Comme nous venons de le voir Dans les tuyaux, cette fournée EVO se distingue très fortement des autres modèles de la gamme. Specialized joue la carte de la nouveauté avec ce Stumpjumper EVO Comp 29…

Effectivement, plus long, plus couché et surtout plus bas que tout ce que l’on a pu voir jusqu’à maintenant, sa géométrie “engage”. Et pourtant Specialized fait le choix de conserver les 140mm de débattement communs aux Stump’ !

Alors, cette “grande” géométrie lui donne-t-elle des ailes ? N’est-il pas finalement limité par son “petit” débattement ? Ses suspensions sont-elles en adéquation avec le programme que laisse entrevoir sa géométrie ? Et enfin, à qui s’adresse-t-il ? Puis, pour quoi est-il fait ? C’est l’heure du verdict, sur Endurotribe !

 


Temps de lecture estimé : 10 minutes


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Specialized Stumpjumper EVO Comp 29

  • Destiné à l’usage Enduro
  • Roues en 29 pouces 
  • 150/140mm AV/AR, 36 Rhythm + DPX2
  • Triangle AV/AR en alu
  • Offset de fourche court
  • Reach de 475mm en taille S3

  • Roval Traverse 29, 30mm
  • Specialized GRID, 2.6 pouces
  • Sram Code R, 200mm AV/AR
  • 1 modèle, 2 tailles, 3499€
  • Pesé à 15,6kg en S3, sans pédales, tubeless 
  • Fiche du vélo sur www.specialized.com

 

Premières impressions

Les premiers tours de roues sont sans appel ! Malgré des gros pneus en 2.6 et des roues d’origine lourdes, ce Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 pédale sacrément bien. Puis, assis comme debout sur les pédales, je me trouve équilibré entre les deux roues, en ayant le choix de déplacer mon poids vers l’avant ou l’arrière pour charger la roue souhaitée, avant OU arrière… Ça rend le pilotage plus confortable. Mais est-il plus facile pour autant ?

 

Aussi, ce Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 procure des sensations nouvelles en courbe, dans la pente, les épingles et même les portions plates. Mis-à-part sur certains vélos de DH, j’ai rarement retrouvé cette sensation d’être dans un rail. D’une stabilité démoniaque face à toute épreuve ! Sauf qu’il n’est pas collé comme un DH. En fait, il garde le cap et rend ce qu’il faut pour conserver le flow !

Je me délecte de ces moments tant c’est rassurant. Le corps et l’esprit se relâchent. Moins de questions me taraudent : suis-je bien positionné ? Je regarde assez loin ? Ne suis-je pas trop sur l’avant, vais-je passer par devant… !? Je sens que ça décroche, ai-je bien fait la pression des pneus avant de partir !?

Mais la moindre portion de sentier un poil moins lisse – racines, trous, rochers – rappelle à l’ordre tant il devient inconfortable voir incontrôlable : il tabasse, surtout de l’arrière ! Mais pourquoi donc ? Sa géométrie y est-elle pour quelque chose ? Ou est-ce ailleurs ?

 

 

D’où ça vient ?

Un flot de nouvelles sensations me sautent aux yeux tant ce Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 se différencie des autres vélos passés à l’essai jusqu’alors. Les sorties suivantes me permettent d’en préciser les causes :

Sa géométrie !

En fait, si le Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 excelle dans bons nombres de situations, c’est bien grâce à cette géométrie plutôt moderne qu’étrange ou exclusive. Cette géométrie Longer, Lower & Slacker s’accorde avec un empattement et des bases plus longues, un angle de direction plus fermé et surtout un boitier bien plus bas qu’à l’accoutumée.

Lorsque l’on parle de géométrie, on oppose souvent stabilité et maniabilité, pourtant, les deux vont de pair ! Sur le Stump’ EVO 29, le boitier de pédalier est, en effet, vraiment bas, à 328mm du sol.

Il est très stable sans pourtant perdre en maniabilité alors que d’autres vélos Enduro, presque aussi longs, aussi couchés mais plus haut perchés, sont bien moins maniables ! Comme si un boitier suffisamment bas pouvait contrecarrer l’effet “péniche” d’un empattement long…

Ainsi, avec un centre de gravité globalement plus bas et une emprise au sol plus longue, le gain de stabilité est notable et s’en ressent finalement lorsque l’on doit incliner le vélo pour tourner ou garder le cap à plat. Son angle de direction fermé évite aussi un transfert des masses trop rapide sur l’avant lorsque l’on freine où dans la pente, l’OTB semble un lointain souvenir…

 

Ses suspensions...

Reste qu’il ne gomme pas vraiment le terrain, il secoue !

L’amortisseur Fox DPX2 Performance n’offre aucun réglage mis-à-part la détente et un blocage. Puisque faire varier le SAG ou les tokens n’a aucune influence positive, il ne m’a donc pas fallu longtemps pour pointer du doigt le setting d’origine… Absolument trop ferme dans sa globalité, il verrouille au moindre choc sans pour autant absorber l’énergie de l’impact. C’est donc le pilote qui trinque !

Cette sensation est aussi, dans une moindre mesure, présente à l’avant. La fourche Fox 36 GRIP Performance n’offre aussi qu’un réglage de détente et une molette de compression. A basse vitesse, elle fonctionne mais dès que la vitesse s’emballe ou que le terrain devient plus exigeant, elle s’avère aussi dépassée par le programme

Le Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 en pâtit

 

 

Comment ça se règle !?

L’unique montage à la gamme, le Specialized Stumpjumper EVO Comp 29, offre finalement peu de possibilité de réglage. Et quels que soient les réglages choisis, ce Stump’ EVO 29 semble malheureusement limité par ses suspensions… Il faut donc faire avec et au mieux, notamment en freinant particulièrement les détentes pour calmer le jeu et le stabiliser au maximum lorsqu’il frappe dans les trous :

RéglagesAvantArrière
SAG25%30%
Détente1/2 à 2/3 ouverte1/3 ouverte
CompressionsPosition intermédiaireN/A
Token / Spacersd'origined'origine

En fait, ses suspensions n’offrent pas le grip et le confort escomptés, et nécessaires ! Et l’essai avec d’autres amortisseurs, confirme bel et bien que le Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 est limité par ses suspensions quand sa géométrie laisse pourtant entrevoir un avenir plus glorieux… Dommage !

Puis, même s’il frappe nettement moins avec le Fox DHX2 Performance – qui équipe le Stump’ EVO Pro dispo aux US – le grip est ici autrement meilleur, et ce n’est pas ses 140mm qui le limitent… Malgré tout, son comportement au freinage me rappelle mes années au guidon des Specialized Enduro 26″. La suspension arrière est particulièrement influencée par les freinages et s’affermit brusquement lorsqu’on bloque le frein arrière. La sensation d’inconfort ne tient peut-être pas qu’à son amortisseur…

Enfin, mon poste pilotage est plus bas sur le Stump’ EVO 29 que sur les autres vélos passés à l’essai – au moins 10mm plus bas. Une remarque somme toute logique puisque le boitier est au moins 10mm plus bas qu’habituellement…

 

 

Comment ça se pilote !?

Comme sa géométrie lui procure une aisance et une sérénité hors pair, en toutes situations, il facilite le geste technique, rassure et donne la banane !

En quête du Flow...

Pas besoin de le brusquer pour en tirer parti. Son but, c’est d’atteindre le flow tant recherché, alors autant rouler fluide, rond et propre ! Surtout qu’avec ses suspensions d’origine, l’erreur à l’attaque n’est pas permise, il rappelle à l’ordre… Et puisque le pilotage n’en est que plus simple, autant en profiter aussi pour tenter de nouvelles lignes et oser !

Je me suis surpris à ouvrir des épingles comme jamais je n’avais tenté auparavant, à recouper des lignes qu’habituellement je ne vais pas chercher dans les singles à plat… Bref, le Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 ouvre de nouveaux horizons.

 

A la pédale

Bien que le Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 se démarque sur d’autres chiffres, son angle de tube de selle est tout à fait dans la tendance actuelle : proche des 76°. La position est donc propice au confort et au rendement lorsqu’il faut pédaler.

Bien que la suspension arrière oscille sous l’effort de pédalage, ses bases en 443mm et son angle de direction fermé, 63,5°, qui amène la roue vers l’avant, l’aident. Il n’a pas tendance à cabrer dans les fortes pentes. Surtout que, plus centré entre les deux roues, avec des masses mieux réparties entre l’avant et l’arrière, le pneu arrière s’écrase moins sous le poids du pilote. Le rendement est meilleur !

Puis, autour des 16kg, il se révèle étonnamment être un bon pédaleur et grimpeur ! Le poids peut juste entacher sa capacité à enchaîner les bornesC’est sûr qu’après 4 heures de selle on souhaite légitimement tirer un moins lourd fardeau !!

 

Courbes, pentes, plat, épingles...

Comme il donne souvent l’impression d’être dans un rail, on cherche moins à s’équilibrer ou à compenser les mouvements du terrain. Donc si l’appui le permet, il faut se pencher, regarder loin, lâcher les freins pour découvrir pourquoi ce Stump’ EVO est génial : se laisser tomber dans les courbes sans pour autant poser pied à terre !

Reste qu’avec le Stump’ EVO 29, les épingles n’en deviennent pas un calvaire à tourner du moment que l’on applique les techniques de base : pied extérieur en bas, épaules et regard vers la sortie et quand c’est possible exter-inter-exter 😉 D’ailleurs, c’est souvent à son guidon que l’on se dit, juste après, que l’on aurait pu passer encore plus vite, même si on a lâché le frein plus tôt que d’habitude… Il donne l’impression de toujours pouvoir en faire plus, que l’on peut passer toujours plus vite. Finalement que l’on atteint nos limites avant les siennes…

 

 

Pour qui ? Pour quoi faire ?

Quoi qu’il en soit, avec son “petit” débattement et sa “grande” géométrie, le Specialized Stumpjumper EVO 29 est bel et bien un Enduro. Il est certes capable de s’aventurer sur les Bikeparks ou des trails d’All Mountain, comme d’autres vélos d’Enduro actuels, mais sa discipline de prédilection reste clairement l’Enduro.

Le Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 n’est donc pas totalement exclusif ! Il propose simplement quelque chose de différent. Certes ce n’est peut-être pas le choix le plus intéressant pour aller vite en course mais c’est certainement une solution facile et plaisante pour s’amuser et rider just for fun !

 

 

L’intérêt du carbone !?

Pour la plupart, l’aluminium rime avec bas de gamme et souplesse. Pourtant, je ne reproche absolument aucun manque de rigidité à ce Stump’ EVO 29 en alu. Clairement pas ! Mais alors en quoi une version carbone pourrait-elle être un choix judicieux ?

Il ne manque pas de rigidité mais montre parfois un manque de vivacité, de dynamisme pour reprendre de la vitesse, bondir d’un virage à l’autre et aller vite dans les grandes compressions ! C’est donc bien là que le carbone a son intérêt : mieux maîtriser la répartition de la matière, des différents layers, des différentes épaisseurs… pour plus d’élasticité, de dynamisme ou une meilleure filtration des vibrations…

En plus d’offrir la très pratique SWAT Door et d’être certainement plus rapide face au chrono, un Stump’ EVO carbone à la gamme a donc du sens. La version alu était une bonne option pour tâter le marché, place maintenant à une réponse plus ajustée, plus précise, plus aboutie…

 

 

Et que reste-t-il alors à l’Enduro ?

Si ce modèle EVO rompt le pas avec les anciennes générations d’EVO, c’est bien en venant chatouiller l’Enduro de la gamme Specialized plus qu’aucun autre Stump’ EVO ne l’a fait auparavantMais attention !

Il est capable de rivaliser dans la pratique. Mais l’aborde d’une manière totalement différente. Grâce à sa géométrie new school il concurrence l’Enduro, tout de même plus performant dans sa capacité à amortir. Mais, en l’état, le Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 souffre d’un inconvénient majeur pour pousser l’Enduro définitivement aux oubliettes : des suspensions d’entrée de gamme qui entache fortement son potentiel…

Alors oui ! A mon avis, il ne reste que peu de temps à vivre à l’Enduro… Surtout si la gamme des Stump’ EVO progresse et s’élargit ! L’heure a peut-être sonnée pour que le Stumpjumper reprenne ses droits et son image originelle au sein de la gamme américaine… Affaire à suivre !?

 

 

Vis-à-vis de la concurrence

Malgré ses suspensions, le Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 semble donner plus de grip qu’aucun autre vélo. Son centre de gravité bas aidant forcément. L’angle de direction fermé aussi, puisqu’il exacerbe les qualités de l’offset court : meilleure motricité et plus directif !

Le Stump’ EVO 29 permet aussi d’aborder plus sereinement beaucoup de passages, notamment les plus techniques et pentus, même les virages… qu’avec bons nombres d’autres vélos d’Enduro !

 

Vis-à-vis du Specialized Stumpjumper 29

Le Specialized Stumpjumper 29 est plus vif. Il demande plus de précision et de rigueur pour être piloter quand sa version EVO 29 laisse plus de liberté et permet aussi plus d’agressivité ! Étonnamment, au pédalage, ils sont très proches en terme d’efficacité : quand le premier est dynamique, le second joue de sa géométrie et de sa position pour tirer son épingle du jeu…

 

Vis-à-vis du Transition Sentinel

Le Transition Sentinel alu se rapproche fortement du Stump’ EVO 29 de par sa longue géométrie et ses 140mm de débattement arrière : 1247mm d’empattement et 64° d’angle mais un boitier plus haut à 340mm.

Quand le Transition Sentinel est à l’aise à hautes vitesses, il montre ses limites lorsqu’il s’agit de jouer avec le terrain ou de tricoter dans les épingles. Le Stump’ EVO 29 reste lui capable de bonne performance dans ce domaine. Un poil moins fun au final, mais plus polyvalent !

 

Vis-à-vis du Cube Stereo 150 29

Comme ce Stump’ EVO 29, le Cube Stereo 150 29″ m’a aussi permis de tenter quelques nouvelles lignes, mais pour des raisons différentes ! Le Cube le permet grâce à une très grand précision et des suspensions de haut vol qui procurent grip et confort.

Le Stump’ EVO 29 profite de sa stabilité accrue et de l’impression d’adhérence importante pour rassurer, laissant plus de liberté à son pilote : dans le choix des trajectoires notamment ! L’américain est aussi plus fun que le morose germanique…

 

 

Conclusion

Vient alors le moment de conclure et de répondre à la questionpourquoi voudrais-je garder le Specialized Stumpjumper EVO Comp 29 ?! 

“Dans sa parure Comp, les suspensions remettent en cause mon envie de le garder au garage. Cependant, ce Stump’ EVO offre une nouvelle vision de la géométrie et des nouvelles sensations qui m’ont convaincu… Avec une possible arrivée du cadre en carbone sur le marché français et des montages en adéquation avec le programme du Stump’ EVO, c’est clairement un vélo d’Enduro de premier choix. Plaisant et facile ! Qui risque d’ailleurs de faire de l’ombre à l’Enduro de la marque… “

 

 

Positionnement & usage

En synthèse, le tableau de positionnement et d’usages permet, en un seul coup d’oeil, de saisir les capacités du vélo. (rafraîchir la page si le tableau ne s’affiche pas)


Comparées à celles des autres vélos à l’essai permettra de répondre à l’éternelle question > par rapport aux autres, qu’en penses-tu..? Rendez-vous sur la page du Comparateur d’essais VTT Endurotribe pour en savoir plus >  http://www.endurotribe.com/comparateur-essais-vtt-2016/

Article lu 10 671 fois. Merci !