Après avoir présenté il y a quelques années un concept innovant pour ventiler un masque de ski et gagner en polyvalence à l’usage, Julbo s’attaque désormais au sujet pour le VTT.

Les Jurassiens ont créé un masque très aéré : le Julbo Quickshift ! Alors à quoi ressemble-t-il ? Quels sont les concepts utilisés ? Est-il tant aéré qu’il y parait ? Et enfin, que vaut-il à l’usage, sur les sentiers ?

 


Temps de lecture estimé : 4 minutes – Photos : Julbo Eyewear


 

 

Le concept

À première vue, le nouveau masque Julbo Quickshift ne semble pas révolutionner le marché des masques : il ressemble à ce que l’on connait de tous les masques destinés au VTT.

Mais, malgré quelques caractéristiques qui lui sont propres : design Frameless – monture très fine pour augmenter au maximum le champ de vision – et minimaliste – pour réduire au maximum le contact des mousses sur le visage – il nous cache autre chose… Sous ses airs très communs se cache le Switch Air System. Mais qu’est-ce donc !?

En fait, ce sont deux pièces amovibles situées sur le bas de la monture, contre les joues précisément, qui, une fois retirées optimisent l’aération du masque :

 

 

Prise en main

Aimantées et calées via une languette plastique dans la monture du masque, c’est un véritable jeu d’enfant que de retirer ou de remettre en place ces deux pièces. Enfin, ça l’est beaucoup plus le masque dans les mains que sur le visage. Et reste que ces deux pièces sont libres comme l’air une fois ôtées. Une poche, un sac à dos… il faut quelque part où les mettre !

 

Avec ou sans, l’appui sur le visage dans le casque n’est pas tout à fait pareil. Avec, on retrouve les sensations habituelles, mais sans, l’appui sur le visage est réparti différemment. On sent plus de pression sur le nez et la partie supérieure de la joue. C’est surprenant au début, mais la pression n’étant pas importante, rapidement on s’y fait et ce n’est en rien gênant, juste différent !

Maintenant qu’en est-il de la ventilation !? Avec ces ouvertures importantes en bas de la monture du Julbo Quickshift l’air peut entrer et sortir librement. Le visage monte moins en température sous le masque. Ces ouvertures permettent de maintenir un niveau de fraîcheur intéressant ! À tel point que je me suis même surpris à le garder pendant les pédalages de Finale Ligure ou lorsqu’on s’attendait.

Cependant, par comparaison à un masque Smith Squad MTB dont la monture est ouverte en haut et en bas, à l’usage, c’est totalement différent :

 

Dans le Smith, on ressent donc un flux d’air traverser le masque, on sent l’air passer sur les yeux. Tandis qu’avec le Julbo Quickshift on ne ressent pas ce mouvement d’air à l’intérieur du masque, sur le visage. C’est pour cela que je préfère parler de ventilation pour le Smith et d’aération pour le Julbo.

 

 

Qu’en penser !?

Pour moi qui n’aime pas avoir de l’air qui passe sur les yeux au risque de me sécher les lentilles de contact, j’ai tout de même apprécié par moment l’aération du Julbo Quickshift. N’ayant pas de flux d’air traversant dans le masque, il reste confortable et tolérable un certain temps pour mes yeux. Il est en plus possible de le rouler avec les ailettes en place, ce qui en fait un masque classique ! Bref, il laisse le choix…

Le Julbo Quickshift est donc une solution intéressante pour ceux qui recherchent la protection d’un masque sans pour autant sacrifier l’aération : à garder au pédalage, en descente, en VTTAELa plupart des ambassadeurs de la marque le roule 100% du temps ouvert, les ailettes au garage !

Disponible à la vente, à 99,95€, c’est une première en terme d’aération dans le monde du VTT. Un concept qui, pour être totalement abouti, mérite tout de même d’évoluer et d’être optimisé dans sa manipulation. Mais qui ouvre les portes à une nouvelle èreair !?de masques plus polyvalents et plus spécifiques pour l’Enduro

Article lu 3 154 fois. Merci !