8.4
/10

A l’ère de l’hyper ventilation et du gain de poids maximal sur les casques intégraux d’Enduro, à l’image des Fox Proframe, Troy Lee Design Stage et compagnie, le casque Fly WERX Ultra Carbon se place inconsciemment comme un avant gardiste, intéressant et à la frontière entre deux mondes. Voyons pourquoi !

 

 

459,95€
920g en taille S
Taille S, 55-56cm, tour de tête testeur : 56cm
6 mois, sous la pluie et l’humidité de fin d’hiver, au soleil estival, en station comme en course, 1er jour du All Mountain Challenge de Millau, Coupe de France Raon l’Etape, 3 Enduro World Series : Olargues, Petzen/Jamnica et La Thuile

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes


Est-ce pertinent ?

En effet, ce qui rend ce casque particulièrement attrayant, c’est son poids plume. Avec 920g sur la balance en taille S, il s’avère difficile à détrôner. Alors que toutes les marques s’archarnent à créer des intégraux très légers, Fly ne l’aurait-il pas déjà fait ?

Le Fly WERX Ultra Carbon conserve l’apparence d’un vrai casque intégral, à un poids très intéressant. On le ressent autant sur le moment que pendant les jours qui suivent le port de ce casque. Le cou est moins tendu, moins courbaturé, surtout après un hiver à ne porter qu’un casque jet !

Mais le poids n’est pas la seule qualité de la nouvelle génération de casque, la ventilation en est une autre. Le Fly WERX Ultra, avec 18 entrée d’air et 6 sorties, est de loin le casque intégral le plus aéré que j’ai pu rouler. Par tout temps, la ventilation est essentielle et donc pertinente.

Dernier point intéressant, certes subjectif, mais qui mérite notre attention : l’esthétique. Même s’il respecte certains codes qui ont fait leur preuve, le Fly WERX Ultra se démarque sur certains aspects. En fait, il a sa propre identité !

 

 

Est-ce pratique ?

Même si le Fly WERX Ultra Carbon conserve le système de double boucle en acier pour serrer la sangle jugulaire, il n’en est pas moins commode et pratique à utiliser.

La totalité des mousses s’enlève, et ce, facilement ! Alors on ne rechignepas à les laver et on ne s’enfume pas les narines à la sortie suivante. Seules les mousses des joues sont moins aisées à remettre. C’est surtout qu’elles demandent plus de précision, il ne faut pas être très pressé.

Ce point s’adresse essentiellement aux racers qui, en course, ôtent ces mousses pendant les liaisons, pour gagner en ventilation, et arrive juste à l’heure de son départ ! De plus, la sangle jugulaire passe à l’intérieur de ces mousses. Alors soit elles pendent sous la mâchoire, ce qui n’est pas très confortable, soit il faut entièrement défaire la jugulaire, ce qui oblige à la repasser ensuite dans la double boucle. Bref, pas bien pratique, mais rien d’insurmontable 😉

 

 

Est-ce utile ?

Même s’il est préférable qu’il ne le devienne pas, un casque en VTT, c’est aussi pertinent qu’utile. Bien qu’il soit léger et ventilé, le Fly WERX Ultra Carbon répond évidemment aux normes de sécurité en vigueur.

En plus, ses nombreuses ventilations fonctionnent réellement et sont appréciables lorsqu’il fait chaud ou dès que l’on transpire dedans. Elles évitent la montée en température, la fournaise ! Et même si ce n’est pas comparable à ce qu’un Fox Proframe propose, c’est déjà plaisant et profitable.

Cependant, le Fly WERX Ultra Carbon reste dans les habitudes de conception d’un casque intégral, le maintien et le confort – grâce aux mousses plus nombreuses – restent meilleurs à mes yeux que ceux de ses confrères plus légers encore.

 

 

Quelle durée de vie ?

Le Fly WERX Ultra Carbon est particulièrement bien fini : la peinture est robuste, les vis de visière sont en métal, les grilles des ventilations sont rigides, les contours en plastique souples ne se décollent pas, les mousses et les coutures résistent.

Voilà bon nombre de détails visiblement soignés qui font que ce casque est taillé pour durer… jusqu’à la prochaine grosse chute qui pourrait avoir raison de lui, comme tout bon casque qui remplirait heureusement sa fonction !

 

Ce qui peut progresser ?

Outre l’aspect esthétique, qui convient ou non à chacun, lors du retrait, les sangles “pull” des mousses des joues peuvent venir frotter les oreilles. Je dis bien “peuvent”, la morphologie de chacun est unique. Et si on répète souvent le geste, elles finissent par irriter.

Personnellement, après avoir enfilé des casques intégraux ultralight de la nouvelle génération, j’ai encore un frein psychologique à m’aligner au départ d’une course avec ce genre de casque.

Trop ventilé, trop ouvert sur mon crâne, la sensation est étrange… Il m’est difficile de changer mes habitudes en matière de sécurité. Alors pourquoi Fly ne travaillerait pas à alléger encore un peu ce modèle, pour conserver un casque au véritable aspect intégral une fois enfilé !?

 

 

 

La concurrence ?

Par expérience, je peux comparer le Fly WERX Ultra Carbon avec un Fox Rampage Pro Carbon et un Troy Lee Design D3 Carbon.

Du point de vue esthétique, le Fly WERX Ultra reprend une conception qui a fait ses preuves et séduit la clientèle : une mentonnière ouverte et ventilée qui donne un aspect enfoncée et agressif, une crête pariétale prolongée par la visière et un angle arrière bien prononcé. Le Fox et le Troy Lee Design sont plus anguleux, encore plus tranchant, alors que le Fly WERX Ultra impose un visage plus arrondi et moins volumineux. Ce qui met, à mon goût, le design du Fly WERX Ultra un poil en retrait par rapport à ses deux concurrents.

Cependant, le maintien et le confort se valent pour les trois. Mais quand le Troy Lee Design D3 Carbon tourne rapidement en mode grill – thermostat 7, le Fly WERX Ultra Carbon est plus ventilé, plus aéré, plus respirable ! Sur ce point, le Fox Rampage Pro Carbon se place entre les deux.

L’autre grosse différence de taille est le poids ! Le Fly est plus léger d’environ 300 grammes. Ce n’est pas négligeable sur le long terme, notamment lors des gros weekend de ride ou de course, ou pour les mous du cou.

 

 

Est-ce que ça les vaut ?

Finalement, le Fly WERX Ultra semble être le nec-plus-ultra de ce qui se fait en ce moment. Il allie admirablement bien confort, aération, maintien avec légèreté. Il se démarque ainsi de la concurrence.

Même si quelques détails restent à peaufiner, son prix est largement justifié par sa qualité. Donc à 459,95€, ceux qui feront le pas ne seront pas déçus de leur achat. Le Fly WERX Ultra se mérite, mais mérite aussi d’être reconnu comme un véritable casque haut de gamme !

Casque Fly WERX Ultra Carbon
Pertinent ?9.5
Pratique ?8
Utile ? 9.5
Durable ?8.5
Abouti ?8.5
Concurrentiel ?9
Bon marché ?6
Principale qualité
Rapport confort/maintien/aération/légèreté excellent
Principal défaut
Prix
8.4
/10
En conclusion
Le marché des casques intégraux est très large, autant en terme de produit qu'en terme de prix. Il évolue aussi fortement ces derniers temps avec l'apparition de casques ultralight. Le Fly WERX Ultra Carbon se montre novateur tant il est capable d'allier confort, aération, maintien avec légèreté. Il s'avère finalement à la frontière entre la nouvelle génération de casque intégraux ultralight dont l'aspect "petit casque" repousse certains et la génération de casque plus classique inspiré de la moto. Mais ceci semble avoir un coût important !

Article lu 2 063 fois. Merci !