Après la Selva S, la Formula Selva R. Voilà qui sonne comme un énième discours de chasse à la nouveauté dont le milieu du VTT a le secret. D’autant qu’au premier coup d’oeil, les lignes, couleurs et codes esthétiques semblent connus.

Sous cette lettre d’écart se cache en réalité une évolution intéressante des produits Formula, baptisée 2Air. Qui plus est lorsque l’on apprend que l’upgrade de l’existant est possible plutôt que de tout remiser au placard. Voyons plutôt…

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes – Photos : Formula


 

 

Jusqu’ici…

Depuis quelques temps, Formula se fait une place intéressante dans le paysage des marques de suspensions. On l’écrivait à l’essai des Formula 35 et Selva, et nos impressions sont toujours d’actualité : sensibles quelle que soit la position dans le débattement, posées sur l’hydraulique ensuite, et saines en détente pour éviter de remonter dans les bras quoi qu’il arrive…

On notait dernièrement que l’apparition des Formula Neopos grossissait même le trait : un palier de plus franchi en matière de détente, ces cales compressibles assagissant le début de la phase de détente. Avec l’apparition de nouveaux clapets d’ajustement hydrauliques CTS – on en compte 7 désormais – Formula marquait aussi un axe fort de son identité : l’ajustabilité !

 

 

L’étape d’après…

La marque enfonce le clou ces jours-ci en dévoilant la Formula Selva R. Même châssis, mêmes technologies, esthétique proche : elle a presque tout en commun avec la Selva S, première du nom. Si ce n’est qu’elle renferme la réelle nouveauté de ce lancement : une chambre négative côté ressort pneumatique. l’ensemble porte le nom de dispositif 2Air.

Jusqu’ici, la fonction ressort négatif – favorisant le déclenchement – était assuré par un ressort hélicoïdal sur les Selva S. Sur la Formula Selva R, il l’est par une chambre pneumatique… Ajustable !

Formula n’invente ici pas l’eau tiède. Un tel dispositif a longtemps été la panacée sur nombre de produits concurrents. Il a ensuite été remplacé par un dispositif d’ajustement +/- automatique. Dans sa démarche d’offrir les produits les plus customisables du marché, Formula profite plutôt de cette opportunité pour introduire un réglage de plus…

 

 

Prise en main

En juin dernier, l’équipe Formula nous offrait l’occasion d’une prise en main de ses nouveautés, Neopos – passé à l’essai depuis – et dispositif 2Air. C’était sur les pentes des Gets, une trace limée plusieurs jours durant sur différents vélos, pour diverses prises en main. L’occasion de percevoir rapidement ce qu’apporte cette version R…

La procédure

Une procédure d’ajustement précise en premier lieu. Le dispositif 2Air dont bénéficie la Formula Selva R n’est autre que deux chambres pneumatiques antagonistes. Si l’une est fortement plus gonflée que l’autre, la position d’équilibre, et donc le débattement annoncés, ne sont pas respectés.

La procédure n’a rien de compliqué, mais comme toute procédure, elle doit être respectée :

  • vider la négative (si elle contient déjà de l’air)
  • ajuster la positive à la pression souhaitée
  • bloquer la fourche
  • ajuster la négative
  • débloquer la fourche

Ensuite, un repère simple à respecter : la négative doit toujours être légèrement plus gonflée que la positive. De +10 à +30 Psi. Il suffit alors de jouer dans cette plage de 20Psi pour ajuster le comportement de la fourche à ses désirs…

Quelle influence ?

En l’occurrence, jouer sur la pression de la chambre négative influe clairement sur le toucher du terrain : la manière avec laquelle la roue entre en contact avec le sol et les obstacles. Plutôt fermement et avec une secousse perceptible avec peu de pression. De manière douce et confortable avec une pression proche du maximum. Passés ces premiers instants, le reste des dispositifs que l’on connait à la Formula Selva prend le relais et offre une prestation en tout point semblable à d’habitude.

Quel intérêt ?

Ce dispositif a plusieurs intérêts simples. Sans lui, il faut jouer sur la pression d’air de la chambre positive, sur le frein en compression et/ou détente basse vitesse pour tenter d’influer sur le toucher… Et par là-même, prendre de gros risques de flinguer l’assiette du vélo. La chambre négative ajustable permet d’influer sur le toucher et de l’isoler au mieux des contraintes d’assiette et d’amortissement. 

Une observation qui a du sens pour les aficionados du setting, notamment ceux qui ont l’habitude de voyager. Pour eux, il n’est pas rare de constater que les réglages maison ne marchent pas toujours ailleurs et qu’il faut un moment pour retrouver chaussure à son pied… Lorsque c’est possible. Ici, le dispositif 2Air offre l’opportunité d’y parvenir plus vite, et mieux.

Complémentaires ?!

La chambre négative qui apparaît sur la Formula Selva R joue donc sur la sensibilité et le toucher du terrain en début d’impact, avant de s’effacer. Les Formula Neopos, eux, apportent plus tard, une fois compressés, pour assagir le début de la détente. Les deux initiatives de Formula cette saison sont donc pleinement complémentaires. D’où l’idée du ton au dessus, intitulé de cet article…

 

 

Qu’en penser ?!

Avec l’apparition de cette chambre négative ajustable, Formula fait un pas de plus vers l’affirmation de son identité propre. Une initiative qui va à la fois dans le sens de la sensibilité qu’on connait au produits de la marque, que dans celui de l’ajustabilité dont Formula se fait porte étendard.

Tout tourne donc une fois de plus autour d’une notion d’identité de marque de suspension. Formula l’a bien compris d’ailleurs puisque la nouveauté présentée ici n’est pas l’apanage de la seule Formula Selva R, seule fourche de la marque à les rassembler.

Tous les possesseurs de Formula Selva déjà sur le marché y ont accès : clapets CTS, Formula Neopos et chambre négative 2Air sont disponibles au détail pour up-grader et continuer à profiter de toutes les options.

 

 

[Mise à jour du 26/10/2018 : le prix du kit 2Air en upgrade Selva S > Selva  est connu = 225€ PPC. La Formula Selva R, quant à elle, est proposée au prix de 1350€ / 1460€ pour le colori Ultraviolet 30.]

Article lu 3 306 fois. Merci !