Après les courses, cette année encore sur Endurotribe le team Rocky Sports continue de prendre la parole et nous raconter ses péripéties…  Mais ça n’est pas toujours facile de parler de soi… Alors, cette saison, l’équipe la plus conviviale du paddock laisse la parole à quelqu’un qui a côtoyé le team tout au long du week-end de course. 

Une aubaine de vivre à leur manière, de pouvoir s’immiscer dans l’intimité et l’organisation de ce team chaleureux, et de voir tout simplement les choses sous un autre angle ! Pour cette première, honneur à Philippe Bronn, connaissance de longue date, véritable passionné et parmi ceux qui ne gravitent jamais bien loin des Rocky’s… 

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes – Photos : Bat-Com


 

 

Filou…

JJe suis Philippe Bronn, alias Filou, 44 ans, je pratique le VTT depuis 30 ans – XC, puis DH, puis Enduro – pour le plaisir y compris en compétition. Je suis un grand passionné de vélo et de montagne.

Etant assez souvent sur un vélo, j’ai fini par croiser Lucas Frigout en région lyonnaise, où l’on s’entraîne ensemble quand l’occasion se présente. Malgré la différence d’âge – je m’amuse à lui dire qu’il pourrait être mon fils – on partage pas mal de choses : de la coupe de cheveux à la philosophie de la vie

 

 

L’Enduro…

Ce n’est un secret pour personne, l’Enduro est la discipline VTT “à la mode” du moment. Cette discipline attire beaucoup de monde, il n’y a qu’à voir le nombre de participants sur les courses régionales et nationales pour s’en convaincre !

Je suis toujours impressionné par les moyens dont disposent nombre de compétiteurs du plateau : on ne compte plus les fourgons made in Germany, ni les camping-cars tout équipés. Même constat en ce qui concerne le matériel du pilote : vélo de l’année équipé au top du top, équipement à la mode,… rien n‘est trop beau !

Vu de l’extérieur, ça peut donner l’impression que l’apparence prend le dessus sur le talent des pilotes…

 

 

L’ambiance…

Cela fait maintenant plusieurs saisons que je côtoie la fine équipe Rocky Sports : on covoiture pour aller sur les courses, on partage le même carré de pelouse sur le bivouac coureurs…

Ce qui m’a tout de suite frappé chez les “Rocky”, c’est la décontraction qui se dégage de l’équipe. Pas de chichi : on cultive la simplicité, la culture “camping”, la débrouillardise, le sens pratique… On n’est pas là pour en mettre plein la vue, mais juste pour se faire plaisir et en profiter pour honorer les partenaires.

Pour ceux qui roulent en compétition, vous savez à quel point la préparation d’une course peut générer du stress : entre la préparation du matériel, la logistique, les repas, les heures de départ à respecter et j’en passe.

 

 

L’équipe…

Ça fait maintenant plus de 11 ans que ce team amateur se montre sur les événements nationaux et internationaux, les automatismes sont bien ancrés, et malgré une apparence de “joyeux bordel“, chaque chose à sa place, et chaque membre du team a son rôle à jouer pour que la machine fonctionne.

Quentin : le leader de l’équipe, distribue les tâches et s’assure que tout le monde est à son poste.

Lucas : s’occupe du business avec les partenaires.

Xavier : est l’expert technique de l’équipe. Les retours sur les produits testés pour les partenaires, c’est lui !

Axelle : est responsable de la logistique (organisation des courses) et de la partie administrative également.

Yoel : le ptit jeune du groupe, naturellement plus à l’aise avec les nouvelles technologies joue le rôle de community manager.

Paul : se remet de ses blessures pour revenir plus remonté que jamais. Full time job !

Pas d’assistance, les opérations mécaniques ou la logistique – navettes en voiture si besoin – sont des tâches que les pilotes font eux même.

Que ce soit en entraînement, sur la nutrition, les stages de perfectionnement, etc… tout est mis en place pour obtenir du résultat en course. D’ailleurs, l’abandon n’est pas une option, il y a toujours une solution du moment que le pilote et le vélo sont à peu près en état.

 

 

Positive attitude

Dans cette équipe, pas de stress apparent, c’est le même sourire affiché du matin au soir. Les membres de l’équipe sont heureux de se retrouver pour faire ce qu’ils aiment le plus : aller rouler les trails ! Cette ambiance bonne enfant est même contagieuse, les “Rocky” connaissent un peu tout le monde.

Bien que l’on soit dans la compétition pure, pas de rivalité, le team Rocky Sports s’emploie à faire du plateau des Enduro Series une grande famille qui se retrouve tous les mois lors de la saison de courses.

L’entraide dans le team est un maître-mot. Bien sûr, dès qu’un membre de l’équipe est en galère, il peut compter sur les autres pour l’aider ou le soutenir… Et c’est la même véritable empathie qui amène parfois les membres du team à “dépanner” un concurrent en galère mécanique le soir au paddock. On est bien loin du chacun pour soi !

Au final, mieux vaut concourir dans la bonne humeur, plutôt que dans une ambiance de rivalité puisque de toute façon tout se règle à coup de chrono… autant que les week-ends de course ressemblent le plus possible à une fête !

 

 

Finalement…

Pour moi, le team Rocky Sports reflète bien l’essence du vélo comme on l’aime : la convivialité, le plaisir de partager la passion de rouler les chemins sur leurs vélos, de se tirer la bourre entre potes sans se prendre la tête. Un exemple à suivre, et une source d’inspiration pour la nouvelle génération !

Le team Rocky Sports, c’est l’incarnation de l’esprit Enduro…

Et en terme de résultats : même constat, en attestent les nombreux podiums dans de nombreuses catégories… Et leur titre de Champions de France des Teams, qu’ils remettent en jeu cette saison. Pour l’heure, après cette manche d’Olargues, ils sont deuxièmes, derrière le Team Pivot Supertour… Comme quoi, on peut avoir des résultats sans se prendre trop au sérieux !

Article lu 2 972 fois. Merci !