Pour clôturer la web-série Gaoubi après les 2 premiers épisodes, l’un introductif et l’autre sur la Transvésubienne, Théo Meuzard et Alexis Chenevier s’équipent de leur enduro pour une virée au Mont de la Saxe en Italie…

 


Temps de lecture estimé : 4 minutes – Récit : Théo Meuzard – Photos : Antonin Biez (FOCAL 77)


 

 

 

Ça y est, c’est déjà le 3ème et dernier épisode de notre petite web-série initiée en début de saison, qui regroupe Alexis Chenevier, notre partenaire commun V8 Equipement, notre caméraman/photographe Antonin Biez (FOCAL 77) et moi-même.

 

Après 2 épisodes résolument tournés compétition avec la Transvésubienne en point de mire (qui a vu la 6ème victoire d’Alexis !), nous souhaitions faire quelque chose d’un petit peu différent.

Pour trancher avec l’ambiance course, nous sommes partis en montagne à la découverte du Mont de la Saxe avec nos vélos d’enduro, façon “Tricotrail” l’an dernier.

 

 

Le Mont de la Saxe se situe à la frontière Franco-Italienne, côté Italien, juste derrière le tunnel du Mont-Blanc. Contrairement à l’an dernier, je n’ai pas reconnu le spot. Je me suis basé sur des photos, quelques topos et les conseils de mes parents qui l’ont fait plusieurs fois à pied. Les photos promettent un panorama d’exception et les trails ont l’air vraiment agréables à rouler.

 

 

“Nous commençons notre ascension à 7h du matin, le soleil se lève juste sur le Mont-Blanc et les Grandes Jorasses. La journée s’annonce longue mais magnifique.” – Théo

 

 

 

Antonin fait preuve d’abnégation avec son sac de 54L sur le dos, qui contient ses vivres, sont matos photo/vidéo et un drône. Ce dernier s’avèrera être un poids mort toute la journée puisqu’il manque la carte SD à l’intérieur pour enregistrer les rushs ! Seules quelques secondes seront sauvées, enregistrées via sa tablette. Le lever de soleil nous donne l’occasion de faire quelques clichés sympas avec la lumière rasante.

 

 

Nous continuons notre ascension en grande partie dans l’ombre. Ensuite, nous sortons d’un bois et s’étend devant nous le premier single descendant. Celui-ci est un pur régal à rouler : grip de fou, rapide et avec un bon flow. Nous le referons plusieurs fois pour faire quelques prises et quelques photos, dont celle-ci-dessous.

 

 

En bas de ce sentier nous arrivons dans un petit alpage, l’occasion est parfaite pour faire à nouveau quelques images avant de recommencer à grimper.

 

 

 

Le single qui suit est en pente plutôt douce, tout se monte facilement à vélo jusqu’à un belvédère qui offre une vue imprenable sur le Mont-Blanc. La suite s’annonce plus coriace avec un beau portage qui nous mènera sur le Mont de la Saxe.

 

 

Le Mont de la Saxe est en fait un vaste plateau tout en longueur. L’objectif initial était de rejoindre la Tête Bernarde (Testa Bernarda). Nous nous arrêterons finalement avant car la journée est déjà très avancée et monter plus haut ne nous apportera rien de plus que ce que nous avons déjà d’un point de vue image. Pour sûr nous remonterons sans les contraintes liées au tournage pour aller en haut !

 

 

Après un petit casse-croûte, nous essayons à nouveau de faire des prises au drône, sans grand succès, puis nous entamons la descente. Le chemin invite vraiment au jeu et c’est presque rageant de devoir s’arrêter régulièrement pour faire des prises. Malgré tout nous avons déjà pas mal de matière et nous ne nous attardons pas outre mesure.

 

 

“Le sentier est rarement pentu et globalement très lisse, ce qui le rend très fun à rouler” – Théo

 

 

Au final la descente se fait vite et l’arrivée dans les mélèzes hume bon la fin de tournage. 11h après avoir quitté la voiture, il était temps ! A peine arrivés à la voiture, nous plongeons quelques « Gaoubeer » dans le torrent pour les refroidir. Quelques minutes suffiront tant l’eau est froide.

 

 

Nous trinquons à cette longue et belle journée ainsi qu’à la fin de ce projet de web-série. Cette belle expérience nous a notamment permis de montrer les coulisses d’une course mythique du point de vue de son vainqueur, et d’axer chaque épisode sur l’amitié et le partage qui sont l’essence même du VTT.

 

 

 

“Nous tenions à remercier V8 Equipement qui nous a donné toute liberté pour la création de ce projet et qui a accepté de le financer. Sans eux, aucunes de ces images n’auraient vu le jour.”

 

– Théo et Alexis

 

Rendez-vous demain à 18h sur Endurotribe pour l’épisode vidéo 😉

Article lu 2 984 fois. Merci !