David Rimailho est de retour sur Endurotribe pour un nouvel épisode de Stone Riders, mêlant géologie et VTT. Après le Mont Granier, il s’intéresse au gypse de Tignes…

 


Temps de lecture estimé : 7 minutes –  Récit : David Rimailho – Images et montage : UBAC Média / M. Osborne


 

 

Gypsy !

Direction Tignes et son bike park. C’est le premier épisode de la série tourné en station mais le VTT c’est aussi ça. Rien de tel que des remontées en télésiège pour manger du dénivelé négatif. Et puis elles ne sont pas démontées l’été, alors autant en profiter !

D’un point de vue géologique, la particularité du bike park de Tignes c’est d’avoir tracé des pistes dans des gypses. Vous savez : ces roches blanches, solubles dans l’eau comme le sel de table, et dont Flo Arthus s’est délecté dans l’épisode 2 de Stone Riders.

 

Vous allez me dire, un deuxième épisode sur la même roche, à quoi bon ?

 

Et bien, pour les raisons suivantes :

1/ j’adore rouler dans les gypses et je suis toujours sous le charme des reliefs associés ;

2/ à la sortie du deuxième épisode, mon fils (Nino – 8 ans) m’avait supplié de l’emmener rouler dans des gypses, sur cette crête. Mais bon, vu le portage d’accès et l’exposition de cette sortie, je lui ai promis de l’amener dans les gypses, mais en station. À Tignes en l’occurrence car, à ma connaissance, c’est la seule station en France où l’on peut rouler directement sur les gypses ;

3/ enfin, je veux définitivement vous convaincre que le but de la géologie ce n’est pas uniquement de connaître le nom des roches, savoir comment elles se sont formées et trouver du pétrole ou (mieux !) ou des fossiles, c’est surtout un “outil” pour comprendre les paysages qui nous entourent.

Deux épisodes, une seule et même roche, mais deux approches différentes. La première pour expliquer la formation et la mise en place des gypses dans nos montagnes. La deuxième pour montrer l’impact de cette roche sur la morphologie des versants. En science, on appelle cela la géomorphologie.

Et du coup, c’est là qu’intervient le troisième larron de cet épisode : Max Higel de BikeSolutions, société française spécialisée dans la conception et l’aménagement de domaines VTT et pumptracks. Pourquoi lui ?

Tout d’abord, parce qu’un des fondateurs de BikeSolutions est géomorphologue de formation. Il s’agit de Yannick Menneron. On était sur les mêmes bancs de la fac et les mêmes courses le week-end. Comme quoi, la géologie ça peut aussi amener à devenir concepteur de pistes de VTT.

C’est donc un clin d’œil pour lui et une façon de m’excuser car quand il m’avait annoncé son projet, je lui avais dit “je suis pas sur que des stations te paieront un jour pour shaper des pistes…”. Lui, il y a cru. Aujourd’hui, Bikesolution c’est une quarantaine de pumptracks en enrobé sur la France dont la 1ère en 2015, des bike parks en station qui ont ou font encore appel à eux : Les Saisies, La Plagne, Méribel, Métabief, Auron, Les Gets, Les 2 Alpes, Val d’Isère et bien sûr Tignes ou encore Trysil en Norvège. 12 personnes à plein temps en moyenne, et une dizaine de pays dans lesquels ils ont travaillé.

Et pourquoi Max et pas Yannick ? Yannick vieillit et se traîne maintenant… mais non, c’est parce que Max, c’est le local de l’étape. C’est lui qui a aménagé le domaine dès les débuts (en 2005) directement pour le compte de Tignes avant de rejoindre BikeSolutions. C’est lui qui a découvert la fameuse doline pour faire un wallride naturel à 360° (1) . Et, c’est aussi un super bonhomme !

 

 

Pour conclure et revenir sur le sujet de la géologie, voici un quizz…

Naturel ou pas naturel le lac de Tignes-Le-Lac ???

 

Réponse à l’intérieur de la vidéo…

Et comme d’habitude, un grand merci à Vibram sans qui cette série ne pourrait pas être réalisée, Cube pour son aide matérielle et la station de Tignes pour nous avoir accueilli.

David

(1) Wallride malheureusement non présent dans la vidéo, faute de “cojones” de ma part…

 

 

Stone Riders, épisode 4 – La vidéo !

Article lu 3 088 fois. Merci !