Non ! Ce n’est pas une blague..! Voici le Lapierre eZesty sur Endurotribe – avec un qui voudrait tout dire dans son nom : présence d’une assistance électrique ! Oh, on n’est pas fous ou amnésiques : on a pas oublié VTTAE.fr, notre pendant dédié à la pratique assistée… 

Mais si le Lapierre eZesty prend place dans les colonnes Endurotribe, c’est bien qu’au final, on pense que ceux à qui il se consacre le plus se trouvent par ici… Alors, on va même prendre le temps d’exposer précisément nos raisons !

Que signifie hybride ?! Comment le Lapierre eZesty est-il conçu ?! Comment faut-il le considérer ?! Que vaut-il sur le terrain ?! Quelle place peut-il avoir sur le marché ?! Le voici dans les tuyaux d’un essai complet tel qu’on les apprécie, sur Endurotribe !

 


Temps de lecture estimé : 8 minutes


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Lapierre eZesty AM LTD Ultimate

  • Destiné à l’usage All Mountain
  • Roues en 27,5 pouces 
  • 150/160mm, Fox Float & 36 FIT4 Factory
  • Triangle avant & arrière carbone
  • Reach 470mm en taille L, offset normal
  • Lapierre eAM+ Carbon, 30mm

 

Hybride ?!

Le mot est lâché ! À la mode dans l’automobile – là où deux motorisations thermiques et électriques se côtoient – il n’avait pas encore été mis à profit à VTT. Après tout, le concept même d’assistance électrique à vélo a déjà tout d’hybride. Par la loi, il y a obligation que l’assistance ne fonctionne qu’en présence d’un effort de pédalage du pilote…

Alors, que peut bien signifier ce terme appliqué à un VTTAE de nos jours ?! Son usage n’a l’air de rien. Il pourrait même paraître anodin ou opportuniste d’un point de vue marketing… Pourtant, à l’usage, on va voir qu’il revêt une nuance très, très importante pour saisir le réel potentiel et la réelle valeur du Lapierre eZesty…

 

 

Premier coup d’oeil…

Alors, à quoi ressemble ce Lapierre eZesty ?! Qu’est-ce qui le différencie de son homologue traditionnel, le Lapierre Zesty passé à l’essai il y a quelques temps sur Endurotribe ?! La présence d’une motorisation, bien entendue, dont l’objectif premier est d’être intégrée au possible…

 

Au delà d’être très largement intégrée, cette motorisation est surtout au coeur du concept même du Lapierre eZesty. Ce sont les caractéristiques physiques et techniques de l’assistance Fazua Evation qui l’ont rendu possible…

 

Voilà donc en quoi le Lapierre eZesty est hybride : il se veut utilisable aussi bien avec, que sans, assistance électrique. 18,40kg avec assistance, 15,60kg sans assistance, dans les deux cas prêt à rouler (poids sans pédales)… Intéressant ! 

Dans la configuration traditionnelle, le Lapierre eZesty ne pèse que 200g de plus que Lapierre Spicy passé à l’essai il y a peu… D’ailleurs, si l’on jette un oeil au montage, il y a quelques similitudes qui frappent…

Voilà pour le premier coup d’oeil qui en dit long sur les intentions de ce Lapierre eZesty hybride : assisté mais très intégré, un peu plus lourd mais franchement allégé, et monté à mi-chemin entre un Zesty et un Spicy de la gamme traditionnelle…

 

 

Intrinsèquement…

Pour y voir plus clair, il faut donc jeter un oeil aux principaux choix qui ont dicté sa conception. D’abord, pour noter que le Lapierre eZesty n’est pour l’instant disponible qu’en roues de 27,5 pouces. Assez logiquement, il propose le même débattement arrière que le Zesty traditionnel dans ce format de roues : 150mm.

À l’avant, par contre, non content de faire usage du châssis de la Fox 36, il en reprend aussi le débattement phare : 160mm contre 150mm aux Zesty classiques. Le eZesty serait-il généreux ?! Il reprend en tout cas, presque point pour point, la cinématique qui fait le succès des Spicy/Zesty dernière génération.

Tout juste fait-il l’objet d’un développement particulier au niveau du triangle arrière, en matière de layup carbone. Assistance, intégration, poids, etc… Voilà les têtes pensantes Lapierre face à des questions pour assurer la bonne raideur à la partie arrière du eZesty…

À l’usage, les metteurs au point de la marque estiment que la rigidité est meilleure avec le pontet et, par la suite, le layup des haubans est ajusté pour obtenir le même résultat, sans pontet. Quelques précieux grammes et/ou millimètres gagnés ?! 

 

 

La motorisation…

Toujours est-il qu’il est l’heure de monter sur ce fameux Lapierre eZesty, temps de s’en faire une première idée. La mienne est clairement dictée par la motorisation Fazua qui l’équipe. Pour ne rien cacher, j’envisageais d’abord cet essai comme celui d’un VTT à assistance électrique habituel. 

Me voilà donc, pour la première fois au guidon du Lapierre eZesty, parti faire la même chose qu’avec d’autres VTTAE. Erreur ! Fazua a beau annoncer 250W et des pics à 400W/60N.m de couple, je les cherche encore. À fond, l’assistance est à peine équivalente au mode Trail Shimano, réglé au plus bas.

Et quand bien même je resterais sur ce niveau d’assistance, les dix diodes qui représentent les 250Wh d’autonomie fondent à vue d’oeil. Qui plus est, elles sont optimistes : pour exemple, “3 diodes” signifie que l’on se situe entre 20 et 30% d’autonomie, soit clairement plus proche des 20%, que des 30%…

Bref, c’est à ce jeu là que j’en viens surtout à consolider qu’avec les motorisations concurrentes – Bosch, Shimano, Yamaha, Brose… à 250W de puissance et 500Wh d’autonomie – il existe bien une pratique VTTAE : où l’on prend plaisir à monter plus pentu, plus vite. Où une technique d’équilibre et de coordination pour assurer motricité et franchissement prend naissance. Où l’on envisage clairement de faire plus : loin, haut, vite…

 

 

La suite ?!

Ici, la motorisation qui équipe le Lapierre eZesty ne s’y prête simplement pas. C’est autre chose. Je dois revoir mes ambitions, ma copie, ma perception… Mais alors, à quel usage se destine le Lapierre eZesty ?! 

C’est tout l’objet de la suite de cet essai ! Voilà le Lapierre eZesty dans les tuyaux Endurotribe et l’on commence déjà mieux à comprendre pourquoi… D’ailleurs, on a aussi insisté pour que je le roule sans moteur et batterie…

Certes, c’est curieux et surtout, c’est ennuyeux pour lui si, au final, j’en venais à le préférer sans assistance plutôt qu’avec… Mais ma curiosité de testeur est aiguisée comme jamais. Rendez-vous au sein du verdict de cet essai, désormais en ligne, pour en savoir plus 😉

Article lu 15 472 fois. Merci !