C’est tout chaud ! Les résultats de la première Enduro World Series 2019 viennent de tomber ! Down under, les résultats prennent un bon coup de frais. Même si les noms des vainqueurs semblent logiques, derrière, un tas de choses intéressantes sont à noter. Que s’est-il donc passé à Rotorua ? Endurotribe décripte !

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes – Photos : Enduro World Series


 

 

 

Conditions de course…

En premier lieu, le cadre de cette compétition. Après le chantier d’il y a deux ans, c’était logiquement une question en suspens… Et les prévisions météo laissaient entrevoir une légère pluie, sans trop savoir l’impact réel qu’elle aurait.

Au final, il a plu avant le début de la course, mais les trails, très poussiéreux jusqu’ici, sont restés plutôt fidèles à ce qu’ils étaient aux reconnaissances. Tout juste la pluie tombée en surface a pu fausser la perception du relief pour certains, rendant le pilotage parfois hasardeux.

 

 

Maes, totale domination !

S’il y en a un pour qui rien n’était hasardeux aujourd’hui, c’est bien lui : Martin Maes s’impose de manière magistrale sur cette ouverture de saison Enduro World Series à Rotorua. 5 spéciales, 5 temps scratchs, et une course à sens unique. C’est bien simple, il n’a eu de cesse d’augmenter son avance au général tout au long de la journée.

Ça parait simple, mais il y a pourtant bien une logique qui se détache en observant les chronos : les écarts se sont bien créés et consolidés dans l’enchaînement des spéciales 3 – la plus longue – et 4 – la spéciale reine. Logique donc que Martin empoche les points qui s’y réfèrent ! Voilà, dans tous les cas, une domination qui n’a pas fini d’alimenter les débats, lui et son vélo aux roues différenciées…

 

 

Où est Sam Hill ?!

En attendant, une autre question se pose… Après deux saisons de franche domination, et avec son habitude d’être présent en début de saison, Sam Hill est forcément dans toutes les têtes : où est-il ? 13eme au final, le champion en titre n’était pas dans un grand jour. 4eme temps de la SP1, on pouvait penser qu’il allait, comme à son habitude, frapper un grand coup et tuer la course…

Au lieu de ça, les fameuses spéciales 3 et 4 lui ont été fatales dans la course à la victoire. Sam déclarait à leurs issues qu’il était constamment collé, attiré vers les lignes les plus basses dans certains passage… Le signe d’un jour sans où le roi de la trajectoire ne tient pas celles qui lui semblaient pourtant évidentes !

 

 

Dauphins du jour

Pas de duel au sommet donc pour cette ouverture de saison, mais plutôt une bataille ouverte entre locaux et habitués des places d’honneur. Et ce sont les premiers cités, en la personne de Keagan Wright, qui l’emportent. Ceux qui suivent les réseaux sociaux de Damien Oton avaient certainement remarqué que le frenchy disait du bien de son teammate. Au point d’en faire un favoris ?! 

C’était donc possible ! Il prend la seconde place devant un habitué, lui du podium EWS : Florian Nicolaï, sans faire de bruit, est une nouvelle fois sur la boite et dans les gros points. Là, précisément, où il a fini le classement général de la saison passée ! Il prend le meilleur sur un autre habitué des top 10, Jesse Melamed, et un local en verve : Cole Lucas.

 

 

Les frenchies ?!

Outre Florian Nicolaï en tête de proue, les frenchies s’en sortent honorablement en ce début de saison. Ce n’est pas la domination que l’on connait parfois en cours de saison, mais ils parsèment le classement avec, notamment la 6eme place de Kevin Miquel ! Ceux qui ont écouté son Podcast Endurotribe savent que son approche soulevait une question essentielle : belle réponse de sa part !

Autre frenchie en forme de ce début de saison, Dimitri Tordo boucle un premier top 10 – 9e – là où on a désormais l’habitude de le voir et de l’attendre. Petit coup d’oeil aux temps : 5eme chrono dans la pente de la SP4, le pilote de poche Canyon semble se faire aux grandes roues quand c’est tricky 😉

Il faut ensuite remonter autour de la trentième place pour trouver le reste de la délégation tricolore : Yoann Barelli (28e), Théo Galy (29e), Alex Cure (32e), Kilian Bron (36e), Théotim Trabac (39e), Youn Deniaud (40e) et Thomas Lapeyrie (finalement sur le vélo, 41e).

Adrien Dailly, pour son retour à la compétition, finit plus loin, à la 57eme place. Finalement sur le vélo, malgré sa chute plus tôt dans la semaine, les choses restaient compliquées pour lui. Notamment, la lecture du terrain rendue difficile par les dernières pluies, alors qu’il déclarait en avoir précisément besoin pour éviter de martyriser son coude touché l’an passé…

 

 

Isabeau au rendez-vous !

Pour trouver trace de succès tricolore, il faut regarder chez les dames en ce début de saison. On osait à peine l’écrire en annonçant la course, mais la question était forcément dans toutes les têtes : dauphine régulière de Cécile Ravanel – blessée en ce début de saison – Isabeau Courdurier allait-elle saisir sa chance et s’imposer ?! 

La réponse est oui ! La française de poche remporte la course, non sans avoir laissé de la place au suspens et à une vraie compétition. Il suffit pour ça de constater qu’après la fameuse SP3, c’était Morgane Charre – 2eme du jour – qui était en tête. Là aussi, c’est finalement dans la pente de la SP4 que les jeux se sont fait, Isabeau reprenant la tête pour s’imposer !

Derrière les deux françaises, c’est Rebecca Bex Baraona qui complète le podium du jour, devant les noms habituels des places d’honneurs chez les dames : Noga Korem, Becky Cook, Andrea Lanthier Nadeau, Anita Gehrig et Katy Winton.

 

 

Les autres podiums…

Des frenchies, enfin, on en trouve sur les autres podiums du jour, chez les Masters et chez les Espoirs. Chez les anciens tout d’abord, où Karim Amour reprend ses bonnes habitudes : 5/5 et la gagne, devant son habituel rival, Michael Broderick.

Chez les jeunes ensuite, avec 2 frenchies dans le deal pour la gagne. Nathan Secondi, en début de course, qui termine 4eme au final, et Antoine Vidal surtout, le protégé des Ravanel et du Team Commençal. Le hampion de France Junior en titre prend la 2eme place du jour derrière le local Brady Stone…

 

 

La suite ?!

Voilà pour les principaux résultats du jour. Place maintenant à la récup’ et déjà, au voyage pour tout ce beau monde, car les hostilités reprennent très vite ! Les Enduro World Series continuent dès cette semaine à Derby, en Tasmanie ! Premières recos à vélo prévues vendredi.

Le temps pour tout ce beau monde de sauter dans un avion, et l’on revient, pour notre part, en détail, sur cette course d’ouverture des Enduro World Series à Rotorua… En travers des chiffres, et leurs subtilités, sur Endurotribe bien sûr ! À très vite pour la suite !

 

 

Résultats complets 

Télécharger (PDF, 735KB)

Article lu 4 425 fois. Merci !