Il y a des week-ends, comme ça, où les résultats sportifs sont plus prolifiques que d’autres. C’est le cas en cette fin février, à maintenant quelques semaines à peine du début de saison Enduro World Series 2019.

Cochon’Duro dans le Sud de la France, Enduro Winter Trophy italien, Andes Pacifico à l’autre bout du globe… Autant d’épreuve où les top pilotes mondiaux font leurs gammes et reprennent du rythme.

Synthèse des états de forme avec les résultats du lundi, compilation de ce qu’il faut en retenir…

 


Temps de lecture estimé : 4 minutes


 

 

 

Conchon’Duro 2019

Cette année – enfin/pour une fois/ça y est, choisissez la mention qui convient le mieux – les conditions climatiques ont été à l’image que l’on peut se faire du Sud de la France et de la Provence, en fin d’hiver : pas de pluie, d’orage ou de neige fondue au programme de cette édition de la désormais réputée Cochon’duro, qui se déroule à Bras, dans le Var.

De quoi laisser un sol sec et fuyant, entre les sections rocheuses et pentues qui font le charme du terrain varois. Parmi les forces en présence, Kevin Miquel – dans son Podcast Endurotribe à (ré)écouter – nous annonçait sa participation. Le voilà sur le podium, après avoir mis à profit pour la première fois en compétition, les grandes roues de son prototype Sunn.

Des grandes roues qui réussissent aussi au vainqueur du jour et troisième mondiale l’an passé : Florian Nicolaï. Première sortie en compétition au guidon du nouveau Canyon Strive pour “Flying Flo” qui déclare devoir encore apprendre à voler sur cette monture. Les deux pilotes habitués des derniers tops 5 mondiaux encadrent Florian Baladier à une belle deuxième place, et devancent Hugo Pigeon et Théo Galy, au pied du podium, et que l’on retrouvera aussi en EWS cette saison.

 

 

Enduro Winter Trophy

Pendant ce temps, d’autres font leurs armes sur la côte ligure, où se déroule l’Enduro Winter Trophy, challenge de 4 dates regroupées sur la côte, au profit d’un championnat hivernal bien placé pour se préparer. Les pilotes Cube et Specialized, notamment, ne s’y sont pas trompés…

Sur le podium des deux dernières manches – dont la plus récente ce week-end – Greg Callaghan marque des points au guidon du Cube Stereo 29… Et il embarque dans sa (grande) roue son teammate, Zakarias Johansen, qui a certainement profité des roulages récents, de la dynamique du moment et de la forme ascendante du début de saison.

Sur la boite, ils sont accompagné de Maxime Chapuis, récente recrue du team Specialized Enduro Racing Team. Pour ceux qui se demanderaient où peut se situer la nouvelle tête de proue du Team au S rouge, les chronos parlent. Cette fois-ci, Greg Callaghan l’emporte pour 5 secondes d’avance sur son coéquipier, 12s sur le pilote Specialized, après 12min de chrono cumulé. Gustav Wildhaber, Kilian Callaghan et Cecce Camoin complètent le top 10 plutôt bien garni.

 

 

Andes Pacifico

Destination beaucoup plus exotique pour finir ces résultats du lundi : la cordillère des Andes, pour la désormais réputée Andes Pacifico, courses itinérante de 5 jours à la poursuite de l’océan Pacifique. Ici, le terrain s’apparente à ceux connus ces dernières années en ouverture de la saison internationale : l’anti-grip, ce sol tout sauf accrocheur, son sable, sa poussière et ses cailloux.

Si Thomas Lapeyrie, fracture à l’appui, n’a pas fait fortune sous ces latitudes, ceux qui ont déjoué les pièges et survécu aux fortes chaleurs repartent avec un sacré cumul de dénivelé et une bataille de haut vol… Dont deux frenchies : Romain Paulhan et François Bailly-Maitre. Les deux pilotes Santa Cruz – Bronson pour le premier, Hightower LT pour le second, histoire de ne fâcher personne – ont offert ce qu’il faut de concurrence au héros local et pilote Trek : Pedro Burns.

Son nom ne vous est pas étranger puisqu’il a déjà fait parler de lui en Enduro World Series, et dans nos colonnes, à l’occasion de l’ouverture de la saison 2018, à Lo Barnechea, où il a frisé le top 10 – treizième cette fois-là. Le voilà cette fois grand vainqueur devant son public, et une belle brochette de pilotes d’envergure mondiale, actuelle et passée, qui complète le top 10 : Remy Absalon, Jerome Clementz, Wyn Masters, Iago Garay, Sam Dale…

 

 

 

La suite ?!

Bref, l’hiver touche à sa fin et les pilotes sortent un à un de leurs réserves. À ce petit jeu, il y a encore ceux qui se terrent, et ceux qui se montrent, mais le décompte d’ici à l’ouverture de la saison est lancé. Il reste désormais 4 semaines, et à peine moins de week-ends de course possibles, pour monter en température et être fin prêt pour le premier round Enduro World Series 2019.

On nous glisse à l’oreille que certains pilotes prévoient d’être assez tôt en Nouvelle-Zélande pour s’acclimater et prendre la mesure du terrain là-bas… Et ça tombe bien, parce que nous aussi ! On va donc suivre ça de près sur Endurotribe 😉

Article lu 4 052 fois. Merci !