Après avoir navigué à travers les panoramas grandioses des Grands Causses, du Pays Diois, du Verdon, des Pyrénées-Orientales et du Luberon, à l’occasion de sa 7eme édition (déjà !) l’aventure par équipe Vaude BiiVOUAC posait cette année ses bagages mi-septembre en Guillestrois Queyras. Retour en images sur notre événement phare de l’année. Un rendez-vous unique en son genre qui mêle découverte, défi en équipe, partage et convivialité… Une sorte de grande colonie de fin de saison !

 


Temps de lecture estimé : 6 minutes – Photos : Antoine Bussier/Endurotribe


 

 

Vaude BiiVOUAC Guillestrois Queyras – Jour d’accueil

Nous revoilà jeudi 16 septembre après-midi, les 63 équipages en course ont rendez-vous à Guillestre pour l’accueil, le retrait des plaques et le chargement des vélos.

A regarder tout ce beau monde de plus près, pas mal de têtes sont nouvelles, des “habitués” aussi (certains les ont tous fait !) et des têtes plus (re)connues… Comme Fabien Barel venu en couple pour sa première participation, mais aussi François Bailly-Maitre (sa 3eme participation) inscrit cette fois-ci avec Daniel, un journaliste allemand, pour défendre les couleurs du team Vaude. Laurent Delorme, le Team Manager de Loïc Bruni et de l’équipe S Gravity, est aussi de la partie.

Parmi ce nombre d’équipes inscrites record, on dénombre 2 équipes féminines, 6 équipages mixte, 13 équipes “+ de 80 ans cumulés” ainsi que 13 duos en VTTAE.

Passées les formalités, direction le fond de la vallée du Guil pour rejoindre le premier campement installé à Ristolas en contournant l’impressionnant et gigantesque glissement du Pas de l’Ours, qui nous a quelque peu complexifié l’organisation logistique…

A l’arrivée, chaque participant reçoit une belle dotation offerte par les partenaires : une trousse de toilette de voyage, une serviette de bain microfibres ainsi que des goodies offerts par Vaude, et un pack énergie High5.

 

 

Jour 1 – Du Col Agnel au bike park d’Abriès

De bonne heure et de bonne humeur, la troupe 2018 de Vaude BiiVOUAC rejoint les navettes pour décoller tôt (7h20) afin de franchir sans encombre les travaux dans la vallée et rejoindre par la route la dépose au Col Agnel.

La journée est à la fois chargée, inédite de par son format (avec télésièges !), et la moins “dure” jamais proposée en terme de liaison. Au menu 28km de VTT, 4 spéciales chronométrées, 400m de positif pour 2800m de négatif.

Après une brève liaison à VTT, nous voila tous au sommet du Col Vieux à plus de 2800m d’altitude prêts à entamer la première spéciale de l’aventure. Et quelle spéciale ! 1100m de dénivelé négatif dans un paysage grandiose, parsemé de lacs.

Les duos favoris commencent à se dessiner tandis que d’autres équipes essuient les premiers ennuis mécaniques. Heureusement, l’équipe (de choc) d’assistance Mavic est à la rescousse… Pour que tout le monde puisse profiter pleinement de l’aventure durant trois jours. Et ce sera bien le cas, zéro abandon !

C’est déjà l’heure du déjeuner, fraîchement préparé sur-place comme tous les repas.

Nous voila rassasiés. On enchaîne avec deux spéciales sur les pistes du bike-park d’Abriès qui nous a exceptionnellement ouvert ses remontées mécaniques pour l’événement. Des beaux tracés ludiques (alternant bleu, rouge, noir) à travers les mélèzes, insoupçonnés et méconnus, qui méritent objectivement d’y poser un jour ses crampons.

L’ultime run du premier jour s’élance du bike-park pour se conclure près du campement par une succession de belles épingles.

Première journée pas forcément intense physiquement, mais de l’avis de tous, la mise en bouche est largement suffisante. Avec la fatigue, certains supporteront déjà mieux les nuits parfois fraîches sous tente…

Pour le reste de la soirée, ce qui se passe à BiiVOUAC reste à BiiVOUAC 😉

 

 

 

Jour 2 – De la Casse Déserte à Pont de Bramousse

Il est 6h, Abriès s’éveille… Le programme démarre une fois n’est pas coutume assez tôt pour rejoindre en navettes la Casse Déserte, près du Col de l’Izoard.

Le soleil est encore au rendez-vous, il ne nous quittera pas du séjour ! Une courte mais splendide liaison plus tard, nous rejoignons le Col Tronchet (2661m) pour le premier départ chronométré de la journée avec de sacrées belles enfilades sur terrain sablonneux.

Du Lac de Roue jusqu’à Fort Queyras, la seconde spéciale parsemée de pommes de pin s’enquille #fullattack à “Mach 12” et nous offre quelques jolis passages techniques sur le final au pied des fortifications de Château-Ville-Vieille.

La deuxième journée réserve au total 34km, 1250m de positif et 2250m de D-. Et les plus grandes “difficultés” physiques sont à venir… Il faut maintenant vaincre la prochaine liaison de 1000m de positif… La pause déjeuner est la bienvenue au bout des premiers 600m cumulés ! Bronzette et sieste s’improvisent au Clos de Charmanière avant de repartir le ventre plein pour la suite de la liaison.

A l’approche du Col Fromage, les paysages deviennent lunaires, les panoramas recèlent de mille couleurs. De là nous allons enchaîner une longue descente d’anthologie très variée, finalement divisée en deux spéciales distinctes, du fait d’une partie vraiment très exposée à mi-parcours où le pilotage aléatoire ne fait pas partie des options.

La journée de course se termine à Pont de Bramousse avant le rapatriement en navettes par petits groupes au camping d’Arvieux.

La soirée démarre avec de la bière Vélosophe bien fraîche (avec modération), un bain norvégien bien chaud et le crépitement du feu de camp…

 

 

 

Jour 3 – D’Arvieux à Guillestre via le Lac du Lauzet

L’ultime étape débute par un morceaux de bravoure : 1000m d’ascension sur chemin blanc. A VTT comme à VTTAE, il va falloir gérer ! Il y a 36km à parcourir aujourd’hui avec 1500m de positif et 2200m de négatif…

2h à 2h30 d’ascension plus tard, le peloton se retrouve dans le cadre majestueux du Col de Furfande à 2500m d’altitude. La spéciale s’élance juste là telle une pumptrack géant, traversant les atypiques et nombreux chalets d’alpage.

Nous prenons maintenant la direction de l’escarpé Col St Antoine. Un itinéraire en poussage/portage qui commence à marquer les organismes.

La deuxième spéciale assez “freeride” nécessite une bonne lecture des multiples trajectoires possibles. Elle débouche sur le ravitaillement au bord du Lac du Lauzet.

Le dernier morceau costaud est en vue : un bon portage jusqu’au Col de Moussière. De là, ce ne sera que du plaisir ! Un long run, magique, “orgasmique” dirons certaines, disputé en deux spéciales puisque neutralisé au milieu à cause d’une partie infranchissable et exposée.

L’aventure se termine aux portes de Guillestre.

 

 

Clap de fin

Vaude BiiVOUAC se termine par le désormais traditionnel plateau repas “aïoli”, place de l’OT à Guillestre.

Les podiums s’enchaînent avant que chaque participant ne reparte les mains pleines. Avec une bouteille Vélosophe et un sac cadeau “A l’aise dans les mélèzes”. C’est le moment de se dire au revoir, presque tristes de quitter la colo.

C’est l’occasion pour nous de remercier tous les équipages pour leur confiance et leur bonne humeur. Un immense MERCI une fois n’est pas coutume et coup de chapeau à notre dream team rapprochée Wildtrack/Endurotribe. A Greg Noce et Fabrice Crouzet (Brice Trip) pour le choix des tracés, aux fidèles prestataires et à tous nos volontaires sur le vélo et en dehors pour cette nouvelle organisation aux p’ti oignons. Enfin, MERCI à tous les acteurs/officiels locaux, les communes, la communauté de communes, Office de Tourisme, qui ont largement contribué à faire de cette nouvelle organisation une belle réussite.

A l’année prochaine pour de nouvelles aventures en compagnie de l’équipe Endurotribe 😉

 

Retrouvez tous les résultats, par spéciales et par journées icihttp://www.endurotribe.com/2018/09/vaude-biivouac-2018-guillestrois-queyras-les-resultats/

 

Film complet de l’événement à découvrir ce jeudi 4 octobre vers 18h sur Endurotribe ! 😉

Article lu 5 786 fois. Merci !