Ça y est, la seconde manche des Enduro World Series 2019 est terminée. À l’autre bout du monde, à Derby – Tasmanie – les meilleurs mondiaux ont livré une nouvelle lutte à coup de secondes bien exploitées.

Après la première spéciale de samedi, une première tendance se détachait avec Martin Maes, Isabeau Courdurier, Antoine Vidal et Karim Amour en tête dans leurs catégories respectives. Pour quel résultats au final, après les 5 spéciales du jour ?!  

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes – Photos : Enduro World Series


 

 

 

Chez les Hommes…

Martin Maes s’impose ! On aurait presque pu qualifier sa prestation d’outrageusement dominatrice s’il n’avait pas laissé quelques miettes à ses poursuivants en fin de course. Le Belge en forme du moment a ainsi accru son avance en remportant les SP2 et SP3, avant de lever le pied, ou qui sait, constater la révolte de ses concurrents.

Toujours est-il qu’après la SP3, il avait accru son avance à 14 secondes, sur les 17 qu’il compte au final sur son plus proche poursuivant. Avait-on vu juste en ciblant la SP3 comme tournant du week-end ? Ou devons-nous simplement penser que les efforts pour remporter cette spéciale des plus plates de l’histoire doivent se payer à un moment donné ?! 

 

 

…Et juste derrière ?!

Celui qui a brisé le premier la suprématie de Martin Maes, vainqueur de toutes les spéciales de ce début de saison jusqu’ici, n’est autre que Kevin Miquel ! Le Français confirme définitivement sur ces deux premières manches 2019 qu’il a bien sû garder/retrouver la dynamique qui l’animait fin 2018.

Il occupait d’ailleurs la seconde place de la course avant qu’une crevaison ne le fasse reculer au cinquième rang final. Qu’importe, ça en dit long sur sa forme du moment… Mais l’air de rien, c’est une fois de plus l’autre Français toujours discret mais toujours en forme qui en profite…

Florian Nicolaï, encore placé, prend ainsi la seconde place du week-end derrière l’intouchable Belge. Entre les deux français, l’Australien Connor Fearon et le Canadien Remi Gauvin, déjà placés la veille, tiennent bon. Sam Hill, vainqueur de la dernière spéciale du jour (la plus pentue), termine 9e.

 

 

Chez les Dames !

Comme la semaine dernière, le suspens a été plus important côté féminin. Notamment parce qu’installée confortablement en tête, Isabeau courdurier aussi a connu une crevaison, lente pour sa part, dans la SP6. De quoi mettre un peu de piment dans la course même si au final, elle s’impose d’une marge de 22 secondes !

Le suspens a finalement eu lieu avant, entre ces fameuses SP2 et 3. C’est là que Jill Kintner, pour sa première EWS, a raflé une spéciale à Isabeau, avant qu’elle ne réplique aussi sec, et de manière autoritaire, dans la suivante. À ce petit jeu, c’est Morgane Charre qui a fini par ne plus suivre…

Dauphine la semaine passée, elle chute après tous ces efforts de la SP4, et perd du terrain : 7e au final. C’est donc bien l’américaine Jill Kintner, qui fini deuxième, devant la locale de l’étape : Rowena Fry, déjà placée samedi, reste sur le podium et en profite devant son public !

 

 

Chez les Espoirs

La semaine passée à Rotorua, Antoine Vidal avait échoué à moins de 3 secondes pour l’emporter devant Brady Stone… Mais si l’on reprend le fil de la course, c’était surtout une petite mésaventure en début de journée qui l’avait ralenti avant qu’il ne prenne le dessus à la régulière.

Cette fois, pas de cadeau ! Il n’y a guère que dans la très plate SP3 que le protégé des Ravanel n’a pas dominé la course. Pour le reste : carton plein et victoire d’une conséquente marge de 16 secondes sur l’Australien Roly Kyme et le Canadien Kasper Woolley. Brady Stone, lui, a perdu pied dans la SP4 et fini au pied du podium.

Chez les frenchies, belle remontée de Nathan Secondi, seulement 14e samedi, revenu 6e ce dimanche. Ses efforts dans la SP2 ont payés, avant qu’il ne trouve une belle régularité dans les suivantes autour de la 8e place à chaque fois… Ça vient 😉

 

 

Chez les Masters ?!

Grosse bagarre chez les Masters ! On les avait quitté avec Karim Amour en tête pour moins d’une seconde sur l’autre Français, Lionel Séquéra, au soir du premier jour de course. Écart similaire à l’issue du second… Mais dans l’autre sens ! Mr Love cède la place de vainqueur au freerider sudiste qui n’a pas démérité dans cette bataille épique.

Avec de tels écarts, on pourrait penser que les deux ne se sont pas quittés d’une semelle tout au long de la journée. Pourtant, les écarts ont fluctué jusqu’à compter 19 secondes d’avance pour Lionel Séquéra à la faveur de l’enchaînement SP3/SP4. C’était sans compter sur le retour de Karim Amour, pour un rien second final…

 

 

La suite ?!

Martin Maes et Isabeau Courdurier vainqueurs… Il y a pourtant eu du suspens, des choses à suivre et un début de révolte de la part de leurs concurrents directes. La saison est belle et bien lancée. Les deux leaders ont fait le plein de points et de confiance après ces deux étapes australes, place maintenant à un peu de récupération, et d’entrainement, en vue de la prochaine étape.

Les Enduro World Series font désormais étape sur l’île de Madère les 11 & 12 mai. Soit à peine plus de 5 semaines avant d’être à nouveau sur le terrain, prêt à en découdre. Largement le temps, pour nous, de faire un premier bilan de ce début de saison. En Travers des Chiffres, les temps, classements et prestations de chacun devraient nous apprendre plus…

Au cumul des temps, à combien se dresse l’avance de Martin Maes ? En moyenne, de quel % de rythme domine-t-il ses concurrents ? Qui sont ses dauphins au général ? Qui entre dans la danse du titre de champion des spéciales ? D’ailleurs, qu’en serait-il chez les filles ?! Pour nous aussi, la saison est lancée. À très vite pour la suite !

Article lu 4 683 fois. Merci !