Nous y voilà donc, et nous sommes servis ! En plat de résistance, Lapierre Zesty & Spicy, livrée 5.0 Ultimate 2019, à l’essai Endurotribe ! On l’a vu en préambule, des questions se posent au sujet de ces deux nouveautés majeures qui partagent le même cadre… 

Qu’ont-elles en commun ? Qu’est-ce qui les différencie ?! Ce que ça vaut vis-à-vis de la concurrence ?! Comment choisir ?! On a patiemment, et méthodiquement, procédé à notre propre cuisine pour y voir clair dans le jeu de la marque. Verdict !

 


Temps de lecture estimé : 12 minutes


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Drôles d’impressions

Pour ne rien cacher, les Lapierre sont certainement les vélos que j’ai le plus roulé dans ma carrière : X-Control, Blue FR, X-160, Spicy, Zesty… Jusqu’à il y a peu, je pensais en avoir fait le tour, en connaitre la saveur, l’intérêt et les limites : un peu fade vis-à-vis de la concurrence.

C’était jusqu’à ce que je goutte au Lapierre Zesty, cru 2019… Puis au Lapierre Spicy, plus encore ! Wow ! Y’a du changement ! Ce n’est plus pareil ! C’est plus fun, ça a plus de caractère… C’est ce que j’attendais, ou dont je m’étais fait une raison.

Surtout : ça a la bonne idée de ne pas avoir une prétention démesurée ou ostentatoire ! Ce qui me fait dire ça ? Le poids et quelques détails de finition, que je mets en perspective des tarifs contenus, comme on l’a déjà souligné…

Les poids

Comme chaque essai, j’ai commencé par appréhender les Lapierre Zesty et Spicy 2019 à l’aveugle : sans consulter les informations de prix, de montage, de géométrie, de cinématique… Et de poids, fournis par la marque.

Au pédalage – au coup de pédale, et à la longue – en pilotant – en courbe, pour sauter, au freinage – en manipulant les vélos – en le lavant, en le chargeant, en le stockant… Rien ne m’a choqué. C’est d’ailleurs les poids annoncés par la marque, et ma balance – que j’ai vérifié (!) – qui m’ont interpellé.

“Les ayatollah du poids s’arrêteront là…”

14,06kg pour le Lapierre Zesty… Je lui aurais, raisonnablement, prêté les 13,6kg du Mondraker Foxy ou du Scott Ransom passés à l’essai. Mais surtout, je n’aurai jamais cru que le Lapierre Spicy 5.0 fasse les 15,34kg auxquels je l’ai pesé – taille L, pneus tubeless en préventif, sans pédales ! J’aurais misé sur 14,5kg, tout au plus.

Les ayatollah du poids s’arrêteront là et tireront des conclusions hâtives, sans même avoir roulé les vélos… Mais sincèrement, ça ne serait pas à la hauteur des très bonnes impressions à l’usage, rapportées à la suite de cet article. Je poursuis donc et n’hésite pas à livrer mes impressions qui, j’en suis certain, seront partagées par ceux qui auront l’occasion de les vérifier sur le terrain.

Les finitions

On l’a souligné en préambule à cet essai, les Lapierre Zesty & Spicy 2019 sont esthétiquement réussis, de bon ton. Reste la finition, qui n’est pas un souci de conception, mais de production, qui peut et doit encore progresser…

 

 

Ce qu’ils partagent…

Les Lapierre Zesty et Spicy 2019 partagent le même cadre… Alors, une question se pose : qu’ont-ils en commun à l’usage ? Parmi tous les éléments de cinématique, de géométrie, de raideur, d’encombrement : qu’est-ce qui prend le dessus ?! 

La cinématique !

Sans aucun doute : c’est la cinématique des Lapierre Zesty et Spicy 2019 qui fait le tempérament de ces nouveaux modèles ! D’abord, le choix d’un ratio relativement bas (2.5 en moyenne) et, je pense, relativement constant (variation contenue). Quel que soit l’amortisseur (air ou ressort) et le débattement (de 140 à 170mm), le caractère premier est le même : ça se tient quand on pousse fort dessus, ça ne consomme pas de débattement inutile, ça grip sacrément bien, et ça n’est jamais dépassé !

Ensuite, l’inversion de la trajectoire du point de pivot virtuel comme décrit lors de la présentation de ces vélos. L’effet est flagrant : la moindre sollicitation du vélo au niveau du boitier le fait réagir… et bondir ! Il suffit de pousser dessus en courbe pour que le vélo accélère et tende à sortir en manual. C’est de là, sans aucun doute, que vient le caractère fun, drôle, enthousiaste, entreprenant, des nouveaux Lapierre Zesty et Spicy 2019 !

Raideur maîtrisée

Prix contenu, carbone, cadre commun All mountain et Enduro… Un doute pourrait subvenir à propos de la raideur du cadre. Serait-il trop mou pour rouler fort ? Ou trop raide pour rouler tranquille ?! Chapeau ! Les Lapierre Zesty et Spicy 2019 réussissent à partager le même cadre, sans pour autant s’handicaper l’un/l’autre.

Pour m’en convaincre, j’ai d’abord roulé les deux vélos dans leurs montages d’origine, tranquillement, puis de plus en plus fort, jusqu’à titiller des chronos bien connus. J’ai d’abord noté que le cadre fait une sacrée partie du job. Il travaille, joue, se déforme, encaisse, filtre… C’est tolérant et ça peut aider quand ça tabasse.

Oui, mais n’est-ce pas trop ?! J’ai déjà rencontré le cas, et un test assez simple permet de vérifier : rouler en roues carbones ! Très raides, elles peuvent mettre à mal un cadre, et le faire saucissonner ! Ici, rien ! On sent même un compromis pas toujours évident à trouver : le gain en précision des roues carbone, sans que les Lapierre Zesty et Spicy 2019 n’en deviennent tape-cul ! On tient ici la preuve qu’un compromis peut exister.

À la pédale

Pour autant, l’usage de roues carbones me fait réaliser autre chose : les Lapierre Zesty et Spicy 2019 pédalent vraiment bien. Même avec de gros pneus, des roues d’origine tout à fait raisonnables, et un amortisseur à ressort, le rendement du Lapierre Spicy me parait très bon !

À la pédale, le moindre à coup fait bondir le vélo, et il conserve bien la vitesse entre deux. L’assise et les appuis sont très bons : constants, stables et précieux pour pédaler et développer toute la puissance que l’on souhaite, même quand ça devient raide. Que ce soit en liaison ou en rando, il y a de quoi enfiler les kilomètres sans se soucier de bloquer ou d’en avoir plein le dos…

Changer de bord...

Dernier point commun, et non des moindres, la capacité des Lapierre Zesty et Spicy à changer de bord. J’entends par-là cette capacité à enchaîner virage dans un sens et dans l’autre. La facilité avec laquelle on redresse le vélo pour le jeter dans la courbe suivante. Ici, c’est une qualité très développée.

Pour peu que le rythme prenne le pas sur le pilotage, les Lapierre Zesty et Spicy sont un régal à brusquer et à balancer dans l’appui suivant. Peu d’inertie au départ de l’action, et l’angle de direction qu’il faut pour toujours retrouver la roue avant dans le prolongement des bras et s’y appuyer l’instant d’après. Ça m’en ferait presque oublier que les vélos essayés sont en 29 pouces..!

 

 

La même tambouille ?!

À partager le même cadre, et après les propos que je viens de tenir, il y a un risque : celui de penser un peu vite qu’à l’usage, Lapierre Zesty et Spicy 2019 reviennent au même… Surtout qu’après l’essai comparatif que j’ai mené à leur guidon, j’enfonce – provisoirement – le clou :

  • le Spicy a les très bonnes capacités de pédalage du Zesty
  • le Zesty encaisse aussi bien que le Spicy, à l’arrière

Reste que s’arrêter à cette idée du pareil au même comporte un risque : celui de se retrouver avec le mauvais vélo. Parce que sur le terrain, il y a tout de même des différences clés entre les deux nouveaux venus…

 

 

Ce qui les différencie

Des différences qui s’expriment dans les moments importants, et qui font celles entre l’amusement et la frustration, entre l’aisance et la crispation, entre ça passe ou ça casse… 

Le train avant !

À tailles de cadre et de roues identiques, c’est le train avant qui différencie les Lapierre Zesty et Spicy 2019. Dans la précision, les Lapierre Zesty ont la bonne idée d’avoir des caps qui exploitent toute la surface de contact entre les moyeu et les pattes de la fourche. Ce n’est donc pas par la rigidité et la précision que la différence se fait. C’est, en premier lieu, par la hauteur du cintre. Plusieurs facteurs entrent en jeu : la longueur de la fourche, l’exploitation de son débattement, le rise du cintre…

Toujours est-il qu’à l’usage, sur le Lapierre Spicy, le cintre est plus haut et y reste. Sur les deux vélos de niveau 5.0 Ultimate à l’essai, l’impression est amplifiée par le maintien et l’amortissement plus performants de la Fox 36 Performance vis-à-vis de la Rockshox Revelation. La première reste haute et suit le rythme plus longtemps que la seconde qui, dès que ça accélère un peu, crante, plonge, reste soit tout en haut, soit tout au fond, et ne suit plus.

En courbe, et après...

Cette seule différence a une incidence notoire sur ce qui différencie les Lapierre Zesty et Spicy : leurs comportements en sortie de courbe. Quoi qu’il en soit, la dynamique exposée plus haut est présente. Si l’on s’active, le vélo génère de l’appui et de la vitesse… Il gicle !

Le Zesty garde la roue avant au sol et offre plus de chance à son pilote de rester dans un espace de sûreté. C’est plus facile de garder l’adhérence, de se repositionner, et de reprendre le fil de sa progression. En un sens, c’est plus gentil, tolérant, facile tant qu’on reste à vitesse raisonnable. 

Dans les mêmes circonstances, le Lapierre Spicy allège l’avant, appelle à cabrer, assoie le bonhomme sur la roue arrière et demande à être plus alerte, plus vif, plus précis… Il s’adresse ici aux pilotes entreprenants, qui aiment engager, jouer, et qui ont la précision et le savoir faire pour miser plus, et gagner gros !

Air ou ressort ?!

Je prête cette différence, aussi, aux amortisseurs qui équipent les Lapierre Zesty et Spicy. Quoi qu’il arrive, le soutient à mi-course que procure la suspension est présent. L’apport du ressort hélicoïdale (Spicy) constitue donc une exigence supplémentaire dont il faut savoir jouer !

Au final, la différence entre air et ressort, sur les Lapierre Zesty et Spicy 2019, ne se situe pas directement au niveau du soutien à mi-course, comme on peut le ressentir la plupart du temps. Elle se situe plus subtilement sur la tolérance perçue et l’attitude à avoir en retour :

  • Le Lapierre Zesty est plus tolérant, offre plus de répit, mais peut parfois paraître plus pataud, s’affaisser légèrement avant de reprendre son assiette…
  • Là où le Lapierre Spicy est plus précis, offre plus en retour mais peut parfois paraître plus exigeant, notamment à la longue…

L'amplitude...

Enfin, et c’est une autre conséquence du train avant différent : l’amplitude des mouvements verticaux que l’on peut envisager avec chacun. Plus vif, précis et réactif, le Lapierre Spicy monte plus haut, vole plus en cloche, et se pose plus loin que son petit frère quand il faut sauter. Qu’il y ait un appel, ou que l’on soit à l’origine du bunny-up.

Ça n’a l’air de rien, mais c’et bien ce qui fait, aussi, du Lapierre Spicy un vélo d’Enduro qui peut rouler fort, et à vue, et permet de tirer pour survoler le terrain en dernier recours. Logique respectée donc entre les deux nouveaux venus. Mais alors, qu’en penser ?! 

 

 

Vis-à-vis de la concurrence ?!

D’abord, se demander ce que ces nouveaux Lapierre Zesty et Spicy 2019 valent par rapport à la concurrence… Histoire de voir s’ils valent le coup d’être considérés. À mon sens, oui ! Doublement !!

Le Lapierre Spicy

Pour moi, le Lapierre Spicy se positionne dans le haut du panier des 29 pouces du moment, et pourrait tuer le match l’espace d’un temps. Je parlais de la tendance de ces vélos qui deviennent de plus en plus polyvalents en rendant le verdict au sujet du Scott Ransom récemment. Sur le terrain, il en a les codes.

Dans son comportement, il concurrence très fortement le Mondraker Foxy 29 : poids similaire, suspension qui fonctionne, caractère qui “pousse au crime”, capacité au pédalage impressionnante, même avec amortisseur à ressort et sans blocage…

C’est proche dans l’esprit. Le Lapierre Spicy reste simplement plus abordable : à l’usage – le temps d’adaptation m’a paru plus court – et financièrement – le Lapierre Spicy le plus haut de gamme vaut l’entrée de gamme ibérique..!

À l’œil, le Mondraker est très beau, et bien fini. Sur la balance, un bon kilo et demi les sépare. Sur le terrain, il pousse le bouchon encore un poil plus loin… Libre à chacun de juger si ces différences en valent le prix. On peut en parler en commentaire.

Le Lapierre Zesty

Dans la lignée du grand frère, le Lapierre Zesty a de quoi tenir. Il faut nécessairement le compter parmi les Specialized Stumpjumper, Scott Genius et Orbea Occam qui sont ses concurrents directs. Plus joueur et ample que le Stumpjumper. Plus simple, dynamique et précis que le Genius.

Plus tolérant et confortable que le Occam. Dans son tempérament, il me rappelle le YT Jeffsy et son côté joueur. L’allemand manquait un poil d’efficacité derrière pour être au top, le Lapierre Zesty a ça pour lui… C’est donc, aussi, un best seller en puissance.

 

 

Potentiel à venir…

En l’état, les Lapierre Zesty et Spicy réussissent à se différencier l’un de l’autre : être un vélo d’Enduro d’une part, un vélo All Mountain d’autre part… Mais dans la logique de la gamme dijonnaise, il y aurait, à mon sens, une opportunité à explorer.

Avec quelques grammes de moins sur la balance, et un poil de tolérance en plus, un Lapierre Spicy avec amortisseur à air et roues plus légères (voir carbone solides) serait en passe d’être une référence en matière de 29 pouces Enduro polyvalent. Pleinement en face d’un Foxy 29 ou d’un Ransom.

Je suggérerais alors que le Lapierre Zesty actuel, nommé AM – pour All Mountain – gagne à perdre légèrement en débattement – autour des 130mm – et à s’appelle Zesty TR (Trail)… Ou Zesty, tout simplement… Pour couvrir un segment légèrement plus Trail, y offrir un petit vélo ultra-ludique qui pédale et pousser la logique de simplification/rationalisation de gamme jusqu’au bout.

 

 

En conclusion

Dans tous les cas, il est l’heure de conclure cet essai et rendre un verdict. À mon sens, les Lapierre Zesty et Spicy relèvent le pari fixé. D’un même cadre, la marque tire deux modèles qui jouent chacun la carte fun et efficace, performants et accessibles dans leurs domaines. C’est en soit, déjà, un sacré retour sur les devants de la scène.

À l’usage, les voilà dans la très bonne tendance du moment, là où l’on peut attendre les produits de la marque française leader, sans pour autant faire table rase du passé. Surtout, ces prestations sont assises sur de bonnes bases. Celles gravées dans l’acier des moules des cadres : la cinématique, les géométries, les raideurs… Que du bon, qui oeuvre, à vue d’œil, pour 75 à 80% du tempérament des Lapierre Zesty et Spicy 2019.

“Lapierre Spicy et Zesty, à notre short-list des bons vélos du moment…”

À mon sens, suffisant pour faire des Lapierre Spicy et Zesty des membres de notre short-list des bons vélos du moment, sur lesquels compter. Restent 20% à travailler pour prendre la tête de cette liste. Pour l’heure, la marque prend le bon parti de privilégier l’accessibilité de ses produits par le prix, la finition et le poids servant de monnaie d’échange.

On peut attendre que ces deux points progressent à l’avenir. Il faut d’abord pour ça que le modèle économique mi-internet/mi-magasin, promu par la marque avec ces produits, en tire parti. Souhaitons que les éléments de repère apportés ici y participe pour qu’une fois de plus, chacun y trouve son compte. C’est en tout cas bien parti !

 

 

 

En apartée – 27,5 pouces ou 29 pouces ?!

Avant de conclure, coup de projecteur sur ceux qui sont concernés par la taille M : les Lapierre Zesty et Spicy 2019 laissent l’opportunité de choisir entre 27,5 ou 29 pouces au catalogue… Alors, que choisir ?! 

Pour cabrer...

En premier lieu, les Lapierre Zesty et Spicy 2019 en 27,5 pouces lèvent légèrement mieux la roue avant du sol pour tirer un manual, un bunny-up, ou plus simplement, monter une marche… Mais la différence n’est pas énorme. Ce comportement est déjà largement favorisé par la dynamique du vélo en 29 pouces. Il est simplement poussé à son paroxysme en configuration 27,5 pouces.

Pour encaisser

C’est plutôt quand le terrain est défoncé, et qu’on atteint les limites respectives de chaque vélo, que le centimètre de débattement supplémentaire en fin de course des 27,5 pouces fait une petite différence. La petite marge qui permet de continuer, plutôt que de lever le pied…

À la pédale

En contre-partie, les Lapierre Zesty et Spicy 2019 conservent légèrement mieux la vitesse au train, sont plus confortables, et ont une meilleure adhérence sur terrain fuyant en configuration 29 pouces. C’est ici, une différence assez classique et on revient à un fondamental du duel 27,5 vs 29 pouces.

Alors ?!

L’existence des Lapierre Zesty et Spicy en 27,5 et 29 pouces pour la taille M affine les possibilités. Voyez plutôt le tableau suivant, pour synthétiser…

 TrailAll MountainRanduroEnduro compétitionNavettes & Station
S, L & XLZestyZestySpicySpicySpicy
MZesty 29 Zesty 27,5Spicy 29Spicy 29Spicy 27,5

Article lu 19 414 fois. Merci !