Le Népal est une destination montagne légendaire, le Graal pour les amoureux de hautes cimes et d’aventures. Il en est de même pour le VTT, les sentiers de la plus grande chaîne montagneuse au monde peut offrir des perles !

Embarquez avec Tito Tomasi pour sa quatrième visite du pays, il vous emmène dans les Annapurnas, dans le Mustang et le Dhorpatan. A la rencontre d’un peuple attachant et fascinant. Mais aussi une recherche de sentiers montagneux et ludiques, à des altitudes dépassant plusieurs fois les 5000 mètres. Une expérience magnifique, sportive et humaine.

Voila quelques chiffres: 630 kilomètres, 27500 mètres de dénivelé positif… 16 jours de vélo. Une dizaine de cols franchit seulement, mais quel cols ! Passage le plus haut : 5500m autour du col Mesokantu north.

 


Temps de lecture estimé : 3 minutes – Récit, photos et vidéo : Tito Tomasi


 

 

 

Vive le Népal

Je suis parti de Katmandou en plein festival Deshain, c’était la folie. Ambiance électrique, trafic surchargé… Mon vélo sur le toit d’un bus puis d’un van je file à l’Ouest. Je termine à vélo de nuit pour arriver à Beni.

Depuis la grosse bourgade à 800 mètres d’altitude, je pars dans les montagnes direction le Dhorpatan.

 

 

Quelques jours pour explorer cette zone différente et intrigante, j’y ai fait plein de rencontres et de bons sentiers. En plein festival, j’ai rencontré beaucoup de locaux, qui m’ont hébergé et j’ai même assisté au sacrifice de la chèvre.

 

 

En repassant par Beni, je pars cette fois-ci vers le Nord, pour remonter la fameuse piste du Mustang. Un morceau très long et très cassant et pour finalement monter vers 3800 mètres, à la limite du Haut Mustang. C’est de là que je monte passer le fameux Col Thorong La à 5416 mètres, réalisant le parcours classique à l’envers.

 

 

Je rallie Manang de l’autre. Ce village extrêmement vieux est mon coin préféré du Népal, les ruelles de pierres et le petit monastère inspirent à la quiétude. Et cette fois je peux explorer les alentours pour quelques rides en altitude vraiment déments !

 

 

Je décide de retourner dans le Mustang en utilisant un autre col, plus sauvage et plus haut. Il faut passer au majestueux lac Tilicho pour monter vers les 5550 mètres avant d’attaquer une descente gigantesque, évasion et liberté sont palpable dans cet univers de haute montagne unique. Comme le froid d’ailleurs ! Quel moment.

 

 

Pour profiter, je tourne un peu dans le Mustang, roulant ces trails si rapides et si fun. Je fais des rencontres, des rider français et népalais à qui je me joins pour descendre à Tatopani, un vrai plaisir de partager les sentiers. Le groupe retourne à Pokhara par la longue route alors que je prend une autre voie…

En effet j’ai décidé depuis le début que je visiterai les Annapurnas sud, donc me voila parti dans deux gros cols à plus de 3500 mètres avant de rallier le trek de Mardi Himal. C’est dur parce qu’à chaque gros col il faut passer les vallées et redescendre parfois à 1100 mètres seulement !

 

 

Mais je me fais la mission de Mardi Himal et rallie quasiment le high camp à 4500 mètres pour le lever de soleil le troisième jour, quel spectacle. Au pied du Macchapuccharre et des Annapurnas. Je profite quelques heures avant de quitter les terres hautes et de rallier les altitudes des villes, le voyage touche à sa fin.

 

 

Même si en rentrant je roule encore quelques jours aux alentours de Katmandou, les hauts cols sont derrières moi, et ja ramene avec moi des images de cimes de 8000 mètres, bien gravées dans ma mémoire.

Vive la Vie 😉

Tito

 

 

Népal Roam

Article lu 3 215 fois. Merci !