Pour les plus habitués d’entre nous, les nouveautés de la marque italienne n’ont que peu de secrets : il y a eu le Met Roam, précurseur d’un nouveau style transalpin, puis le Met Echo, pour rendre l’essentiel accessible, et encore dernièrement le très attendu Met Parachute MCR… 

Mais voilà que la marque ne s’arrête pas en si bon compte. Entre le Echo d’entrée de gamme et le Roam, restait un espace à combler. C’est ce à quoi s’attèle le Met Terranova, nouvel itération résolument All Mountain et Enduro qui ne nie pas ses liens de parenté ! 

 


Temps de lecture estimé : 3 minutes


 

 

 

Au premier coup d’oeil…

C‘est peu de le dire : dans la droite lignée de deux modèles phares de la marque, le Met Terranova reprend les codes qui ont fait le succès de ces derniers temps…

 

 

… Et dans les détails !

Outre le style, le Met Terranova a un intérêt lorsqu’il s’agit de se pencher sur ses détails de conception. Notamment en ayant à l’esprit son prix public conseillé – la barre des 100€ sans Mips, 120€ avec – et son poids dans la bonne moyenne du moment – de 315 à 375g en fonction de la taille et de la présence du Mips.

À ce prix, la performance est donc intéressante ! En comparaison avec le Met Roam, nombre de détail et de technologies sont en commun, et font du Met Terranova un casque à considérer au moment de s’équiper, pour peu que ça intervienne après début septembre 2019, date de mise sur le marché des trois tailles – S (52/56cm), M (56/58cm) & L (58/61cm).

 

 

Qu’en penser ?!

En attendant, ce premier aperçu a de quoi donner des idées. Deux ans après avoir mis le Roam et ses progrès sur le marché, Met continue à décliner et relève désormais le défi de rendre accessible au plus grand nombre. Une initiative intéressante à partager…

Et des idées qui, logiquement, pousse la réflexion un peu plus loin. Que reste-t-il au Met Roam ?! En tant que grand frère – comme le Orbea Rallon il y a peu – le voilà rattrapé par ses cadets. C’est désormais là qu’une partie des efforts de la marque peuvent se concentrer… Wait and see 😉

Article lu 2 392 fois. Merci !