Hommage à Bonux

L’emblématique Christian Bonnet alias Bonux, patron d’Adrenalin Point à Métabief nous a quitté mardi dans un accident de ski en couloir alors qu’il s’adonnait à sa passion sur le glacier suisse d’Arpette. Bouleversés par la nouvelle, il nous aura fallu du temps pour évoquer ce gars vrai et bon, que la vie n’a pas épargné, et que l’on a eu la joie de côtoyer six ans durant à nos débuts sur Métabief et à l’occasion notamment de l’organisation de l’Open Enduro.

Trait d’union dans notre relation avec Bonux et nos débuts à Métabief, nous avons décider de donner la parole à Sam Péridy pour cet ultime hommage…

Nos pensées vont à ses proches, les Antoine’s, ses ami(e)s…

 

Un hommage sera rendu à Bonux ce samedi à 11h à Métabief.

 


Temps de lecture estimé : 4 minutes – Texte : Sam Péridy


 

 

Quand Quentin m’a demandé d’écrire ces quelques lignes pour Endurotribe, j’ai sur le moment hésité sous le coup de l’émotion, et puis je me suis ressaisi pour toi, pour ta famille, tes proches et le monde du VTT que tu connaissais si bien…

À Bonux

Mon vieil ami Bonux. Je dois bien t’avouer que de me retrouver devant une page blanche en pareille situation ne me met pas vraiment à l’aise. Comment trouver l’inspiration ?

Comment te rendre hommage en te faisant honneur et en respectant ta dignité, sans oublier quelque chose…

C’est la deuxième fois que je me retrouve en pareille situation, décidément tu ne m’auras rien épargné. Mais qu’importe, il paraît que les amis c’est “aussi” fait pour ça, n’est-ce pas… Je n’ai pas envie de m’apitoyer sur mon sort, et encore moins sur le tien. Tout le monde sait par où tu es passé. J’ai juste envie aujourd’hui de parler de toi, de nos relations, et de laisser loin derrière certaines histoires obscures dont je n’ose même plus me souvenir.

Te rappelles-tu comment on s’est connu ? Je m’en souviens comme si c’était hier, c’était en 1993 lors des Championnats du Monde de VTT à Métabief. Tu étais à l’époque responsable des pistes et de la sécurité. C’était “THE” CHAMPIONNATS DU MONDE, que personne n’a oublié, quel souvenir incroyable. Mais, c’est un an après lors des Championnats d’Europe toujours au même endroit que nos destins se sont croisés. Cette terrible chute qui me coûta une partie de moi. Quelle claque ! Celle-là, il est difficile de ne pas s’en rappeler. Même si je n’ai que de très vagues souvenirs, c’est toi Bonux qui est arrivé le premier sur les lieux de l’accident et qui a fait le boulot. Sans toi et ton sang froid, pas sûr qu’aujourd’hui j’aurai pu écrire ces quelques lignes.

Je me suis installé dans la région quelques années plus tard, et notre amitié n’a fait que grandir depuis toutes ces années. Tu te rappelles lorsque l’on est parti ensemble à Mont Sainte Anne au Canada pour les Championnats de Monde de VTT ? C’était en 1998. Moi j’y allais pour courir et toi tu avais été invité pour être représentant de la station, mais aussi coordonner la sécurité sur place. Quel honneur de représenter Métabief dans toute sa splendeur. Nous allions rentrer ensemble avec mon premier titre mondial. Quelle voyage, quelle histoire et qu’est-ce qu’on s’était marré cette année-là.

Je me souviens aussi d’une descente en ski de la Berche qu’on avait fait ensemble. Oh bien-sûr, on en a fait pleins des descentes de la Berche ensemble, mais celle-ci avait quelque chose de particulier. C’était à la fin décembre quand les jours sont les plus courts. Je ne me rappelle plus très bien l’année, mais je me rappelle juste que la lumière de cette fin de journée était incroyablement belle. Je me rappelle aussi qu’on était seul au monde, plus personne pour perturber une joie immense que l’on avait partagé en cet instant magique.

Et puis, il y a eu ce drame en 2009 que personne n’a oublié. Depuis ce jour, je n’ai jamais pu te demander comment tu allais, et je le regrette aujourd’hui. Je me suis remis en selle une dernière fois, pour honorer ta famille et essayer de faire du mieux possible. Même si cet acte reste très symbolique, je n’avais pas trouvé mieux à l’époque pour te venir en aide. Je sais au fond de moi que tu avais beaucoup apprécié cette démarche, et que tu m’en serais éternellement reconnaissant.

J’espère que tu ne m’en voudras pas trop cette fois-ci, mais je ne remonterais pas sur mon VTT, du moins pas en compétition. Je peux juste te dire que je penserais toujours à toi quand je descendrais la Berche en VTT ou en ski, en regardant le ciel et cette lumière que tu aimais tant.

Voilà mon ami, mon frère, mon poto, je crois que c’est le bon moment de se dire au revoir. J’espère que tu es bien là-haut et que tu as enfin trouvé la paix…

Sam “RIP BONUX” Péridy

Article lu 6 646 fois. Merci !