Depuis quelques temps, on s’autorise à penser dans les milieux autorisés qu’un nouveau Specialized Enduro 29 pointerait le bout de son nez ! Dis-moi pas qu’c’est pas vrai ! Si si, des journalistes d’investigation auraient dégoté des photos “volées” du bike durant l’EWS de Whistler le week-end dernier..!

Vous l’aurez remarqué, chez Endurotribe, on ne mange pas de ce pain là et surtout on ne prend pas nos lecteurs pour des jambons. Oui, le nouvel Enduro 29 est bien là ! Et ça fait deux mois qu’une bonne partie de la presse a les infos, l’a découvert sous toutes les lignes, et même roulé sur les trails de Californie.

Alors, au final, qu’en est-il ? Comment Specialized tente de revenir sur le devant de la scène Enduro ? Quels arguments compte-elle faire valoir ? Mardi 13 août 18h, c’est enfin l’heure ! Voici donc nos éléments de réponse…

 


Temps de lecture estimé : 9 minutes – Photos : Dylan Dunkerton / Harookz / Specialized


 

 

Le contexte

Ii faut oser le dire : inexorablement, au fil des ans, le Specialized Enduro s’est fait vieillissant. Passant – avec l’avènement de la première génération en 29 – de best-seller référent du segment éponyme, à un vélo presque banal ces temps-ci.

La dernière itération de l’Enduro, datant d’à peine 3 ans, n’a finalement pas connu le succès certainement escompté, ou tout du moins et c’est un simple constat qui vaut ce qu’il vaut, s’est faite beaucoup, beaucoup, plus rare sur les sentiers que ses versions précédentes. Pourtant, il y en avait pour tous les goûts : 27,5, 27,5+ et 29 pouces… Avec des suspensions air/ressort Ohlins qui à l’essai, présentaient un certain intérêt et sauvaient de belle manière le tableau.

Subjectivement réussi d’un point de vue esthétique, avec sa fameuse architecture X-Wing, le Specialized Enduro actuel est tombé à un moment charnière du marché des (gros) vélos d’Enduro. L’instant où la concurrence a fourbi ses armes, où d’autres marques  ont osé davantage, poussé les géométries dans leurs retranchements, trouvé de nouveaux compromis en terme de cinématique et même de rigidité. Pas de bol !

Et manque de pot/réussite, ce n’est pas les performances (ni les choix matériel…) de ses chers athlètes EWS qui ont contribué à la réussite de cette génération non plus. Mais ça, c’était avant, et le nouvel élan de jeunesse du S Racing.

Cerise sur l’échafaud, le dernier Stumpjumper – autrement plus stratégique en terme de volume – a débarqué avec de beaux arguments et plus de débattement, sans parler de la disruptive version Evo (essayée par ailleurs) qui a mis le dernier coup de pelle.

Bref, au fond du trou, tanqué dans l’ornière… la marque de Morgan Hill se devait de trouver un nouvel élan à son Specialized Enduro ! Mais comment ?!

 

 

Specialized Enduro 29

  • Usage Enduro
  • Roues en 29 pouces 
  • 170/170mm, Fox DHX2 & 36 Factory
  • Triangle avant & arrière Carbone
  • Reach de 487mm en taille S4, offset 42mm
  • Roues Roval Traverse SL, 30mm

  • Pneus Butcher GridTrail 2.6
  • Shimano XTR 4p, 200/180mm
  • 4 modèles, 4 tailles, 4999€ à 10999€
  • Poids à préciser
  • Dispo immédiate (Expert / S-Works)
  • Fiche du vélo sur www.specialized.com

Premier coup d’oeil

Oh un Santa ! Je vois déjà les mauvaises langues crier au plagiat… Après le Stump’ esthétiquement proche asym’éprendre d’un Orbea. Voila que Specialized nous fait le coup d’un Santa avec son amortisseur au pied du tube de selle. Au premier coup d’oeil, c’est pas faux, mais au second, c’est surtout loin d’être exact…

On le voit sur ce coup-là, si quelques lignes rappellent une certaine paternité, Specialized ose et (nous) surprend dans les grandes largeurs ! Au risque de déplaire ?! Sur le catalogue peut-être, mais probablement pas sur le vélo…. La marque de Morgan Hill a rodé son coup, avec des axes de travail intéressants, des arguments à faire valoir…

 

 


Dans les grandes largeurs…

Visuellement, c’est remarquable, Specialized prend un nouvel élan. Dans le détail, à y regarder de près, c’est tout aussi intéressant. Avec l’Enduro, Specialized ose certaines trajectoires et pousse certains curseurs, de cinématique notamment, assez loin…

 

Débattement

Au premier rang desquels : le débattement ! 170mm avant/arrière, pour du 29 pouces, ce n’est pas si courant… On entend assez régulièrement que le 29 pouces n’a pas forcément besoin d’autant de débattement que le 27,5 pouces ! Et qui dit débattement en réserve, dit parfois comportement un peu pataud à la relance…

Mais là pour le coup, les choix s’expliquent, Spé a prévu son coup… Voyons plutôt…

 

Anti-squat et ratio

… En matière d’anti-squat notamment ! Quelle que soit l’avancée dans le débattement ou les circonstances, Specialized entend bien que son nouvel Enduro pédale efficacement. Pour ce faire, la marque a augmenté l’anti-squat. Globalement, de l’ordre de 40% par rapport à l’ancien.

En Enduro moderne, en compétition, on pédale partout, tout le temps, plus tôt… du coup l’anti-squat se maintient à une valeur importante de manière relativement constante.

On voit donc un certain équilibre particulier se mettre en place : fort anti-squat pour compenser un gros débattement. Specialized ose et se positionne dans une zone différente du spectre des possibles ou des habitudes du marché. Intéressant !

L’initiative hors des normes se poursuit avec le ratio : clairement très élevé en début de course, et grosse progressivité.

Le Specialized Enduro cherche donc encore ici à améliorer la sensibilité de début de course que l’anti-squat élevé pourrait gréver…

 

Axle Path

Pour augmenter l’anti-squat, Specialized choisit de profiter d’une opportunité : celle de jouer de la trajectoire de roue arrière, autrement dit de la faire déplacer vers l’arrière plus longtemps dans sa course, que d’habitude.

Le Specialized Enduro est censé offrir ainsi une suspension plus complaisante.

 

Géométrie

Pour parachever l’offensive californienne, le Specialized Enduro s’adonne à la radicalité avec une géométrie généreusement “Longer, lower, slacker”… Tout pour la vitesse !

A noter, qu’un flip chip, sur le point d’ancrage arrière de l’amortisseur, permet d’abaisser quelque peu le boitier et radicaliser la direction.

Saluons enfin la charte des tailles du nouveau Specialized Enduro, à l’image de celle initiée sur les Demo et Stump’ Evo, qui s’appuie sur des tubes de selle courts et tige de selle à grand débattement.

La marque ne dicte plus forcément une taille de vélo en fonction simplement de la hauteur d’entrejambe…. Mais selon la pratique et son absence de style de pilotage, on laisse désormais le choix d’un vélo plus court ou plus long !

 

 


Prise en main

Rendez-vous est pris en Californie, pour découvrir et tester durant toute une (seule) journée ce nouvel Enduro sur les pistes du bike-park de Northstar. Le champ de bataille de la prochaine EWS Nord-américaine.

Au programme, en compagnie des athlètes de la marque (Curtis Keene, Matt Hunter, Hannah Barnes… excusez du peu !) trois pistes permanentes ultra-rapides, poussiéreuses et souvent aériennes. On est bien loin du vélo de montagne à l’européenne – que j’apprécie – qui tricote, trialise parfois, tout en offrant des bonnes pointes de vitesse. Ici c’est gaz en grand, #fullattack. Pour dire, même sur de la double black, tout passe à vélo, à vue, et sans arrière pensée.

Ça tombe bien, mon Specialized Enduro S-Works a du débattement à revendre, une géométrie à toute épreuve et une cinématique à défendre. Pour la maniabilité, faudra repasser/retester avec un essai plus propice. Pour l’occasion, le vélo est équipé de jantes carbone et des nouveaux pneus GridTrail, plus légers que les Black Diamond.

 

La taille

Habitué à rouler sur du L “moderne” (Yeti SB150), Specialized me met à disposition un taille S4 pour mes 178cm et 76cm de hauteur de selle. Vu le programme, ça semble opportun.

Ne connaissant pas le détail des côtes au moment de l’essai, je ressens de prime abord selle haute un vélo légèrement plus grand de l’avant qu’habituellement. En terme de reach (487mm), on est dans la bonne moyenne moderne de ce que j’apprécie, mais je me suis certainement habitué à des tubes de selle plus redressés encore, qui projettent plus au centre du vélo.

En descente, rien à signaler, la taille est idéale pour se mouvoir d’avant en arrière. Le S3 me semble vraiment trop petit, pour le programme et mon style de pilotage.

 

Au pédalage

La quasi totalité des liaisons sont programmées en télésiège, hormis la première que nous réalisons à la pédale sur piste large jusqu’au sommet du bike-park.

Une montée roulante de 45min qui permet de mettre en exergue les qualités de ce Specialized Enduro. Amortisseur ouvert, la suspension reste active, confortable aux petits chocs tout en offrant une belle prestation au pédalage pour ce genre de gros vélo.

En relance en spéciale, j’ai particulièrement apprécié l’aptitude du Specialized Enduro à pouvoir pédaler partout. A aucun moment, on tape les manivelles. On relance en toute sérénité, sans pour autant être haut perché.

 

Quand il faut lâcher les freins

Dès les premiers hectomètres, le Specialized Enduro nouvelle génération parait rigide, vif, peut être un poil trop pour moi. Sans pour autant par ailleurs mettre en défaut le grip.

Restant relativement haut dans le débattement, il demande à ce qu’on lui rentre dedans. En freinant quelque peu les détentes avant/arrière, son comportement se bonifie au fil des runs.

Lorsque le rythme augmente, le vélo en redemande, c’est un rail, qui a la capacité d’encaisser les chocs tout en maintenant sa vitesse.

Le vélo confère la sensation paradoxale de rester assez haut dans le débattement, tout en offrant un confort “canapé”.

 

 


Qu’en penser ?!

Specialized revient sur le devant de la scène Enduro de belle manière, avec de l’audace. En soi, le pari me semble réussi, le vélo fait envie, c’est proprement réalisé.

D’autant que sur le terrain, ce nouveau joujou concrétise aussi ses promesses. Ça pédale, c’est dynamique, ça encaisse, malgré des choix plus que osés sur le papier. 

Reste à confirmer ces bonnes premières impressions “à la maison”, sur du plus sinueux, moins rapide, beaucoup plus engagé… Bref, on sera amené à en reparler !

 

La gamme Enduro 2020

Enduro S-Works 29 – 10999€

 

Enduro Expert Carbon 29 – 6999€

 

Enduro Elite Carbon 29 – 5999€

 

Enduro Comp Carbon 29 – 4999€

 

Kit cadre Enduro S-Works 29 – 3999€

Article lu 15 328 fois. Merci !