Compte tenu des dernières présentations, on assiste clairement à une nouvelle vague de 29 pouces sur le marché. Specialized Stumpjumper, Commençal Meta AM 29… Et Mondraker Foxy Carbon 29 occupent les esprits.

Ce dernier notamment, sur lequel nous avons eu l’occasion de poser un regard approfondi en matière  de conception… Avec une question en suspend : qu’est-ce que ça donne, à l’usage ?! Je disposais du vélo 4 semaines pour y répondre.

Tout juste le temps d’appliquer le protocole d’essai Endurotribe et faire le tour de la question. Et puisque la réponse est prometteuse, il ne pouvait en être autrement : voici plus qu’une prise en main, un verdict d’essai Endurotribe pour le Mondraker Foxy Carbon 29 RR.

 


Temps de lecture estimé : 10 minutes


 

Au sommaire de cet article :

 


Mondraker Foxy Carbon 29 RR

  • Destiné à l’usage All Mountain / Enduro
  • Roues en 29 pouces 
  • 150/160mm, Fox DPX2 Evol + 36 FIT4 Factory
  • Triangle avant & arrière carbone
  • Reach de 490mm en taille L, offset court
  • DT Swiss M1700, 30mm

  • Maxxis agressor 2.3 / Minion DHF 2.4 WT Exo
  • Sram Code R, 200mm av/ar
  • 3 modèles, 4 tailles, 4999€ à 8499€
  • 13,560kg, L, sans pédales, pneus tubeless
  • Dispo immédiate 
  • Fiche du vélo sur www.mondraker.com

Premières impressions

En présentant le Mondraker Foxy Carbon 29, il était question de suspension, de géométrie et de rigidité du cadre. Avec pour chaque paramètre, des choix assumés de la marque. Ce que ne disait pas la présentation, c’est de quelle manière peut-on percevoir chacun à l’usage…

Suspension

Dès les premiers tours de roue, c’est la suspension qui s’exprime. Elle saute aux yeux par sa capacité à rester haute dans le débattement. Le Mondraker Foxy Carbon 29 RR ne plonge jamais. C’est vraiment le début de course qui est exploité, avant d’aller plus loin quand c’est nécessaire.

Et lorsque c’est le cas, il n’y reste pas longtemps puisque la détente naturellement rapide fait que le vélo revient toujours très vite à ce fameux début de course. En découlent deux effets notoires. Le premier, que la roue arrière dessine le sol, semble tout avaler et assurer un contact permanent.

Le second, que la suspension donne le sentiment de participer à la propulsion du vélo. Bien sûr, les roues de 29 aident bien. Mais on retrouvait déjà ce caractère sur le Dune en 27,5 pouces. Il est exacerbé sur le Mondraker Foxy 29. Sol défoncé ? Lâche les freins, le vélo accélère quand même !

Géométrie

Puisque la suspension reste haute dans le débattement, l’assiette du vélo est remarquable et ce sont ses proportions et ses angles qui s’expriment. Et puisque la suspension confère de la vitesse, les caractéristiques de la Forward Geometry ont du sens. L’empattement avant long et l’offset court apportent la stabilité nécessaire quand ça accélère.

Si le vélo est long devant, il est compact derrière. Associées à la suspension très dynamique et haute dans le débattement, les bases courtes confèrent une sacrée vivacité. Manual, Bunny-up, dérapage, pump… Il suffit de peu pour tirer parti du sol et générer de la vitesse.

Rigidité

C’est en matière de rigidité que ça devient remarquable. À basse vitesse, le Mondraker Foxy Carbon 29 est tolérant, confortable. On est loin de l’arbalète. Il a ce zeste de dynamisme et de facilité qui incite à en faire plus. C’est déjà palpable et remarquable…

Mais c’est surtout surprenant de voir à quel point il a du répondant par la suite. Si l’on se prête au jeu auquel il incite, il rend ce qu’on lui donne par rebond avec une facilité presque déconcertante. Wow ! Il peut être nerveux lui ! 

Pas besoin d’appuyer comme un âne sur le boitier : un appui bref suffit, par-ci, par-là, pour que le vélo réponde et renvoie, transformant la sollicitation en dynamisme, en rebond. Tout l’enjeu étant alors d’en tirer parti, de suivre la cadence.

 

 

Comment ça se règle ?!

De ce point de vue, aussi, le Mondraker Foxy Carbon 29 est remarquable : facile à régler. De 25 à 35% de SAG, il n’y a pas à pinailler : le caractère du vélo est de toute façon bien présent et les prestations en phase avec ce que l’on attend de ce vélo qui incite à la débauche.

Je conseillerais simplement de respecter l’idée d’origine de la marque : utiliser le vélo avec des détentes peu freinées, entre la mi-course et les 2/3 ouverts. Utiliser simplement le décalage de quelques clics avant/arrière pour jouer sur l’assiette du vélo, si besoin…

RéglagesAvantArrière
SAG30%30%
Détentemi-plage à 2/3 ouverte
à mi-plage à 2/3 ouverte
CompressionsOuverteOuverte
Token / Spacersd'origined'origine

Clics de détente et compression comptés depuis la position la plus vissée des molettes. SAG arrière réalisé assis/selle haute – SAG avant réalisé debout/bras en appui sur le cintre / épaule à l’aplomb du guidon.

 

 

Angle Set…

Pour coller à la philosophie Forward Geometry, le Mondraker Foxy Carbon 29 est livré avec un jeu de direction additionnel permettant d’ajuster l’empattement avant – distance boitier / axe de roue avant – via l’angle de direction. C’est bien comme ça qu’il faut le considérer. À l’usage, on peut sentir une légère différence de maniabilité, mais le véritable intérêt n’est pas là. Simplement, en fonction des situations, le vélo pousse à prendre de la vitesse, à engager les épaules au dessus du cintre, à compter sur le grip de la roue avant au sol pour tourner ou freiner.

Passer d’une solution à l’autre permet d’optimiser ça. Si l’on a le sentiment que la roue avant passe sous le cadre ou que l’on craint de passer par l’avant, il faut opter pour un empattement avant plus important. À l’inverse, si la roue avant dribble trop ou que le vélo nous assoie trop souvent sur l’arrière alors que les réglages de suspensions sont similaires à ceux du tableau ci-dessus, c’est qu’il faut réduire l’empattement avant. Pour ma part, j’ai commencé avec la position neutre, ai balayé les deux autres, et y suit finalement revenu. Très bon compromis.

 

 

Comment ça se pilote ?

Après ces ressentis précis, qu’en faire ?! Voici les cas de figures parmi lesquels le Mondraker Foxy Carbon 29 se distingue le plus à l’usage, et avec quel style ou initiatives il se marie le mieux…

Au pédalage

Dès les premiers coups de pédale, le Mondraker Foxy Carbon 29 donne le sentiment d’aller tout seul. Il procure sans cesse une assiette très stable, excellente pour prendre appui et pédaler efficacement. La motricité à la roue arrière est remarquable. Montées impossibles, me voilà !

Sur sol dur et faible pression de pneu, jamais on entend la carcasse se déformer, ramer. Signe que le vélo fait un travail remarquable pour réguler la pression de contact au sol. Dans ces circonstances, logique donc d’affirmer que le blocage n’est pas utile.

En spéciale, à la relance, le Mondraker Foxy Carbon 29 est un régal. Vif, précis, compact de l’arrière si l’on veut tirer le guidon et mettre à profit sa technique BMX. Au train, il avale tout, permettant de piloter assis et de tourner les jambes de manière continue, à la Vouilloz.

Dans les appuis

Puisque le cadre et dynamique, il faut savoir jouer de son rebond vif et précis. Des petites impulsions maîtrisées, précises, bien placées. Sans quoi le vélo répond de manière trop importante et pousse à l’embardée côté opposé. Il rend ! Il faut savoir en tenir compte et en tirer profit.

Cela demande une technique précise, savant dosage entre placer le vélo sur l’angle et solliciter le rebond quand les virages sont marqués. Quand ça marche, le vélo prend une telle vitesse, le regard se met à chercher la suite de la trace au milieu de la végétation… Un régal !

Le reste du temps, la position et la capacité d’absorption du Mondraker Foxy Carbon 29 incite à rester assis, presque fainéant. Pied sorti au besoin, style motocross, ou faire tourner les pédales, piloter assis… Toute la finesse étant de savoir juger quand rester debout et actif, ou quand s’asseoir !

En matière d'engagement

Dit autrement, il faut savoir quand engager avec le Mondraker Foxy Carbon 29… Parce que lui a de la marge ! En restant haute et dynamique, la suspension donne le sentiment d’offrir plus de débattement qu’elle n’en dispose, ou bien de disposer d’une réserve toujours disponible…

Autant en tirer parti pour sauter là où on freine et enroule d’habitude, pour lâcher les freins ou devenir actif quand c’est défoncé et que l’on se fait d’habitude brasser… Une attitude qui peut pousser, à terme, à travailler de nouvelles aptitudes, progresser, se surpasser.

Car en première intention, ce ne sont pas les limites du vélo que l’on atteint, mais plus certainement nos propres limites. Que veut-on faire ce ça ? Y sommes-nous prêts ? Veut-on se prendre au jeu et progresser ?! 

 

 

Pour qui ? Pour quoi ?!

J’adresse clairement le Mondraker Foxy Carbon 29 aux pilotes, amateurs sportifs, qui apprécient travailler et développer leur propre performance, leur apprentissage, leur progrès. Ils y trouveront l’occasion d’un nécessaire temps d’adaptation pour tirer pleinement parti du potentiel, puis une gratification exceptionnelle à chaque initiative réussie tirant parti de leurs nouvelles compétences et des qualités indéniables du vélo.

L’opportunité est d’autant plus belle qu’en matière de pratique, toutes les observations relayées jusqu’ici m’amènent à une affirmation sans équivoque : en matière de polyvalence, le Mondraker Foxy Carbon 29 place la barre à un niveau jamais vu jusqu’ici. Je l’envisage autant sur la rando du dimanche matin, qu’à jouer la gagne à la Méga ou assurer une virée itinérante en haute montagne. Ultra-polyvalence !

 

 

Vis-à-vis de la concurrence…

Une constat qui prend son sens lorsque je balaye le champ des concurrents qui me viennent à l’esprit pour comparer / situer le Mondraker Foxy Carbon 29. Il m’arrive parfois de répondre qu’entre tel et tel vélo, ce n’est pas comparable.

Là, j’ai le sentiment que ce vélo a sa carte à jouer en face de n’importe quel vélo déjà présent au comparateur d’essai Endurotribe. Je ne retiens donc que les comparaisons les plus représentatives pour rester concis…

Vis-à-vis du Specialized Stumpjumper

Le Mondraker Foxy Carbon 29 se place en sérieux concurrent du le Specialized Stumpjumper. La différence se fait sur le caractère des deux. Là où l’américain est neutre et compatible avec un large panel de tempérament, l’espagnol a le sang chaud et du répondant, ce qui me fait dire qu’il a plus de saveur, mais qu’il est aussi plus capable si ça va vite et fort !

Vis-à-vis du Orbea Rallon R5

Raison pour laquelle je mets le Mondraker Foxy Carbon 29 en concurrence forte, aussi, avec le Orbea Rallon R5, alors que le Specialized Stumpjumper m’en paraît moins capable. Sur bien des points, il y a match entre les deux espagnols. Et pour l’heure, la différence me semble se faire sur les capacités de la suspension du Foxy, qui a plus de réserve que sur le R5.

Vis-à-vis du Ibis Mojo HD4

À plusieurs reprises, le Mondraker Foxy Carbon 29 m’a rappelé le Ibis Mojo HD4 pour sont coté pousse au crime. La différence fondamentale se situant à l’étape suivante, une fois que l’on a osé. Le californien est intransigeant, là où l’espagnol offre les outils pour tirer parti de la vitesse. Je te pousse à franchir le pas, mais je t’accompagne ensuite !

Vis-à-vis du Commençal Meta AM 29

Dans cette logique, le Mondraker Foxy Carbon 29 se mesure aussi au Commençal Meta AM 29. Je pense les deux capables de rouler aussi vite et fort. Mais l’espagnol se démarque sur sa polyvalence d’une part, quand l’andorran se révèle véritablement une fois lancé. Le Foxy vient te chercher là où le Meta AM 29 t’attends. 

 

 

Conclusion

Si l’on prend un peu de recul, deux constats m’influencent au moment de conclure. En premier lieu, la forte cohérence entre les choix de suspension, de géométrie et de raideur… Qui amènent à une caractère fort, marqué et clairement identifié.

Belle cohérence ! Qui plus est, lorsqu’elle génère un niveau de polyvalence encore jamais constaté. Raison pour laquelle je répond de la sorte à l’éternelle question : pourquoi voudrais-je le garder ?! 

“Très cohérent dans sa conception et ultra-polyvalent, le Mondraker Foxy Carbon 29 est pour moi une des références incontestables du moment ! Très certainement un vélo qui peut marquer sa génération et place la barre à un niveau remarquable sur bien des points. Logique donc d’imaginer l’avoir à disposition pour tout faire, ou presque !

 

 

Positionnement & usage

En synthèse, le tableau de positionnement et d’usages permet, en un seul coup d’oeil, de saisir les capacités du vélo. (rafraîchir la page si le tableau ne s’affiche pas)

Comparées à celles des autres vélos à l’essai permettra de répondre à l’éternelle question > par rapport aux autres, qu’en penses-tu..? Rendez-vous sur la page du Comparateur d’essais VTT Endurotribe pour en savoir plus >  http://www.endurotribe.com/comparateur-essais-vtt-2016/

Article lu 25 636 fois. Merci !