Réalisé et monté par UBAC MEDIA (Julien Ferrandez et Pierre Chauffour), le projet Stone Riders, imaginé par David Rimailho (enduriste et ingénieur géologue depuis plus de 10 ans), repose sur l’idée de proposer une web série de 3 épisodes sur le VTT abordé sous l’angle de la géologie. Ce premier épisode nous amène en Ardèche sur le plateau du Coiron…

 


Temps de lecture estimé : 4 minutes – Images et montage : UBAC Média. Animations : Alexis Benoit


 

 

Le projet Stone Riders

Initiée en 2012 avec David Vuillermet à la caméra, la série Stone Riders revoit le jour en 2018 pour 3 épisodes.

Cette série de « VTT montagne » au sens large du terme (All Mountain, enduro, DH) vous amènera à la découverte de nos spots favoris sous un angle de vue totalement original.

Avec le développement des pistes de plus en plus artificialisées, on oublie trop souvent que les paysages font la magie du VTT, que le flow d’un « single » est intimement lié à l’histoire géologique d’une région et que, nos tétines, nos coudes s’usent régulièrement sur les restes de carapaces de mollusques qui ont proliféré au temps des dinosaures (plus de 66 millions d’années donc …).

 

 

Alors si vous voulez voir de belles images de VTT, des tirages de bourres entre potes entrecoupés d’explications géologiques façon « C’est pas Sorcier » (la célèbre série de vulgarisation scientifique de France Télévision), c’est en suivant Stone Riders que cela se passe !

David Rimailho, géologue, passionné par le gros vélo en montagne et pilote pour la marque Vibram sera votre guide tout au long de la série.

 

 

Premier épisode

Pour ce premier épisode, direction les flancs du plateau du Coiron en Ardèche en compagnie de deux enduristes de la vallée du Rhône : Antonin Gourgin et Adrien Pontier.

 

 

La particularité de ce spot est la présence de pentes raides et ravinées façon Red Bull Rampage directement en contrebas d’un plateau d’origine volcanique. La transition entre ces deux paysages totalement différent correspond à une longue barre rocheuse noire et difficilement franchissable en vélo.

 

 

Un peu de géologie ! L’histoire géologique de cette région débute, pour la partie qui nous intéresse, il y a 6 à 8 millions d’années, soit une broutille à l’échelle de la Terre (4,5 milliards d’années)… A cette époque, cette région correspondait à une vallée dominée par des collines calcaires et marneuses (roches marines formées à partir d’une succession de boues argileuses et de boues issues de débris de micro-organismes à coquille calcaire).

 

“Mais une phase d’activité volcanique en lien avec le Massif Central est venue progressivement combler cette vallée et ses ramifications.” – David

 

Plusieurs millions d’années plus tard, la région sera soumise à une intense érosion (pluies, etc.). Les roches volcaniques en fond de vallée (des basaltes de couleur noire) étant plus dures que les roches des collines voisines (calcaires et marnes plutôt blancs), il se produit une inversion topographique spectaculaire.

 

Les basaltes deviennent les plus haut sommets, les calcaires / marnes, deviennent les fonds et flancs des vallées.

Enfin, des sources se développent à la base des basaltes car les marnes sont relativement imperméables.

Ces sources vont alors progressivement entailler de profondes ravines dans ces mêmes marnes.

 

 

 

Le plateau du Coiron est né ! Sa terre sombre, voire rougeâtre par endroit, issue de l’altération des basaltes est pauvre en calcaire et donc propice au développement des châtaigniers. Vive la crème de marron Ardéchoise !

“Comme quoi la géologie permet de comprendre le VTT mais aussi la bouffe d’une région et même son pinard…” – David

 

 

Pour conclure avec les explications géologiques, je ne peux résister de vous montrer un extrait de la carte géologique du plateau de Coiron.

 

 

Difficile de trouver un plus bel exemple pour prouver que le relief qui nous sert de terrain de jeu est étroitement lié à la géologie !

“Et alors, on fait quoi de toutes ces explications, nous les riders ?”

Et bien, on comprend mieux pourquoi le plateau du Coiron va plutôt offrir de superbes trails typés All Mountain avec peu de pente mais du grip de fou sur une alternance de zones rocheuses noires et de la terre relativement meuble et pourquoi ses flancs seront plutôt destinés aux freerideurs ou aux enduristes qui veulent s’envoyer des gaps et se mettre du gros gaz sur un sol dénudé, fuyant et souvent cassant.

 

 

Stone Riders, EP.1 : la vidéo

Article lu 5 221 fois. Merci !