En matière d’Enduro, le casque est peut-être l’élément le plus spécifique à notre pratique. Les codes qui en font un produit propre et adapté sont nombreux. C’est d’autant plus vrai que le concept de mentonnière amovible nous destine directement un casque qui en est pourvu. 

C’est le cas du Met Parachute MCR, sorti il y a peu. Un nom iconique et légendaire, qui nous concerne depuis les balbutiements de l’Enduro. Une nouvelle version qui ambitionne de se placer comme référence sur le marché. 

Alors, que vaut-elle ?! Pour en savoir plus, on a mis cinq exemplaires à l’épreuve de notre Grand Rallye VTT TransVerdon. Cinq jours de beau VTT, de haute montagne, d’All Mountain, d’Enduro, de liaison, de chronos et de portages ! Retour sur expérience…

 


Temps de lecture estimé : 8 minutes


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Du contexte au concours…

En soit, s’offrir une participation au Grand Rallye VTT TransVerdon est déjà une chance. Une belle tranche de vélo comme on les aime, en itinérance sur des traces aussi belles que variées du sommet du col d’Allos à Castellane (04). 175km, 6500m de D-, des heures de vélo et 2h30 de chrono cumulé…  Une expérience All Mountain & Enduro entre gens de bon goût, qui résume parfaitement la pratique du vélo telle qu’on la conçoit… Et qui donne à foison, moult opportunités de mettre le matériel à profit.

“Ça ne pouvait pas mieux matcher !”

C’est de là qu’est née l’idée d’offrir à certains chanceux, la cerise sur le gâteau : l’occasion d’effectuer l’épreuve avec – et de garder ensuite – le tout nouveau Met Parachute MCR à mentonnière amovible. Sur le papier, ni plus ni-moins que le casque idéal pour l’épreuve. Ça ne pouvait pas mieux matcher ! Au tirage, voilà donc Giuseppina, Yves, Mickael et Nicolas heureux élus à la rencontre d’Ulysse – représentant de la marque venu participer au début de l’épreuve – et moi-même, responsable des essais Endurotribe.

 

 

Heureux vainqueurs…

La prise de contact permet d’abord de mieux cerner qui sont les quatre heureux vainqueurs de l’opération. Et à ce petit jeu, plusieurs observations ont du sens. Tout d’abord, pour constater qu’en matière de casque, Giuseppina, Mickael, Nicolas, Yves et moi nous répartissons suivant plusieurs profils à propos : ceux qui alternent habituellement entre casques jets et intégraux suivant les circonstances, ceux qui ne jurent que par l’intégral pour assurer, et ceux qui sont déjà conquis par le concept de mentonnière amovible.

Parmi ces derniers, ça tombe une nouvelle fois bien : chacun avait jusqu’ici, pour casque perso, un modèle de la concurrence, et parmi les best-sellers passés et présents. On parle ici des Bell super 2R et 3R, ou encore du Giro Switchblade. Des repères intéressants lorsque vient l’heure de conclure à propos du Met Parachute MCR. Tout comme la protection des yeux que chacun à l’habitude d’utiliser : masque, lunettes, les deux, ou rien, toutes les méthodes sont ici représentées…

 

 

Mentonnière, quel usage ?!

Dans tous les cas, une des premières questions qui se posent lors de l’usage d’un casque à mentonnière amovible porte… Justement, sur ce que l’on fait de cette mentonnière ?! 

Quand la mettre, quand la retirer ?!

Sur le papier, et à priori, deux écoles cohabitent au départ de ce Grand Rallye VTT TransVerdon. Ceux qui partent dans l’idée de monter/démonter la mentonnière en cours de route, en fonction des liaisons et spéciales… Et ceux qui considèrent l’opportunité à plus grande échelle : en intégral certains jours, en jet le reste du temps.

Sur ce Grand Rallye, il est intéressant de constater que certaines habitudes ont changé. À l’usage – sous le soleil de plomb des Alpes du Sud en ce début juillet et lors des longues liaisons du Grand Rallye VTT TransVerdon – l’idée de ne porter la mentonnière qu’en spéciale l’emporte.

 

Qu'en faire ?!

Oui mais dans ce cas, que faire de la mentonnière lorsqu’elle n’est pas fixée au casque ?! Trois solutions sont mises à l’épreuve lors de ce Grand Rallye VTT TransVerdon : à cheval sur le cintre, à la ceinture ou dans le sac.

La plupart des sacs à dos VTT disposent de sangles ou d’un compartiment extérieur qui permettent d’y stocker la mentonnière. Dans ce cas, elle se fait oublier une fois en route, mais demande à retirer le sac à dos pour s’en saisir, le moment venu.

Pour éviter ce désagrément, certains comme Giuseppina ont tenté de fixer la mentonnière à la ceinture : celle du sac à dos, de la banane, ou tout simplement du short. Dans les deux premiers cas, la mentonnière se fait oublier, tant qu’il n’y a pas de branchages pour venir frotter en bord de chemin.

Dans le troisième, c’est plus délicat puisqu’il faut que la mentonnière soit glissée jusqu’aux abords de sa partie avant pour être correctement maintenue. C’est alors que l’on met en évidence un petit point sur lequel progresser.

Enfin, au guidon, l’avantage principal porte sur la possibilité de retirer la mentonnière en roulant. On vient alors la mettre à cheval sur le cintre, quitte à la glisser entre les gaines et durites pour participer à son maintien. Mickael, lui, met carrément à profit un petit bout de scratch pour sécuriser l’ensemble.

Une initiative qui a du sens, mais trouve quand même une limite simple en liaison : quand la pente ou l’effort nécessitent de changer de position, les genoux viennent vite taper dans la mentonnière lorsque l’on pédale en danseuse, qui plus est si elle ballotte.

 

Pourquoi la retirer ?!

Sur le papier, il peut y avoir plusieurs raisons de retirer une mentonnière amovible. Entre vision de l’esprit et réelle sensations, le Grand Rallye VTT TransVerdon a permis de faire le tri et d’identifier une principale raison en lien directe avec les conditions chaudes de l’événement.

L’aération frontale de la mentonnière est excellente, le dégagement permet de boire et la sensation d’enfermement qui parfois retourne le souffle dans le visage semblent absents à l’usage du Met Parachute MCR.

“Pas question de s’en priver par ces températures”

C’est donc bien au niveau des joues et des oreilles, plus spécifiquement, que les besoins d’aération et de rafraîchissement se font sentir. Non pas que le casque en lui-même paraisse plus chaud que la moyenne, mais plutôt qu’en présence de cette possibilité, pas question de s’en priver par ces températures.

Il se peut, par ailleurs, que l’usage de la mentonnière soit à l’inverse plus fréquent l’hiver, pour maintenir au chaud ces mêmes éléments exposés aux conditions extrêmes. Tout semble être dans l’opportunité et la manière de s’en saisir ici même.

 

 

Le Met Parachute MCR, au crible…

En soit, l’expérience est donc déjà enrichissante pour mieux cerner les différentes possibilité qu’offre le concept de mentonnière amovible du Met Parachute MCR. Mais l’idée est aussi de cerner plus précisément les qualités et défauts propres à ce casque là…

Le système de fixation

Au coeur du débat, forcément, le système de fixation MCR – à mouvement magnétique, présenté il y a quelques temps dans nos colonnes. Que vaut-il à l’usage, et à la longue ?! À lire les retours de Mickael, Yves, Giuseppina et Nicolas, c’était en tout cas un des points attendus. Dans l’ensemble, l’impression de départ pouvait être mitigée. Quelque chose traduit par humm, va falloir s’y faire. 

Notamment pour trouver l’emplacement des deux crochets métalliques, un coup à prendre plus rapide que prévu pour certains, moins pour d’autres. Si, lors de la présentation du casque, il m’avait fallu une dizaine de tentatives pour me sentir à l’aise, la moyenne est ici plus basse, entre 5 et 7 tentatives pour être convaincu de la facilité de manoeuvre.

Finalement, ce sont les petites arches oranges qui permettent de manoeuvrer les deux vis magnétiques qui représentent le plus gros défaut du Met Parachute MCR. À la très grande majorité, on convient qu’ils sont difficiles à sortir de leurs logements, notamment avec des gants. Leur ergonomie mérite de progresser pour rendre le Met Parachute MCR parfait !

 

Maintien, confort, poids...

C’est d’autant plus flagrant que pour le reste, le Met Parachute MCR frôle presque la perfection. Quelques retours pointent des cas particuliers et isolés, ici par rapport à la forme du crâne, là par rapport à l’épaisseur des mousses de la mentonnière, mais aucune tendance clair ne se dégage, si ce n’est, comme toujours, qu’un casque est un élément qui s’essaye et s’ajuste pour espérer être parfaitement ajusté. 

En matière de confort et d’aération, l’idée d’un casque qui se fait oublier prévaut et en dit long dans les conditions estivales du Grand Rallye VTT TransVerdon. C’est d’autant plus intéressant qu’en matière de lunettes et de masque, aucune interférence n’est venu gâcher la fête. Le concept de stockage du masque ou des lunettes sous la visière a même été clairement adopté.

Un point qui étaye l’idée que le maintien du casque est de bon niveau, sans quoi, l’idée de stocker une masse en plus, en porte à faux sous la visière, n’aurait pas tant convaincu. Que ce soit par sa forme, son Boa ou ses mousses bien placées, le Met Parachute semble avoir conquis plusieurs têtes lors du Grand Rallye VTT TransVerdon.

 

 

En conclusion

Au total, le Met Parachute MCR fait désormais partie des casques les plus roulés au sein de la rédaction et dans son cercle proche, depuis sa présentation à la mi-mai dernier. Et ce, dans diverses conditions très représentatives du contexte auquel il se destine.

Au delà du concept de concours, l’expérience n’était pas simple pour le Met Parachute MCR. En concluant même sa prise en main par la possibilité qu’il devienne une référence, mes précédents propos rendaient même le droit à l’erreur ténue !

L’expérience est néanmoins concluante et permet de dégager un bon sentiment de satisfaction à l’issue du Grand Rallye VTT TransVerdon passé en sa compagnie. Une idée simple pour conclure à ce sujet : majoritairement, le Met Parachute MCR va maintenant remplacer les précédents casques portés par Mickael, Giuseppina, Yves et Nicolas, concurrents directs à mentonnières amovibles compris…

 

“Le principe de mentonnière amovible est vraiment bon. Pour le système MET, c’est le plus convainquant que j’ai pu tester jusqu’à présent.” – Mickael

 

“Le concept que j’ attendais. […] Dorénavant, je n’utiliserai que le Met Parachute MCR. Clips oranges à revoir mais je peux aussi me laisser pousser les ongles des pouces…” – Yves

 

“Il est superbe ! Je kiffe. Il va remplacer mon précédent casque !” – Nicolas

 

“On peut encore le faire progresser pour l’enfiler plus facilement avec la mentonnière, mais j’adore le concept du Met Parachute MCR : ça me permet maintenant d’être toujours protégée, que ça soit en liaison ou en descente !” – Giuseppina

 

“L’expérience m’a davantage fait apprécier le concept de mentonnière amovible pour lequel j’étais septique. En la matière, les retours des participants ont fini de me convaincre : le système du Met Parachute MCR me parait actuellement le plus abouti du marché !” – Antoine

Article lu 3 193 fois. Merci !