Alors que l’année 2019 approche à grand pas, la marque allemande Radon lève le voile sur sa gamme à venir. Radon Slide Trail, JAB Midseason, Cragger & Swoop 29 sont au programme des nouveautés. 

En quoi consistent-elles ? Sont-elles à la hauteur de ce qu’elles promettent ? Quelle place peuvent-elles prendre sur le marché ?! Lecture entre les lignes et prise en main sur le terrain en guise de bons éléments de réponse, plus qu’encourageants… 

 


Temps de lecture estimé : 10 minutes – Photos : Radon


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Jusqu’ici…

Soyons francs ! Jusqu’ici, les vélos de la gamme Radon nous laissaient sur notre faim, avec parfois, de belles promesses, mais des résultats en dedans, appelant à quelques progrès nécessaires pour coller aux attentes du marché français. On peut citer le Radon Slide 160 passé à l’essai il y a deux ans déjà, ou encore le Radon JAB présenté l’an passé.

Le premier disposait d’un cadre carbone à la précision aléatoire ne permettant pas de placer les roues correctement. Progrès en la matière pour le second, mais une géométrie à peaufiner, notamment pour rehausser quelque peu le poste de pilotage bas de l’avant, peu rassurant. Nous espérions donc des progrès et restions ouverts à toute nouvelle opportunité d’avancer.

 

 

Les nouveautés, sur le papier…

En voilà une avec le lancement de la gamme Radon 2019. Sur le papier, plusieurs évolutions majeures entre nouveautés, mises à jour et repositionnements. L’occasion de porter un regard sur une gamme complète : initiative plus représentative des progrès d’une marque que le seul attrait pour une nouveauté qui peut parfois cacher la forêt…

Radon Slide Trail

On commence pour autant par LA nouveauté 2019 : le Radon Slide Trail ! 29 pouces, 140/150mm de débattement, triangle avant carbone / arrière alu… Une de ces montures dont les prétentions sont larges, espérons autant que sa polyvalence.

Esthétiquement, ce nouveau venu perpétue les lignes et le design instauré l’an passé avec le Radon Jab…

Côté cotes, le Radon Slide Trail se positionne assez justement. Il dispose de quatre tailles comme toute bonne offre en la matière, et les chiffres sont dans la tendance du moment… Surtout pour un vélo à la frontière entre All Mountain et Enduro ! Bases relativement courtes en 435mm, reach de 464mm, 791mm d’empattement avant et 65,5° d’angle en taille L… Prometteurs !

D’autant plus que les spécifications sont particulièrement bonnes, sans visible fausse note, pour les prix pratiqués. Reste à confirmer sur le terrain…

Radon JAB Mi-Season

Lors de sa prise en main l’an passé, nous étions restés sur une observation clé, et une suggestion d’amélioration au sujet du Radon JAB : rehausser coûte que coûte son poste de pilotage. Le tableau des géométries offert par la marque ne le traduit pas, mais en matière de stack, le résultat logique est là…

Avec deux modèles du segment équipés d’une fourche en 170mm de débattement au lieu de 160mm, le centimètre de longueur de fourche supplémentaire se répercute au dessus. Une évolution apparue dès le courant 2018 sur les Radon JAB Midseason au catalogue.

Radon Cragger

Son cadre a beau être dépourvu de suspension arrière, le Radon Cragger n’en reste pas moins un nouveau cadre à la gamme.

Ce semi-rigide 29 pouces de 130mm de débattement avant est révélateur d’un travail intéressant sur certaines notions clés en vue d’une pratique Trail et All Mountain qui nous intéresse…

Radon Swoop 29

Chez Radon, le Swoop existe depuis un certain temps. Il nous avait d’ailleurs été donné de le rouler en roues de 27,5 pouces il y a quelques temps, à l’occasion d’un repérage. Le voilà dans une tentative de mise au goût du jour, en roues de 29 pouces. De quoi faire de ce 170mm une arme de “guerre” massive ?! 

À l’oeil, ses lignes ne trompent pas : le Radon Swoop est l’un des derniers survivants de l’ancienne ère Radon. Pour autant, l’intention est louable compte tenu des tendances du moment. Et quelque part, on comprend que ce soit ce modèle aluminium, plus facile à produire et aux outillages très certainement amortis, qui servent de base avant, qui sait, d’aller plus loin ?!

En matière de géométrie, les chiffres vont une fois de plus dans la bonne direction. Bases, empattement, reach et stack gonflent dans l’optique d’offrir la stabilité d’appui que peut nécessiter les grandes roues associées au grand débattement, pour aller vite, voir très vite.

 

 

Prises en main !

Jusqu’ici, les nouveautés Radon 2019 vont dans le bon sens. Les promesses sont-elles tenues à l’usage ?! C’est tout l’objet de la séance de prise en main proposée par la marque il y a peu, et saisie par nos soins. Me revoilà donc en Rhénanie-Palatinat, sur les bords du Rhin cette fois…

Radon et Dominic Gaul – son responsable marketing originaire des lieux – y ont dégoté une jolie trace : bien shapée, au milieu des pins, rochers et bruyères disposés sur un sol sableux qui s’accommode parfaitement de l’humidité ambiante.

Une navette nous permet les rotations qui vont bien et l’ensemble des modèles présentés sont disponibles en taille L, comme on en a l’exigence. Tout est donc réuni pour alterner les montures et saisir rapidement le positionnement de chaque modèle au sein de la gamme et du développement de la marque…

Radon Slide Trail

Sincèrement, voici enfin un Radon abouti ! Le plus abouti même de ceux présentés à l’occasion de ce lancement de gamme Radon 2019. Le Radon Slide Trail est le modèle qui, sur le terrain, me fait dire que ça y est, la marque a saisi les bonnes orientations à suivre pour percer au sein de notre communauté.

Le Radon Slide Trail est un 29 bien dans la tendance du moment, qui sait pédaler, sauter, tourner, aller vite si on le veut, mais pas nécessairement. De prime abord, sa suspension semble même offrir un confort et une adhérence importante sans faire de l’ensemble un veau à la pédale. Je ne serais pas étonné de découvrir un anti-squat relativement bas.

Le rendu du cadre carbone/alu, en matière de rigidité, est de bon ton. Ce qu’il faut de précis pour tourner et placer le vélo sans mal. Pas pour autant un bout de bois sans âme, si ce n’est celle de nous secouer. Au banc de mesure, les responsables du développement Radon peuvent en tout cas se saisir des valeurs du Radon Slide Trail en guise de bons repères pour leur prochains travaux.

Radon JAB Midseason

Comparativement, le Radon JAB peaufine son caractère face au frangin nouveau venu. Comme on l’entrapercevait l’an passé, ça y est, la raideur des nouveaux cadres carbone Radon est bien placée. Avec la fourche en 170mm, le poste de pilotage est à la hauteur, si j’ose dire… 

Seule observation qui nuance le tableau : le Radon JAB semble tailler petit ! Comparativement au Slide Trail – à taille identique et qui plus est, en petites roues de 27,5 pouces – la différence est notable sur le terrain ! Empattement et bases plus courtes d’un centimètre ? Positionnement vis-à-vis du centre des roues de diamètres différents ?! Un essai plus poussé pourrait en dire plus sur les origines de cette impression…

Toujours est-il qu’à l’usage elle est réelle et à double tranchant. Elle permet de différencier dans le tempérament, deux modèles qui partagent l’identité visuelle et cinématique de la marque. Le Radon JAB en devient le vélo à petites roues fun, joueur, dynamique au possible mais que la moindre approximation de placement fait glisser plus facilement. Dans la tendance du Focus Sam présenté il y a peu, mais que le Radon Slide Trail ombrage un peu…

Radon Cragger

Sur le terrain, les promesses du Radon Cragger se concrétisent aussi. Malgré la finesse apparente de son triangle arrière, ce semi-rigide alu est à la hauteur de ce que l’on connait du rendu de ce matériau. Assez raide, précis, plus inerte qu’un acier élastique. La distinction de raideur latérale vs verticale voulue par ses formes est subtile, mais présente. On la sent notamment dans les pierres, lorsque les gros impacts ne raquettent pas outre mesure, toutes proportions gardées pour un semi-rigide.

Pour le reste, ses côtes en font bien un vélo à considérer pour les petits budgets qui veulent quand même s’amuser ! Les bases courtes en font un jouet à cabrer, décoller du sol quand l’avant long en fait une monture stable quand la vitesse augmente. Visuellement, on pourrait lui souhaiter une ligne plus sloping qui soit en phase avec son tempérament. Et pourquoi pas gagner quelques centimètres de débattement devant pour entrer pleinement dans la case des endurigides ?! Que du bon ou presque, en tout cas, pour prendre ou entretenir le goût des bonnes choses à un certain niveau 😉

Radon Swoop 29

Sa présentation laissait le présager, le terrain le démontre dans les faits. Des modèles présentés ici, le Radon Swoop 29 est le moins abouti. Quand le terrain est lisse ou que la vitesse n’est pas très importante, on sent que la géométrie du vélo est intéressante. Dans la bonne moyenne. Le vélo prend l’angle comme il faut, jouer du terrain s’envisage sans peine, le vélo peut prendre de la vitesse…

Quand le terrain se complique, on peut compter sur ses suspensions pour faire le job. L’impression de débattement est bien présente, ça incite à lâcher les freins pour exploiter pleinement la course et repousser les joints témoins où il se doit. Mais c’est là que les choses se compliquent. Avec la vitesse et le terrain cassant, les appuis, en courbe comme au freinage, s’intensifient. Le Radon Swoop saucissonne un peu, dérive, ne tient pas les lignes et tape dans ce que j’espérais éviter.

Vu de dessus, le cadre parait fin, et au final, l’impression à l’usage va avec cette observation. Le Radon Swoop ne me semble pas, pour l’heure, à la hauteur de ce que l’on peut espérer d’un 29 pouces à 170mm de débattement. Un tel vélo se destine à aller vite à un moment ou à un autre. Il doit encore progresser. Et pour ceux que la vitesse n’attire pas, ou moins, le Radon Slide Trail est de toute façon plus à propos et polyvalent.

 

 

Qu’en penser ?!

Radon est sur la bonne voie ! D’ailleurs, je n’ai pas présenté les vélos de cette gamme 2019 dans cet ordre par hasard : Radon Slide Trail, Jab, Cragger, Swoop… Classés par degré d’aboutissement. À les passer en revue à l’occasion de cette séance d’essai comparative, ça saute aux yeux !

Les derniers modèles sont au rendez-vous des attentes légitimes du marché, à savoir des vélos accessibles mais qui savent accompagner leurs pilotes au fur et à mesure des progrès ou des envies. Les autres valent le coup pour ce qu’ils sont et démontrent que la marque travail dans le bon sens.

Jusqu’ici, les prix très accessibles n’excusaient pas pour autant certaines approximations, cette ère est passée. Du moins les occasions de faire de bonnes affaires sont désormais suffisantes pour en tenir compte le moment venu. Ça fait plaisir à voir. Reste maintenant à la marque à continuer à se développer.

En France, les Charles, frère et soeur, pourraient bien faire un usage à propos du Radon Slide Trail. Le modèle aurait du sens pour eux. Et à l’international, il se murmure que la marque cherche à repositionner son action sport-marketing, notamment sur l’Enduro…  On suivra ça !

 

 

En détail – Montages & prix

Article lu 5 019 fois. Merci !