Après avoir crevé dès la seconde spéciale lors du premier jour de cette manche Enduro World Series d’Ainsa 2018, Sam Hill a laissé le champ libre à ses concurrents pour la gagne. Encore fallait-il s’en saisir et tenir bon sous le soleil écrasant et sur le terrain exigeant d’Ainsa.

Les résultats viennent de tomber et les bonnes prestations françaises mises en évidence hier ont tenu bon, voir mieux. Tour d’horizon des classements avant de lire Entre les chiffres plus tard dans la semaine… Feu !

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes – Photos : Enduro World Series


 

 

De retour dans les gros points

Relégué à la 32eme place à l’issue du premier jour de compétition, et bénéficiant d’un pécule de points d’avance au classement général de la saison, Sam Hill aurait pu la jouer tranquille et assurer aujourd’hui… Mais sur ces terrains cassants et connaissant le tempérament du patron, c’eut été presque dommage.

Sam Hill a donc profité de la première spéciale du jour, éprouvante et cassante, pour frapper un bon coup ; 3eme temps, à moins de 2 secondes de la gagne, pour sauter de la 32eme à la 13eme place ! Un effort si violent qu’il y endommage une pédale et se complique la tâche pour la spéciale suivante, pédalante : 11eme temps tout de même.

Au final, Sam Hill finit le week-end 11eme. Il lâche 120 points à Martin Maes, son concurrent direct au général, sur les 560 points à son crédit. Il lui en reste 440 d’avance… Et n’est donc mathématiquement pas encore titré, une victoire permettant d’empocher 500 unités chez les hommes… Le suspens et la fête seront donc, encore, au rendez-vous le week-end prochain.

 

 

Richie Rude pour son pote…

Aux avant-postes, Richie Rude n’a laissé le soin à personne d’empocher la victoire. Martin Maes est bien revenu à moins de 10 secondes à la faveur de ce second jour de course… Mais l’Américain, très proche de Jared Graves n’a pas manqué de mettre à profit tout l’entrainement que les deux potes ont abattu ensemble l’hiver dernier. Strenghforjared !

Martin Maes, seul réel concurrent du vainqueur, signe logiquement la seconde place du week-end et continue sa fin de saison glorieuse. Il consolide par là sa seconde place au général de la saison… Arf, s’il n’avait pas chuté en Colombie ! Qu’importe, l’ordre est respecté puisque derrière lui, Damien Oton assure la troisième place et consolide aussi le général…

 

 

Nouveau tir groupé

Et comme la veille, l’aigle catalan ouvre le tir groupé français au pied du podium. Et, confirmation des bonnes impressions pressenties, Kevin Miquel signe bel et bien son meilleur résultat Enduro World Series en carrière avec cette 4eme place !

Derrière, léger jeu de chaises musicales puisque Florian Nicolaï prend le meilleur sur son coéquipier, Dimitri Tordo. Entre les deux hommes, Jose Borges vient s’intercaler. Derrière, exit Yoann Barelli, auteur d’un nouveau beau week-end de course jusqu’ici : dérailleur cassé, le voilà sorti d’un nouveau, joli, top 10.

 

 



Dans la continuité

Pas de surprises chez les dames. Cécile Ravanel l’emporte une nouvelle fois devant Isabeau Courdurier. On peut tout juste noter deux temps scratch d’Isabeau lors des derniers chronos. Pour quelques petites secondes quand Cécile l’emporte à grosse poignée le reste du temps. #gestion

À la troisième place, les spéciales exigeantes du jour n’auront pas fait de dégât. Tout juste permettent-elles de confirmer que l’ordre établi la veille était le bon. Andreane Lanthier Nadeau monte sur la boite avec les deux habituées que l’on connait.

Même constat chez les Juniors et les Masters hommes : après de beaux débats samedi, le dimanche ne fait que confirmer les tendances. Louis Jeandel tient bon… C’est à la seconde place que les tricolores montrent les dents. L’air de rien, Nathan Secondi passe devant Elliott Heap, troisième !

Karim Amour aussi réussi à confirmer la tendance de la veille. Et il semble que le Niçois ait connu une journée plus tranquille que la veille, émaillée d’une chute et de rebondissements au classement. Les américains, Mike West et Michael Broderick, l’accompagnent sur la boite.

 

 

Coup de chapeau !

Finalement, c’est chez les Masters féminines que la bataille a été des plus serrées durant le week-end. Pour une fois, la catégorie attire une petite dizaine de compétitrices, là où 2 à 3 pilotes peuvent parfois se disputer la gagne habituellement.

Dans ces conditions, chez Endurotribe, nous sommes particulièrement fiers de Nadine Sapin. Notre rédactrice ambassadrice s’impose au guidon d’un vélo d’essai découvert en début de semaine, après une belle lutte. Seconde à moins d’une seconde samedi soir, Nadine remporte la course pour presque 9 secondes au final ! Good job ! 

 

 

La suite ?!

Voilà pour les premiers résultats du week-end. Ils scellent le dénouement de cette septième étape Enduro World Series 2018, avant la grande Finale du week-end prochain… Comme chaque année, à Finale ! Un rapide coup d’oeil au général provisoire permet de voir qu’il y aura à jouer encore entre les cadors.

Chez les dames, Cécile Ravanel est assurée d’être titrée. Elle compte 400 points d’avance – ce que la victoire rapporte – et a remporté 7 étapes sur 7 cette saison. Cécile se rapproche du titre, mais n’est pas encore à l’abris : elle dispose de 350 points d’avance, une victoire en rapportant 400. l’enjeu est aussi de signer une saison parfaite. 8/8 ?! Le suspens sera moindre chez les Masters, puisque Karim Amour est déjà titré…

Mais chez les hommes, comme chez les Espoirs U21, des points restent à prendre et des retournements de situation sont encore possibles. Tous ces détails, et bien d’autres, à retrouver Entres les chiffres, à paraître dans le courant de la semaine. L’occasion d’un dernier point avant la grande Finale qui, comme chaque année, doit offrir du grand spectacle à ceux qui auront la chance d’être sur le bord des spéciales !

Article lu 4 627 fois. Merci !