6.9
/10

A l’essai, le lubrifiant Boeshield T9, conçu pour l’Aéronautique, s’est révélé intéressant pour le vélo et étrangement pas pour ce à quoi on s’attendait. En effet, ce n’est pas pour lubrifier la chaîne que nous l’avons jugé utile… Voyons plutôt.

 

 

Burette et spray de 9,10€ à 32,20€ et bidon à 238€
Burette de 29 à 118mL, spray de 118 à 355mL, bidon de 3,79L
3 mois d’utilisation, tous temps, température > 10°C

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes


 

Est-ce pertinent ?

Boeshield T9 est une marque issue du milieu aéronautique, plus précisément au coeur des bureaux Boeing, alors insatisfaits par les huiles à base de silicone ou de Téflon. Rien que ça, suffit souvent à en faire rêver plus d’un !

Le lubrifiant Boeshield T9 à base de paraffine est annoncé comme un lubrifiant sec, qui résiste à l’eau, à la boue, à la poussière… Qu’en est-il vraiment ? Tient-il entièrement ses promesses ?

A l’usage et quelques soient les conditions – humides ou sèches – pour lubrifier la chaîne, le lubrifiant Boeshield T9 est globalement comparable aux bons produits déjà existants et spécifiques au milieu du cycle :  Pedros, Finish Line, Shimano, Muc Off, etc. Mais finalement, de par son conditionnement en spray et ses propriétés physiques, il s’est démarqué en utilisation d’entretien général du vélo. Mais pourquoi donc ?

 

 

Est-ce pratique ?

Depuis plus de 50 ans, les lubrifiants domestiques se sont généralisés sous une forme quasi-unique : le pulvérisateur, la bombe spray ! Et depuis rien n’a véritablement évolué.

C’est donc logiquement dans ce format particulièrement rustique que l’on retrouve le lubrifiant Boeshield T9. Même s’il existe sous forme de burette pour lubrifier la chaîne, c’est sous sa forme de spray que nous l’avons retenu pour entretenir notre monture !

Effectivement, pour pulvériser dans les recoins du cadre, vers les roulements coincés entre deux pièces, dans un dérailleur scabreux, etc. c’est pratique. De plus, le produit se propage. Grâce à sa texture fluide, il pénètre facilement dans les endroits les plus inaccessibles.

 

 

Est-ce utile ?

A la longue, il devient utile d’entretenir son vélo pour le conserver en bon état de marche. Alors, avoir des produits pratiques et performants pour ç,a c’est toujours mieux, toujours utile !

Comme le lubrifiant Boeshield T9 pénètre facilement, il joue un rôle préventif avant une sortie. La poussière et la boue adhèrent difficilement. Il prévient l’encrassement. Puis, sa texture fluide, et sa composition légèrement grasse – contrairement à la mention “lubrifiant sec” que l’on peut lire dessus – lui permettent aussi de jouer un rôle curatif

En effet, une fois le vélo lavé, il persiste toujours de la boue ou de la poussière dans les endroits les plus étriqués. Le lubrifiant Boeshield T9 en spray permet aussi de graisser cette boue ou poussière récalcitrante pour éviter qu’elle ne “boit” la graisse des roulements à proximité par exemple. Cependant attention aux disques ! Lubrifiant gras en spray et ces derniers ne font pas bon ménage 😉

 

 

Quelle durée de vie ?

Après application et essuyage, une pellicule grasse reste en guise de protection. Elle ne persiste pas très longtemps, un lavage ou une sortie très humide suffisent à l’altérer. Sa résistance à l’eau a ses limites. Juste ce qu’il faut à mon goût pour ne pas l’accumuler sur le vélo et rester efficace.

Elle oblige ainsi une utilisation régulière. D’ailleurs, plus elle sera fréquente, plus la durée de vie de la bombe Boeshield T9 sera courte. Mais plus on roule, plus la monture demande du temps et de l’attention !

 

 

Ce qui peut progresser ?

Il est préconisé un temps d’attente de 2h après application. Après essai, ce temps est nécessaire pour la lubrification de la chaîne pour permettre à l’huile de bien se répandre en profondeur, mais en utilisation spray pour l’entretien général du vélo, et comme il est très pénétrant, je n’ai pas su distinguer l’efficacité avec ou sans temps d’attente.

Ce qui peut surtout progresser c’est son respect de l’utilisateur et de l’environnement. Les lubrifiants Boeshield T9 sont des produits consommables, comme les produits concurrents d’ailleurs. A ce titre, et puisqu’ils sont vraiment toxiques, ils mériteraient d’être plus complaisant avec Dame Nature.

On peut aisément se dire que les pneus sont encore plus nocifs, autant pour leur production que leur recyclage et leur durée de vie extrêmement courte, à la différence près que les lubrifiants biodégradables existent, pas les pneus. Mais chez qui alors ?

 

 

La concurrence ?

Comme nous l’avions déjà dit, l’huile Boeshield T9 en burette pour la chaîne ne se démarque pas franchement de la concurrence. Elle a ses avantages – durabilité et efficacité pour toutes les conditions, polyvalence en somme – mais aussi ses inconvénients – trop fluide pour une application précise et un temps d’attente après application.

Par comparaison, les Muc Off Dry Lub ou Wet Lub sont aussi performants globalement : ce sont des cires qui ont une durée de vie sur la chaîne plus courte que le Boeshield T9 mais dont l’application est plus facile et plus précise. Chacun ses avantages et inconvénients en fait. Mais ce sont surtout des cires biodégradables, sans solvant ni pétrole.

Enfin, j’ai pour habitude d’utiliser des bombes au silicone pour protéger mes vélos et le spray Boeshield T9 vient agréablement les remplacer. En plus de protéger, il permet aussi d’entretenir, ou plutôt de lubrifier efficacement, sans être agressif comme pourrait l’être un bon vieux WD-40. Il est aussi fortement pénétrant, ce qui n’est pas négligeable lorsqu’il s’agit d’entretenir un vélo, pas toujours pensé pour !

 

 

Est-ce que ça les vaut ?

Pour lubrifier la chaîne, la burette se trouve dans une fourchette de prix supérieure à la concurrence pour des performances globales similaires. Une raison supplémentaire pour laquelle elle ne se démarque pas pour cet usage.

Cependant, si l’on souhaite conserver son vélo en bon état, pour le garder comme pour le revendre, c’est toujours mieux de claquer 10 balles que d’en perdre 1000 !

Dans ce cas, et malgré un prix supérieur, là aussi, et un moindre respect de l’environnement, le Boeshield T9 en spray s’avère efficace pour cette utilisation, surtout au long terme !

Lubrifiant Boeshield T9
Pertinent ?7.5
Pratique ?7
Utile ? 8
Durable ?6.5
Abouti ?6
Concurrentiel ?7.5
Bon marché ?6
Principale qualité
Pouvoir pénétrant du lubrifiant
Principal défaut
Plus cher que la concurrence sans s'en démarquer
6.9
/10
En conclusion
Tout juste arrivé dans le milieu du cycle, le lubrifiant Boeshield T9 n'en est pas moins à la traîne. Déjà à la hauteur des leaders du marché en terme de performance de lubrification, notamment en spray pour l'entretien général du vélo, il pèche cependant par sa toxicité quand certains concurrents proposent déjà des produits biodégradables.

Article lu 3 134 fois. Merci !