes de France. Histoire de se confronter aux équipes leaders tel que : le team Pivot Supertour, le team Rocky Sports Alpe d’Huez et le team AMSL Fréjus.

 


Temps de lecture estimé : 8 minutes – Photos : Boris Dufour


 

 

Depuis 2015, les piliers du team : Baptiste Gaillot et Clément Benoit, se sont battus pour porter l’équipe au plus haut niveau grâce au soutien de Tribe Sport Group. En 2018, en parallèle de l’arrivée d’Ulysse Francoglio et Théo Daumas, l’équipe a acquis le statut de Developpement Team en EWS et fait maintenant partie des teams de référence sur la scène internationale.

Mais l’équipe ne s’arrête pas là ! Pour 2020, elle accueille une nouvelle recrue : Maxime Ciriego. Pilote expérimenté tout droit sorti du circuit de Coupe du Monde de DH, Maxime, et son style ultra fluide et épuré, vient renforcer les effectifs. Place aux présentations…

 

Salut Maxime, présente-toi en quelques mots pour les gens qui te découvrent ? D’où viens-tu ? Que fais-tu sur un vélo ? Depuis quand ?

Yooo !! J’habite Revel, un petit village en montagne proche de Grenoble. Mes parents m’ont mis sur une bicyclette quand j’étais haut comme 3 pommes, depuis je suis mordu. Maintenant j’ai 22 ans et je suis étudiant en dernière année de kinésithérapie. J’aime le Vélo. Je pratique de tout : Dirt, BMX street, Enduro, DH, trial et même bientôt de la route !! J’ai fait 6 saisons de Coupe du Monde de DH dont 5 avec le team Dorval AM. J’adore la vitesse et l’adrénaline qu’on retrouve seulement sur ces parcours. Mais l’envie de changer de lieu, d’épreuve et de discipline me trottait de plus en plus dans la tête. J’avoue que l’Enduro m’a charmé par le temps passé sur le vélo : à la fin de week-end tu es poncé, le sourire jusqu’aux oreilles. T’as fait du vélo quoi !

 

 

On t’a vu de temps en temps sur les story Instagram du team, comment as-tu rencontré tes nouveaux teammates ?

Ahahah, c’est vrai que l’année dernière on a passé beaucoup de temps ensemble dans les trails bijoux de Chamrousse ! Mais je connais la troupe depuis un bon moment. Ils étaient loin d’être ensemble à l’époque. Théo je l’ai rencontré quand il est descendu de Bretagne pour découvrir le vélo sur plus d’une minute, car chose improbable, il s’est retrouvé inscrit en DH au ROC VTT, le club du village. Clem’, c’était la machine plaque jaune, numéro 7, avec un “Raahhh, j’ai plus le nom !”. Ulysse et Bapt’ je pense que c’était pendant un des nombreux Invitational. En tout cas le courant est toujours passé et c’est pourquoi, quand j’ai décidé de me mettre à l’Enduro, c’était juste logique et trop important pour moi de leur demander une place avec eux. Et, ils ont dit OUIII !!

 

Tu as des appréhensions avec ton changement de discipline ?

Oui, j’ai peur d’être collé, de ne pas trouver le rythme. Mais c’est du VTT, il me faut un peu plus de cœur et ça devrait dérouler pour 2020. Par contre, où je suis confiant, c’est qu’on passe des bons moments tous ensemble. On s’entraide et on se motive les uns les autres. Participer à un projet commun c’est vraiment agréable. De plus, après 2 ou 3 mini-rides je me sens vraiment à l’aise sur le Yeti SB150. Je pense qu’aborder une saison avec le moral à bloc, ça peut faire la différence. J’ai vraiment hâte de découvrir les spots magnifiques que j’ai vu seulement en photo pour l’instant.

 

 

Comment vas-tu faire pour t’adapter à cette discipline ? Tu as un coach ? Tu t’entraînes différemment ?

J’aime bien demander l’expérience des copains. Et sur chaque compétition j’apprends beaucoup donc j’espère monter en puissance dans la saison. J’ai le même coach, Adrien Blachère aka Phyisioprep, depuis maintenant 2 ans. Je lui fais entièrement confiance pour adapter mon entraînement aux nouvelles spécificités de la discipline. On va essayer de se prévoir 2-3 stages de pré-saison avec les teammates pour être au top direct.

 

Parle nous un peu de tes nouveaux camarades de vélo… Ça te fait quoi de rejoindre l’équipe ?

Je suis hyper content, ça motive et ça pousse au cul. Nous sommes un team amateur où on ride ensemble, on fait des soirées ensemble mais on a aussi chacun des tâches dans la gestion du team. Ce niveau d’investissement commun ça rajoute du cœur à l’ouvrage. On a tous le même délire, on rigole des même blagues mais avec des caractères bien différents. Il y a le mec posé, celui qui est speed, le réfléchi, le mou, le badboy, le coin coin… et les autres surnoms je vais éviter ! Il y a le mec qui roule jambes tendues, celui en un bloc, celui qui regarde le sol tout le temps et la pile. Tout le monde connaît par cœur les répliques de Taxi, OSS et Dikkenek. A partir de là ça ne peut que aller bien. NIAC !

 

 

La voix de la sagesse…

On comprend mieux l’excitation des gars pour recruter quelqu’un comme Max, il est hyper naturel et sa polyvalence fait de lui un atout pour le team ! On a hâte de le voir compléter sa première saison sur un bike d’Enduro. Maintenant, place à la voix de la sagesse, Baptiste Gaillot :

Baptiste, c’est toi qui a fondé le team en 2015 avec Clément. Es-tu fier de la façon dont les choses évoluent ?

Salut ! Haha, la sagesse, appelez-moi Rafiki ! Oui, très fier, enfin surtout content ! J’ai quitté le Team Rocky Sports pour me lancer dans ce projet avec Clément, partir de zéro et tout construire, c’était du boulot et ça nous a pris du temps, mais ça en valait la peine.

Aujourd’hui nous sommes 5 teammates, 5 potes. On partage des moments de fou en pratiquant notre sport, on rencontre plein de gens différents mais unis par la passion…. ooouuuaaahhh je kiffe ça !

 

On vous voit depuis plusieurs années sur des vélos Yeti et d’autres sponsors qui ont l’air de bien vous suivre. Vous vous sentez bien avec vos partenaires actuels ?

Ouais carrément ! Nous nous sentons bien avec nos partenaires, ils proposent des produits de qualité et fiables, et c’est très important pour pratiquer l’Enduro en compétition !

Nous avons le même amour pour le sport et la nature, combiné à du savoir-vivre, de la simplicité et du respect, nous avons établi une relation de confiance avec nos partenaires.

 

 

Parles-nous un peu des pilotes, quels sont les projets, les ambitions et les objectifs de chacun ?

Je ne vais pas parler des objectifs de chacun, je ne pense pas que ça soit à moi d’en parler…. puis on en aurait pour la journée ! Je vais juste dire que pour 2020 on vise le Challenge Team FFC.

En tout cas on s’entraîne tous, je pense autant que les pros, ce qui est parfois très dur et fatiguant en plus du boulot. Tout ça pour progresser, repousser nos limites, et être encore plus rapide et plus performant sur le vélo.

On verra ce que ça donnera en terme de résultats, mais le plus important c’est de prendre du plaisir dans ce que l’on fait et partager de bons moments ensemble.

 

Vous êtes une équipe amateur mais ce n’est pas pour autant que vous l’êtes… Un superbe résultat en fin d’année lors du Trophée des Nations avec une 3e place en catégorie Industry ! On vous retrouve sur cet événement en 2020 ? Quelle sera l’équipe ?

Et oui 3e en Industry cette année, super content de ce résultat et en plus on s’est régalé ! Et pour une fois on n’est pas passé inaperçu grâce à une bonne comm’ de l’organisation… ça fait plaisir ! Donc, ouais on sera présent en 2020 sur le Trophée des Nations. Rouler à 3, en équipe, c’est quelque chose d’unique et le ride n’en est que meilleur !

Au niveau de l’équipe ? On fera avec ceux qui ne seront pas blessés vu qu’on a un peu tendance à se briser… et à kiffer ça en plus ! Mais non, on va fonctionner un peu comme Manu Hubert en DH, et ce qui est le plus logique, on fera une équipe avec les plus forts en fin de saison ! On est tous d’accord là-dessus, comme ça on n’a pas trop à réfléchir !

 

Merci Bapt ! Avec tout ça, le team devrait faire parler de lui et a à cœur de bien figurer à nouveau sur plusieurs tableaux.

 

Côté sponsoring : Chamrousse reste leur partenaire “station”. On les verra toujours équipés avec des produits distribués par leur principal partenaire : Tribe Sport Group, avec des casques Urge, des vélos Yeti SB150 dotés de suspensions Fox et de pneumatiques Maxxis. Ils sont habillés par Royal Racing et protégés par Seven IDP ainsi que de masques et lunettes Julbo, et des chaussures Northwave. E-Thirteen vient compléter pour les roues et les périphériques (pédalier, anti-D, TDS, cintre, potence). Squirt Lube Cycling les aide pour la lubrification et l’entretien du vélo, BarzottO pour la protection des roues et Lampes Méandre Technologie pour rouler la nuit plein phare.

 

 

 

Cette annonce ouvre donc le bal du mercato 2020 : des teams français de niveau national ou international, aux plus grosses équipes du circuit EWS en passant par les privateers… Tout le monde tente de tirer son épingle du jeu cet hiver pour espérer décrocher quelques bons partenariats.

Et oui, parce qu’une saison 2020 réussie se joue aussi en amont, pendant la trêve, mais sur un terrain de jeu bien différent ! En attendant que les autres, aussi, nous lâche quelques infos croustillantes… À bientôt !

Article lu 2 900 fois. Merci !