Malgré son palmarès et sa renommée en Enduro, les circonstances sportives favorables de sa victoire lors de la finale de la Coupe du Monde de descente à La Bresse en laissaient certains perplexes. Est-ce qu’avec une victoire au classement général final encore à conquérir et des conditions sèches, Martin Maes l’aurait aussi emporté ?! 

Quinze jours plus tard, les Championnats du Monde de descente, qui se déroulaient à Lenzerheide – Suisse – apportent leur lot de confirmations. Au propre jeu des descendeurs, l’Enduriste Martin Maes n’a pas faibli, et confirme tout le talent qu’on pouvait déjà lui prêter jusqu’alors… 

 


Temps de lecture estimé : 3 minutes – Photos : Lenzerheide / Piotr Staron


 

 

Conditions idéales

Cette fois-ci, plus de doute permis. Ce week-end à Lenzerheide, l’été a eu la bonne idée de tenir son rang et offrir des conditions sèches, constantes et idéales pour que les débats se déroulent sans contestation possible.

L’eau et la brume se sont bien installées quelques heures durant la semaine, arrosant quelque peu la piste suisse réputée pour être particulièrement poussiéreuse par endroits. Mais le jour J, c’est sous un soleil radieux que les débats se sont déroulés.

Plutôt que de philosopher sur le comportement de la boue au sol, c’est donc bien sur la manière d’aborder les alternances ombre/lumière que les pilotes ont joué de tout leur talent. Ça tombe bien, on en connait qui en ont visiblement à revendre…

 

 

Le maillot en jeu

Il s’agit bien sûr des prétendants au maillot arc-en-ciel de Champion du Monde tant convoité… Et autant la motivation de rouler par 5°C à La Bresse pouvait faire défaut, autant celle de porter ce maillot, aboutissement d’une carrière, ne manquait assurément pas.

Amaury Pierron – pour le doublé coupe et Championnat du Monde, Aaron Gwin – pour ce maillot qui le fuit encore, Danny Hart – déjà double porteur de ce maillot, Troy Brosnan – souvent sur la boite, jamais titré, Loris Vergier – nouveau au rang des vainqueurs de Coupe du Monde cette saison, Lucas Shaw, Brook MacDonald & Sam Blenkinshop – qui auraient presque dû en gagner une pour leur motivation cette saison… 

Rien que le top 10 des derniers à partir laissait présager d’une lutte sans merci. Et à en croire les écarts finaux, elle a eu lieu !

 

 

Dans la demi-seconde

Au moment de s’emparer du meilleur temps provisoire, Martin Maes prenait déjà la place d’un illustre : Greg Minnaar, de retour en forme et à la compétition, double vainqueur de Coupe du Monde ici-même.

Est-ce que sa chaîne cassée à mi-parcours en qualification lui a fait saisir l’importance de la seconde moitié de course ?! Toujours est-il qu’à voir les suivants se casser les dents sur son temps, Martin Maes a un temps laissé envisager un remake de La Bresse.

Un à un, les prétendants semblaient au contact à la mi-course, mais perdaient régulièrement du temps dans les secteurs suivants. Tous, sauf un presque : Loïc Bruni, Champion du Monde en titre ! Le Français, lui, mérite sa victoire pour avoir signé des temps supérieurs à l’Enduriste du moment dans chaque secteur…

Sauf le dernier : un virage relevé, un drop sur un schuss et un saut énorme avant une dernière courbe et quelques coups de pédale vigoureux à donner… Un enchaînement 100% descente sur lequel Martin Maes et toute sa fougue gardent le meilleurs partiels.

 

 

Au final…

Auteur d’un run maîtrisé sur le fil du rasoir, Loïc Bruni l’emporte pour 0,230s de seconde devant Martin Maes, et 0,305s devant Danny Hart. Tous les observateurs annonçaient une course très serrée sur cette piste, et c’est bien ce qui s’est passé… Au contraire de la précédente, où les conditions et les écarts étaient tout autres.

Mais ainsi, Martin Maes entre dans une autre dimension. De l’Enduriste hold-upper, il passe définitivement au statut de pilote émérite avant tout. Cette capacité d’adaptation et cette médaille aux mondiaux, intercalé entre les deux derniers pilotes de l’histoire à avoir été titré – rien que ça – en sont la plus belle preuve ! Chapeau Martin ! 

Maintenant que la saison de Descente internationale est terminée, le jeune Belge va revenir à sa discipline de cœur avec, au programme, les deux dernières manches Enduro World Series pour sécuriser sa place de dauphin au classement général…

Martin Maes – nouvel auteur d’exploits remarquables en Descente – et Sam Hill – la légende de ce sport – auront sans nul doute des choses à se raconter dans les liaisons. D’ailleurs, une fois n’est pas coutume, les dernières performances du plus jeune semblent inspirer le plus ancien des deux…

Et dire que l’an prochain, les Championnats du Monde de Descente se dérouleront à Mont Saint-Anne – Canada – lieu du dernier titre mondial de Sam Hill…

Article lu 6 633 fois. Merci !