A l’heure où les petits vélos All Moutain sont en pleine révolution, voilà qu’on se retrouve de l’autre côté de La Manche avec l’une des marques les plus atypiques du monde du vélo : Hope..! Au programme, rien de moins que la découverte du second vélo de la marque britannique…

Un All Mountain, justement, appelé Hope HB130 et doté… de 130mm de débattement ! La boucle est bouclée, on y est ! Alors, quel est le programme ? Quelles cartes aussi atypiques que la marque elle-même joue ce vélo ?! On saute la Manche, et on vous dit tout…

 


Temps de lecture estimé : 12 minutes – Photos : Rupert Fowler


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Dans l’ambiance écossaise…

Me voici au Nord-Est de l’Ecosse, plus précisément dans le petit village des Ballaters qui se trouve dans le parc national de Cairngorms. A l’arrivée sur notre lieu d’hébergement, on est directement plongé dans la culture locale…

Des plaines et forêts à perte de vue, de la bruine, un peu de brouillard, pas de doute je suis bien en Ecosse ! L’ancienne ferme dans laquelle on loge se situe dans des plaines assez reculées. L’endroit semble parfaitement se prêter à la pratique All Mountain qui nous concerne ici…

Et c’est l’occasion de se replonger dans l’ambiance et l’histoire de la marque. Sans la refaire au complet, notons simplement que le Hope HB130 est le second vélo de l’histoire de la marque. Il y a quelques années déjà, le HB160 d’Enduro avait ouvert le bal.

Triangle avant carbone, triangle arrière alu usiné, cinématique Horst link à point de pivot virtuel projeté vers l’avant… Le premier du nom avait fait aussi belle impression sur le papier, qu’une impression mitigée sur le terrain, la faute à un sizing très trop particulier. Ça taillait clairement petit…

 

 

Hope HB130

  • Usage All Mountain & Enduro
  • Roues en 29 pouces 
  • 130/140mm, Fox 36 Factory ou Ohlins
  • Avant carbone, arrière Alu usiné
  • Reach 475mm en taille L, offset court
  • Hope Fortus , 26, 30 ou 35mm

 

Le Hope HB130, un mini HB160 ?!

Sur ce nouveau HB130, certains détails ne trompent pas. Au premier regard, on pourrait croire que ce n’est que la descendance directe de son grand frère, sans grande évolution. Pourtant, dans les détails, des choses changent, regardons-les ensemble…

 

 

Néo-conservateur ?!

Après l’aspect visuel très expressif, ce vélo mérite plus d’attention… Allons chercher quelques informations sur son identité / caractère. C’est là qu’on en apprend plus sur son caractère néo-conservateur… 

Côté cinématique

Pour la cinématique, on retrouve celle qui a fait ses preuves sur le Hope HB160. La marque n’a pas changé le système type Horst Link permettant un bon contrôle de la courbe d’amortissement ainsi que de l’anti-squat, une histoire de compromis…

Cependant on note maintenant la possibilité d’être en positions high ou low. Un réglage qui ce fait depuis la biellette via un flip-chip assez simple et rapide. On notera aussi la chape de fixation de l’amortisseur sur le triangle avant qui est placé bien plus haute que l’ancienne pour laisser place à la gourde !

 

Côté ratio

On a toujours connu les deux écoles en matière de courbe d’amortissement : suspension trop linéaire ou trop progressive, chaque constructeur y va de son propre chef…

Le HB130 se place plutôt entre les deux mondes : à la fois progressif – 2.9 à 2.25 fait une belle différence – et linéaire – dans le profil de la courbe juste ce qu’il faut de recourbé en fin de course pour contrer la raideur de l’air à cet instant.

A noter, surtout, que la position de géométrie roulée change légèrement la courbe de ratio et de ce fait, on obtient un vélo qui peut plus ou moins s’adapter au style de pilotage de chacun avant même d’essayer l’option spacers. J’y reviens par la suite dans cet article… 

 

Côté géométrie

Si jusqu’ici, dans les lignes comme dans les concepts, le Hope HB130 fait dans la lignée, c’est bien du côté de la géométrie qu’il se distingue de son grand frère. Cet aspect a été repris plusieurs fois et Hope confit même que ça a été le plus gros travail effectué sur le vélo… regardons de plus près !

Un reach dans la tendance actuelle, un angle de tube de selle assez droit, un angle de chasse dans une bonne moyenne, des bases arrières dans les normes ou un poil courtes… Jusque-là, rien de très extravagant et même fortement dans la tendance actuelle…

Encore faut-il se pencher sur la hauteur du boitier de pédalier et de douille de direction. La douille de direction jamais très haute… Le boitier de pédalier bas surtout en position basse… En rajoutant un offset de fourche plutôt court (44mm) on obtient un empattement assez court avec des roues de 29 pouces, ce qui n’est pas sans rappeler certaines “coutumes” des débuts des grandes roues…

Pour résumer plus simplement, on voit là un mix de géométrie qui pioche chez les dernières tendances, comme dans les anciennes. C’est de cette observations, et des précédentes, que le terme de néo-conservateur germe dans mon esprit…

On le sait le côté made in UK a toujours été très vanté et prononcé quelque soit le milieu : la voiture, les vêtements et encore plus à l’heure du Brexit… L’identité de la marque est plus que conservée, tant au niveau de la géométrie que de son équipement.

 

 

Pimp my bike

Evidemment comment ne pas parler de l’équipement fait maison et des fameuses pièces tant connues pour leur usinage d’aluminium et leurs couleurs anodisées… Hope dispose désormais d’une gamme de produits très large, avec la possibilité de choisir entre sept choix de couleurs. Voilà donc le Hope HB130 et son offre de personnalisation qui joue un registre non sans rappeler celui du programme MyO très plébiscité à l’heure actuelle…

Couleurs...

Lors de la commande libre à chacun de choisir différentes couleurs, comme la visserie de la biellette ou encore des moyeux, du colliers de selle, du jeu de direction, de la potence… C’est simple : toutes les pièces colorées peuvent être choisies de manière personnalisée !

 

Et specs !

Outre les couleurs, il reste encore des surprises, et non des moindres… Place aux spécifications du vélo. Et là aussi, la liste est bien fournie.

Parmi les options, on retient la possibilité de choisir entre des suspensions haut de gamme FOX, ou Ohlins, sans frais supplémentaires… C’est d’ailleurs ici le reflet d’un débat qui anime jusqu’au staff de la marque. On y trouve, pèle-mêle, des pro-Fox ou pro-Ohlins. Deux camps s’affrontent, et il eut été trop difficile de trancher… 

 

Kit cadre

Dans tout ça, on en oublierait presque une habitude à laquelle la marque Hope et le public de passionnés auquel le Hope HB130 se destine peuvent avoir : celle de monter un vélo perso sur la base d’un kit cadre.

Pour autant, c’est possible, et une fois de plus avec nombre d’options de personnalisation. Les couleurs notamment, des éléments qui sont inclus dans le kit : jeu de direction, boitier de pédalier, la paire de moyeux dont le spécifique arrière, le collier de selle… Et bien sûr, le choix Ohlins vs Fox pour 4700€.

 

 

Haut de gamme & fait main…

Au contact du Hope HB130 et de l’équipe qui le conçoit, je ressens l’envie qu’a la marque de placer son vélo sur un segment haut de gamme, de passionnés, et c’est chose faite… Un triangle avant fait main dans l’usine de Barnoldswick et des roulements garantis à vie, des pièces usinées et anodisées, une visserie Titane en première monte… Ce nouveau HB130 se place clairement, d’entrée de jeu, dans un univers d’exception, pour les amoureux de belles pièces.

C’est notamment quelque chose qui prend forme en échangeant avec l’ingénieur carbone en charge de la réalisation du triangle avant. À l’occasion de cette présentation, il se prête à l’exercice de la réalisation d’une partie d’un triangle avant en carbone, qui fait forcément écho aux méthodes décrites à l’occasion de notre enquête carbone.

Ici, il faut compter environ cinq heures pour le côté gauche et sept heures pour le côté droit du cadre, soit une douzaine d’heures de travail au total. Par endroit, jusqu’à sept couches se superposent, de tressages différents qui plus est. Au total, près de 150 éléments, rien que pour le triangle avant…

 

 

Prise en main

Après toute cette théorie il est temps de passer au guidon et sentir les premières impressions. Je dois d’abord préciser que j’ai l’opportunité de rouler les deux versions du Hope HB130 : Fox et Ohlins, mais aussi de jouer des positions de géométrie basses et hautes. L’occasion de faire la part des choses sur 70km et 2200m de D+/- sur deux jours, en terres écossaises… 

À chaque fois, en débutant par les réglages de base chers au protocole Endurotribe – SAG à 30%, détentes à mi-course, compressions ouvertes. Les clics utilisés ensuite pour tirer pleinement partie de chaque setup, révélant peu à peu le caractère propre au Hope HB130, et spécifique à chaque marque de suspension…

 

Pédale !

C’est partie ! Première impression : je me sens tout de suite bien sur le vélo. Bien posé, avec une position vraiment top est ultra trop rassurante. J’ai tout de suite envie de partir rouler et m’amuser… Mais avant le temps de s’amuser vient le temps de la montée. À la pédale !

Position low, on peut se sentir un poil trop en arrière au pédalage et les manivelles (170mm) ont tendance à frotter très facilement lorsque le terrain devient un peu trialisant. Pour autant le Hope HB130 ne s’en sort pas si mal !

Je n’ai jamais ressenti une quelconque perte de grip de la roue arrière. La traction est excellente et la roue avant ne décolle pas plus que ça. On peut toujours bien placer le vélo même dans les montées raides.

À la pédale, on ressent par contre un effet de kick-back prononcé. Lorsque la montée est assez difficile ou des portions plates sur des crêtes avec des troues, la roue arrière à tendance taper dedans et on sent la chaîne se tendre avec un le bruit de tension qui l’accompagne. Il faut clairement savoir en jouer pour tirer partie du Hope HB130.

En position high, je me sens immédiatement dans une meilleure position pour monter, qui invite plus au pédalage. Le vélo parait avec plus d’émotion et plus sympathique pour pédaler. Cette sensation est aussi reliée à la courbe de ratio évoquée plus haut dans l’article.

Dans tous les cas, le rendement me semble très correct et efficace, même avec les roues de première monte. Avec l’option d’installer les Santa Cruz Reserve, le résultat doit se faire sentir…

 

À la descente !

On y est enfin ! L’heure de la descente a sonnée ! Clairement, je me sens vraiment très à l’aise sur le vélo. La confiance qu’il dégage est incroyable, du moins en position low, et ce, que le rythme soit tranquille ou soutenu… Parce qu’il sait visiblement faire les deux !

Un point qui m’a énormément surpris, c’est l’aptitude du vélo à être joueur et s’adapter au terrain… jamais on se sent en danger ou perdre le contrôle. Pourtant, c’est que les sentiers écossais sont drôlement bons à rouler… alors parfois, je me surprends à prendre quelques risques inconsidérés…

Ahaha, et pourtant c’est bien l’une des qualités du HB 130 : il peut nous tirer de toutes les mauvaises situations et ce même au dernier moment. Jamais il n’a de comportement imprévu ou étrange. Le Hope HB130 est ultra sain.

 

High & Low

En descente, les changements me paraissent importants d’une position de géométrie à l’autre. En position high, je me sens clairement plus sur l’avant, plus haut, l’anti-rise semble important et le vélo beaucoup moins sécurisant et joueur. Ça reste plus haut de l’arrière, ça rebondit plus, absorbe moins les chocs et j’ai l’impression de me retrouver plus sur un vélo XC / Trail qu’un pure All Mountain. Le grip est plus compliqué à prendre et j’ai parfois l’impression d’avoir un autre vélo entre les mains…

Alors qu’une fois en position low, je retrouve un vélo ultra fun, qui absorbe tout sur son passage, garde la vitesse, tourne très bien. L’anti-rise me parait plus faible… Et j’ai cette sensation d’avoir 160mm de débattement plutôt que 130mm… La base arrière en aluminium avec son axe de 17mm forme un ensemble qui fonctionne très bien. Ça donne de la souplesse et corrige les erreurs sans être flou et pataud de l’arrière.

On peut laisser le Hope HB130 travailler, il en fait beaucoup pour nous. Peut-être que ceux qui sont vraiment à la recherche du meilleur chrono en descente sentirons le vélo un peu court d’empattement avant… Mais avec un offset de 51mm, il y a une réponse à trouver.

Alors, au final, quelle position prendre ? C’est avant tout une question de préférence et de style de riding… Les deux ont leurs qualités et leurs défauts. Si je devais donner ma préférence ? Je garderais le vélo en position basse et adapterais ma position au pédalage. Mais certains préféreront rouler le vélo en position high, tout est une question d’envie sur le vélo et de ce que l’on recherche. Dans les deux cas, le Hope HB130 ne manque pas de caractère…

 

Ohlins vs Fox

Il est essentiel de parler des différents set de suspension disponibles sur le vélo. Une chose est sur, le Hope HB130 fonctionne de deux façons différentes en fonction du choix effectué. Avec la marque suédoise, la sensation se rapproche d’un pur vélo d’Enduro. Le grip et la souplesse que l’on obtient avec le TTX22 Metric sont très appréciables. Le vélo est toujours “smooths” quelles que soient les conditions, et la chauffe ne se fait pas sentir. C’est dynamique, mais ça suit toujours la cadence.

Du coté de la fourche, même impression sauf qu’il faut jouer avec les compressions hautes et basses vitesses. Pourquoi ? Parce que l’arrière du vélo est une vraie fusée est si l’on veut que le vélo suive et ne pas être sur l’avant, il est nécessaire de jouer avec quelques clics. Hope propose même la fourche RXF 36 EVO Coil, soit avec un ressort : le mix parfait ? Les suspensions Ohlins disposent de détentes plus ouvertes. Le vélo reste ultra-dynamique sans jamais surprendre ou se faire surprendre…

Avec le setup Fox, c’est l’inverse. Pour gagner en contrôle, on doit plutôt fermer la détente et immédiatement jouer avec les HSC & LSC sur la fourche pour éviter qu’elle ne plonge trop. La suspension arrière parait moins “smooth” et un poil moins rassurante dans ces conditions. On sent aussi l’amortisseur chauffer un peu plus, et au petit jeu du comparatif, les réglages sont tout de même plus compliqués à trouver.

 

 

Qu’en penser ?!

En fin de compte, le Hope HB130 est un vélo très fun à rouler. Entre le choix des suspensions, la position de géométrie Low et une conception néo-conservatrice entre le savoir faire de la marque et certains choix assumés, Hope réussie à partager sa passion pour le vélo et l’envie de sortir un nouveau modèle bien à son image.

Le choix de l’équipement, la possibilité des couleurs, la fabrication à la main à Barnoldswick, le soin apporté aux détails et la qualité d’assemblage du vélo en font un modèle des plus hauts de gamme dans son domaine d’application : All Mountain, voir plus…

Très clairement un vélo de passionné, ce qui, au jour d’aujourd’hui, se fait de plus en plus rare. À mon sens, quel que soit le type de ride recherché, le Hope HB130 sait tirer partie d’une qualité, ou d’une autre, pour s’en rendre capable. Et ça, c’est beau ! Chapeau !

Article lu 4 634 fois. Merci !