Dans l’histoire du VTT, au fil des productions, des sortes d’icônes se sont dessinées, la signature Stumpjumper en fait partie. Alors, à l’aube de sa dixième réédition, en bon gardien du temple, Specialized se devait de défendre et faire prospérer cet héritage.

Pour ce faire et pour la première fois dans son histoire, ce n’est pas un mais bien plusieurs Stumpjumper qui assurent la relève..! Adieux Camber, entre Epic et Enduro, le(s) Stumpjumper occupe(nt) toute la largeur.

Présentation détaillée du bébé avant de lire notre prise en main du Stumpjumper “LT” 29, à paraître en soirée…

 


Temps de lecture estimé : 6 minutes


 

 

Asymé’prendre…

Par ignorance, mémoire qui flanche ou vraisemblablement mauvaise foi, certains diront que Specialized, machin patin-couffin, s’est fortement inspirée d’Orbea… et de sa dernière création Rallon R5, pour dessiner le nouveau Stump’.

Certes de prime abord, la ressemblance est troublante, on vous l’accorde. Ça nous a frappé, au point de demander au staff avec humour durant la présentation si Spe n’avait pas racheter Orbea.!? Plaisanterie mise à part, il est bon de rappeler que ce sont bien les Américains qui ont été précurseurs en la matière avec leur Demo asymétrique de Descente.

Inspirée par l’architecture singulière du Demo, la petite équipe Basque s’en est emparée avec talent, pour aboutir à la réussie machine – véritable benchmark – que l’on connait.

D’après plusieurs informations recoupées, Specialized travaillait de longue date sur la déclinaison ce type de design, elle s’est simplement et joliment fait griller la politesse… La marque se serait-elle un peu trop reposée sur ses lauriers ?! Et ceux de l’architecture FSR, son pré carré durant des dizaines d’années, tombé depuis dans le domaine publique..? Voila pour l’aparté.

 

 

Double face

Selon où l’on se place, avec son architecture asymétrique “double face” Sidearm Design, le nouveau Stumpjumper offre bel et bien deux visages.

Côté “pile”, opposé à la transmission, on retrouve l’amortisseur à découvert comme sur le Demo, monté lui aussi sur un support d’amortisseur (yoke) asymétrique. Côté “face”, une belle jonction élancée entre tubes supérieur et inférieur. Le résultat est à la hauteur de la lignée Stumpjumper, un triangle avant très sloping et ramassé qui confère au(x) vélo(s), un joli petit air de Demo. La filiation saute aux yeux.

Construction intéressante visuellement, l’asymétrie l’est tout autant techniquement. Le châssis du Stumpjumper progresse sur tous les terrains, celui du poids et de la rigidité. Specialized annonce gagner jusqu’à 250g sur les petites tailles (S/M), dont 100g sur chaque triangle arrière, tout en obtenant un cadre moins flex latéralement, plus rigide grâce à un gros travail d’intégration du jeu de biellette/basculeur.

 

 

Le Stumpy fait des petits

Vélo de montagne par excellence, le Stumpjumper nouvelle génération se mue en deux vélos distincts : le Stumpjumper “tout court” (on parlera de “LT” pour simplifier) et le Stumpjumper “ST” (pour Short Travel).

Deux vélos alu ou carbone selon le prix qui partagent, en fibre noire tout du moins, la même base de triangle avant. Tout le reste – support (yoke) et entraxe d’amortisseur, débattement de fourche – est propre à chaque vélo et confère un caractère particulier, une géométrie spécifique. Année après année, le Stumpy s’allonge (+13 à+17mm de Reach selon la taille), se dévergonde sans jamais tomber dans la radicalité…

Le client étant roi, Specialized joue encore et toujours la carte du choix de la taille de roues. Chaque Stump’ est proposé en 27,5 pouces et en 29 pouces/bi-compatible 27+ (2.8 à 3.0). Pour encaisser les ardeurs du terrain, 120mm de débattement arrière pour le ST 29 pouces, 140mm pour le Stumpjumper LT 29. Tous deux couplés à une proue de 10mm de débattement supplémentaire.

Le LT est aussi proposé en 27,5 avec 150mm de débattement à l’avant comme à l’arrière.

En Europe et sur les marchés francophones, toutes les versions américaines ne seront pas au catalogue. Il n’y aura donc pas de ST 27,5 si ce n’est une version féminine entrée de prix. Oubliée aussi l’intrigante et radicale version Evo du Stump’ LT , bodybuildée et endurisée, qui ne traversera pas l’Atlantique ou la Manche.

 

 

Le Stumpjumper en profondeur

Profondément remanié visuellement, le gros du travail sur le Stumpjumper se dévoile dans les détails…

 

 

La gamme Stumpjumper en France

Tentés ? La nouvelle collection Stumpjumper est d’ores et déjà disponible via le réseau de revendeurs agréés Specialized. Voici le détail des montages et tarifs…

Le détail des fiches produits Stumpjumper > Téléchargez le PDF

Le détail des fiches produits Stumpjumper ST > Téléchargez le PDF

Le détail des fiches produits Stumpjumper ST femme > Téléchargez le PDF

 

 

La suite ?

Rendez-vous ce soir à la une de votre magazine préféré, pour découvrir notre prise en main en avant-première du Stumpjumper “LT” 29 pouces, sur les trails ardéchois de la Rédaction !

A suivre ! D’ici là, on discute de tout cela, d’Orbea, au travers des commentaires 😉

Article lu 9 730 fois. Merci !