Après une première partie sur les pentes insoupçonnées d’Hong Kong, “Contraste” nous emmène en Chine pour un beau trip VTT à la découverte de paysages grandioses et à la rencontre des acteurs locaux…

 


Temps de lecture estimé : 21 minutes – Récit : Thomas Lecoq – Avec Thomas Lecoq, Fabrice et Alexis Crouzet


 

 

Deuxième partie – La Chine

“Sécurité militaire oblige, les cartes de dénivelé/façon IGN n’existent pas…”

 

Bienvenue dans l’Empire du Milieu

La Chine est un géant dans tous les sens du terme : immense par sa taille, son histoire, son nombre d’habitants, sa puissance économique etc.

Grand comme 17 fois la France, la Chine est un pays continent qui partage ses frontières avec notamment (pour ne citer qu’eux) la Russie, la Mongolie, le Pakistan, la Thaïlande, la Birmanie…

Le bord de mer sur la côte Est de la Chine est le plus peuplé, sur un axe Nord Sud allant de Pékin à Canton. Plus on s’enfonce dans les terres et moins le pays est développé (même si cela tend à changer) et la nature plus présente. Le centre et l’Ouest de la chine est moins dense, plus sauvage et on se retrouve rapidement avec des endroits vide ou peu peuplé.

Encore sous régime autoritaire jusque dans les années 70 et vivant dans des conditions très modeste, la Chine a pris un tournant rapide dans son développement en s’ouvrant au monde à partir des années 1990. Dès lors la machine s’est mise en route le développement du pays s’est effectuée très rapidement. Depuis les années 2000 le gouvernement fait un effort tout particulier dans le développement des axes de communication : autoroutes, trains à grande vitesse, aéroports, moyens de communication… Le gouvernement tisse ses réseaux et laisse bouillonner la marmite économique portée par la consommation interne et les exportations.

Chose remarquable, le développement de la Chine s’est fait quasi en même temps que l’apparition des nouvelles technologies et notamment du téléphone portable, et aujourd’hui l’économie numérique est plus présente qu’en Europe, ce qui peut paraître parfois un peu surprenant. Cette mutation est propre à la Chine et contrôlée par le gouvernement. Les « Google, Amazon Faceook ou autre Instagram » sont bloqués et est substitué par un équivalent chinois nommé “WeChat”. Seul réseau social occidental autorisé par le gouvernement… Strava !

En l’espace de deux décennies, le pays s’est métamorphosé et est devenu un des piliers du monde moderne, tout en gardant les traces de son passé tumultueux et de ses 5000 ans d’Histoire.

Sachant qu’aucun moyen de communication occidental ne fonctionne en chine, qu’on se retrouve dans un pays à mille lieux de notre culture qui a vécu un changement radical ses 20 dernières années, on se retrouve en tant que voyageur dans une bulle assez intéressante et “déconnecté” du monde que nous connaissons. Au sens propre et figuré…

 

 

Le VTT en Chine

Compte tenu de son Histoire, la pratique du vélo en Chine en tant que sport est relativement récente, et date d’une quinzaine d’année. Les pratiques sont beaucoup moins segmentées qu’en Occident, et réduites par pratique au sens le plus simple du terme : VTT vs Route.

Ceci dit on voit au sein de chacune des catégories des sous-pratiques depuis quelques années : Pour la Route, la pratique Cyclosportive commence à apparaître et côtoie le vélo de route performance.

En VTT, la DH cohabite avec les compétitions de CrossCountry mais il n’y a pas grand-chose entre les deux. Malgré tout, beaucoup d’événements sont créés, supportant le développement de ces pratiques Route et VTT. En parallèle de nombreux magasins de vélos ont vu le jour et l’industrie est dynamique.

C’est seulement récemment que des petits groupes ont commencé à fleurir et pratiquent ce qu’on qualifiera chez nous de pratique Trail, All Mountain ou Enduro.

Les infrastructures dédiés au vélo sont quasi inexistantes et la culture de l‘entretien/création de sentiers est aussi totalement absente. Autre problématique les chemins ne sont pas répertoriés, sécurité militaire oblige, les cartes de dénivelé/façon IGN n’existent pas en Chine. Les pratiquants roulent la plupart du temps sur des chemins utilisés par les paysans à la campagne. Dans ces conditions, difficile de s’y retrouver et à moins de partir en exploration, c’est compliqué de trouver des chemins parfaits et de construire des circuits qui tiennent la route… D’autre part, le développement frénétique de la Chine gagne aussi les campagnes, et il n’est pas rare de découvrir un chemin qu’on appréciait goudronné la semaine suivante…

Ceci étant et comme précisé plus haut il existe et se développe une communauté amateurs, comme nous, de bons trails et de flow !! Des clubs à l’échelle locale fleurissent et le futur parait prometteur. La passion du trail l’emporte, et cela tombe bien, nous avons eu la chance de rencontrer certains d’entre eux…

 

 

Où rouler en Chine ?

Vu la taille du pays, le retard dans la pratique du sport, et des diversités de l’environnement, c’est une question à laquelle il est compliqué de répondre ! A moins de connaitre vraiment des acteurs locaux ou alors en se focalisant sur un seul endroit, en limant le spot pour découvrir des chemins, le VTT pour le moment reste de l’exploration à la campagne… Il existe des perles, mais encore faut-il les connaitre, et qu’ils soient exploités !

Au final, la situation est assez paradoxale car on peut rouler partout en connaissant les bonnes personnes, mais galérer dans des endroits qui ont l’air intéressant faute d’infos. A l’heure actuelle, aucune structure ou ouvrage ne permet de répertorier les endroits où rouler, il est donc primordial de se rapprocher des clubs ou shops existants.

 

 

Notre séjour en Chine

Venant de HK, nous avons décidé de passer la frontière “en voisin”, c’est à dire… à pied (à vélo) pour se rendre à Shenzhen. Du côté chinois, nous avons pu compter sur un ami de longue date, YangQi. Un pratiquant de la nouvelle ère, qui a fait 2000km en fourgon pour nous rejoindre. Avec lui, nous sommes allés à la rencontre de Shark, le gérant d’un magasin Specialized et avons roulé avec certains de ses clients pour une sortie dominicale très sympa.

Ensuite, nous avons avec Yangqi décidé de partir à l’aventure et conduire notre camion 7 heures au Nord Est de la frontière dans la région du Guangxi. Connu pour ses paysages mystiques, nous étions curieux d’explorer cette région et éventuellement de rentrer en contact avec les pratiquants locaux pour qu’ils nous montrent des spots sympas.

Pari relevé, nous quittons HK pour la Chine. C’est parti.

 

 

La frontière et l’arrivée en Chine

Vendredi 3 Novembre : On prend le métro Hongkongais et arrivons à la frontière entre HK et la Chine. Le passage se fait tout en douceur, nous sommes un peu encombrés avec nos vélos et nos sacs. Mais c’est finalement sans encombre que nous franchissons la frontière la plus fréquentée du monde, LuoHu.

De l’autre côté, Yangqi nous récupère avec son camion pour un road trip d’une semaine. Direction ZengCheng ou nous serons basés pour les deux prochains jours de ride.

On laisse la parole à Yangqi qui se présente.

 

 

La parole aux acteurs locaux – Yangqi

1/ Qui es-tu ?

Je m’appelle Yangqi, j’habite à Shanghai. Je tiens un club de vélo, le “27BIKE” à Shanghai, depuis plus de 10 ans. C’est le point de départ de voyages/sorties vélos du club, mais c’est un endroit où les gens viennent boire un café, parler vélo, ou simplement passer du bon temps. J’organise régulièrement des activités, dont des sorties VTT aux alentours de Shanghai. Je roule en VTT sur un Stumpjumper.

2/ Quelle est ta relation avec le VTT ?

Je roule en VTT depuis de nombreuses années et je pense pouvoir dire en toute modestie que j’ai été l’un des premiers à rouler en VTT à Shanghai, dès la fin des années 90. J’adore ce sport, le contact avec la nature, la liberté que cela procure, l’effort physique et le côté fun. Autour du vélo, on partage les mêmes idées, cela permet de faire de belles rencontres. Parmi les Chinois passionnés mais aussi parmi les étrangers vivants en Chine. Le vélo me permet de me sentir heureux et en bonne santé. Malheureusement ça ne rapporte pas beaucoup d’argent ahah !

3/ A quoi ressemble le VTT dans ta région ?

A Shanghai le VTT… ça n’existe pas ! Ou alors sur la route avec des pneus lisses ahah. Shanghai est une ville énorme, et c’est impossible d’y pratiquer le VTT car il n’y a aucune montagne aux alentours. Pour rouler on doit faire au minimum 1h30 de voiture, pour aller sur le premier spot, sinon il faut faire pas loin de 3h00 pour se retrouver en pleine campagne. C’est en partie pour ça que j’organise des activités le week-end : beaucoup de personnes souhaitent sortir de la ville mais peu de personnes savent où aller rouler. Je les emmène et les guide. En règle général, j’adore bouger et aller sur beaucoup d’endroits différents pour rouler, un peu partout en Chine quand j’en ai la possibilité.

4/ Quel est ton sentier préféré et pourquoi ?

Difficile à dire ! J’aime beaucoup la région de MoganShan au sud de Shanghai, mais l’endroit a beaucoup changé. Pas mal de constructions et des trails se sont retrouvés goudronnés. En ce moment, je dirai que c’est à Yushan dans le JiangSu, un endroit pas si loin de Shanghai qui offre une diversité de chemins assez fun à rouler !

5/ Quelque chose que tu souhaites ajouter ou nous dire ?

L’année prochaine, j’ai pour projet d’aller en Europe et en France pour faire du VTT !! Si de votre côté, vous passez en Chine, bienvenue à Shanghai, n’hésitez pas à passer nous voir !

 

 

Samedi 4 novembre – Zengcheng

Départ de l’hôtel, vers Zengcheng pour une sortie en compagnie de riders expats à HK dont Michel et Nick qui nous retrouvent sur place. Ils nous guident pour une sortie de 40km au travers de la campagne chinoise.

Rien d’aménagé, que du naturel, les sentiers sont des chemins utilisés par les paysans. La ville n’est jamais très loin mais on passe dans des endroits hors du temps. La sortie est sympa et se termine par une jolie descente de 3km bien plaisante.

Pour en savoir plus sur la sortie > https://www.strava.com/activities/1261668620

 

 

Dimanche 5 Novembre – Dongguan

Nous allons à la rencontre de l’équipe du concept store Specialized de Dongguan. Shark, le gérant du magasin organise tous les dimanches ou presque des sorties avec les clients et c’est l’occasion pour nous de faire cette sortie ensemble.

Le début du parcours se passe principalement dans des pistes en forêt ou l’on découvre un peu plus la campagne chinoise. Puis finalement, nous prenons de la hauteur pour se retrouver sur un spot bien connu (DaLang) avec déjà beaucoup de monde sur place. Renseignement pris, c’est un spot fréquenté… et ce n’est pas étonnant car la partie qui nous attend derrière est une petite pépite.

Nous nous engageons dans une descente super sympa en balcon de 4km, avec beaucoup de flow et quelques passages un peu engagés. La meilleure façon de finir le ride !

Pour en savoir plus sur la sortie > https://www.strava.com/activities/1261668612

 

 

La parole aux acteurs locaux – Li Xia, aka Shark

1/ Qui es-tu ?

Je m’appelle Li Xia et mon surnom est Shark. Je suis le gérant d’un magasin Specialized situé à Dongguan dans le Sud de la Chine, dans le delta de la rivière des perles. Je roule en VTT sur un Turbo Levo.

2/ Quelle est ta relation avec le VTT ?

J’ai commencé à rouler en VTT il y a 12 ans maintenant. Je roule sur un FatBoy, et plus récemment j’ai découvert le Turbo Levo et j’aime beaucoup. J’organise régulièrement des activités avec les clients du magasin et les amis, essentiellement sur Route et parfois en VTT.

3/ A quoi ressemble le VTT dans ta région ?

Pour la pratique du VTT, il y a quelques endroit sympa dans des forêts et bois aux alentours de Dongguan. L’accès se fait par des pistes et il y un notamment un spot assez connu avec des jolis singles. Nous ne sommes qu’au début de la culture “Trail” tel que vous la connaissez en Europe ou aux US, mais nous sommes déjà contents d’avoir à disposition ce qui existe.

4/ Quel est ton sentier préféré et pourquoi ?

Nous avons la chance d’avoir un beau single de 3km très flowy, parfois technique. C’est le sentier sur lequel j’ai emmené Fabrice et Thomas, à Dalang (quelques km de Donguan). C’est calame, joli, l’air y est souvent frais et sain. Et le plus important, il est super fun à rouler !

5/ Quelque chose que tu souhaites ajouter ou nous dire ?

Dans le delta de la rivière de perles côté Chinois, Dongguan et Zengchen sont les deux meilleurs endroits pour rouler. Si jamais vous passez dans le coin, n’hésitez pas à nous rendre visite ! J’ai une super machine à café au magasin ! Cela fait deux bonnes raisons de nous rendre visite.

 

 

Dimanche 5 novembre après-midi – Marche en avant vers Guilin

Apres un bon repas, nous décidons de partir pour Yangshuo, dans la province du Guangxi, à 7 heures de trajet.

Nous trouverons un logement à ChaoYang, proche de Yangshuo qui nous servira de camp de base, situé au milieu des montagnes dans un cadre idyllique. Alors qu’à Dongguan, nous sentions la modernité et la ville bien présente, nous sommes ici dans une région plus reculée et moins développée, vivant majoritairement de l’agriculture, et du tourisme.

 

 

Lundi 6 novembre – Prise de température

Nous faisons un passage par un bike shop local avec qui nous échangeons et qui nous orientera vers les rides de la semaine.

Nos premiers tours de roues seront sur le bord la rivière et dans les montagnes aux alentours. Pas mal d’explorations à vrai dire mais aussi de belles découvertes et un beau tour de 50km. Une première journée haute en couleur avec des vues sur des paysages magiques !

Pour en savoir plus sur la sortie > https://www.strava.com/activities/1263635793

 

 

Mardi 7 novembre – Les terrasses de LongJi

Au réveil, la pluie est au rendez-vous. On décide de charger les vélos dans le camion et partons au Nord de Guilin, à LongJi. Une région connue pour ses rizières et la minorité ethnique Yao habitant la région. Le but est d’éventuellement de sortir les vélos si l’occasion se présente, mais avant tout de faire un peu de tourisme.

Au final, cela sera une super découverte même si le roulage sera court.

Nous déambulons dans la campagne en camion et nous arrêtons au gré de nos envies. Nous passerons la fin de l’après-midi à découvrir un village un peu perdu dans une vallée vivant dans une autre époque, choc radical.

 

 

Mercredi 7 novembre – Guilin, avec le club local

Le soleil est de retour ! Direction Guilin pour aller rouler avec une équipe de riders locaux, avec lesquels nous sommes rentrés en contact au préalable. Nous retrouvons donc au club local de Guilin deux pilotes qui nous montrerons les chemins. Notamment une belle descente de 4km avec du flow et des passages bien techniques ! Les remontées peuvent se faire à la pédale par une route de 10km ou… en quad.

La descente a été aménagée par Kele, un jeune de Guilin qui s’est découvert une passion pour le VTT et le bougre roule sacrement fort. Depuis il ne cesse de convertir du monde dans la région et son club est un incontournable pour les amateurs de “vrai VTT” dans la région de Guilin.

Cette descente n’est pas très technique au départ et s’élance sur une ligne de crêtes magnifique avec la vue sur les montagnes autours. Rapidement, on perd du dénivelé et on se retrouve en sous-bois avec des passages bien tendus à base de racines, grosses pierres et autres marches. Il faut engager !

Enchanté par l’expérience, nous ferons la descente plusieurs fois de suite. Malgré nos efforts, nous essaierons d’aller chercher les meilleurs temps affichés sur le tableau noir à l’entrée du club mais n’y parviendrons pas !

Mention spéciale pour Fabrice qui s’empare de la seconde place sur la montée de 10km sur route !

Pour en savoir plus sur la sortie > https://www.strava.com/activities/1266541143

 

 

La parole aux acteurs locaux – Li HaiPing, aka Kele (Coke)

1/ Qui es-tu ?

Je m’appelle Li HaiPing mais tout le monde m’appel Kele (Coke). J’ai 26 ans, et je roule sur un Santa Cruz Blur. J’ai créé un club à Guilin au pied de la montagne YaoShan qui accueille de nombreux passionnés.

2/ Quelle est ta relation avec le VTT ?

J’ai acheté mon premier VTT en 2005. J’ai de suite adoré la pratique tout terrain. J’adore le sentiment que rouler en VTT procure, ce sentiment de liberté et l’adrénaline qui va avec. J’ai commencé à participer à des compétitions en 2014 et depuis je m’entraîne dur pour progresser et essayer de devenir l’un des meilleurs de ma région.

3/ A quoi ressemble le VTT dans ta région ?

Je suis originaire de Guilin, et les paysages sont vraiment incroyables. Il y a peu de chemins tracés par les pilotes mais beaucoup de pistes et sentiers utilisés par les paysans à la campagne. Rien de vraiment technique ceci dit. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé avec les amis du club de tracer une belle descente qui part de sommet de Yaoshan, et j’essaie de l’entretenir de la faire évoluer au fur et à mesure du temps.

4/ Quel est ton sentier préféré et pourquoi ?

Ma piste préférée est celle que j’ai tracée à YaoShan ! C’est une descente qui fait 3km, par laquelle on accède via une montée sur la route de 10km. Lorsque je m’entraîne, je la fait 6 fois par jour, jusqu’à ce que je sois complètement exténué.

(Allez voir le profil Strava de Coke, c’est assez bluffant !! Exemple de cette sortie où il se fait 96km et 3000m de D+… sur la même descente/montée à l’entraînement !)

5/ Quelque chose que tu souhaites ajouter ou nous dire ?

Bienvenue en Chine ! Nous espérons voir plus de riders français à Guilin ! La France a aussi je suppose de supers endroit pour rouler, j’espère un jour avoir la chance de venir rouler sur vos chemins.

 

 

Jeudi 9 novembre – Exploration au long court

La grisaille est de retour… On monte sur nos VTT un peu dans le doute… “Mais je pense que ça va se lever !” Nous décidons de suivre la rivière Yulong, puis de monter jusqu’à XinPing. Et de partir au gré des chemins ou des singles qui présenteront à nous. Au final malgré une météo capricieuse nous faisons un joli tour avec 80km au compteur et de belles découvertes !

Pour en savoir plus sur la sortie > https://www.strava.com/activities/1267961971

 

 

Vendredi 10 novembre – Il est temps de rentrer

Et oui, les bonnes choses ont une fin. Nous devons repartir, on quitte YangShuo et ses montagnes majestueuses et faisons le chemin dans le sens inverse, jusqu’à Hong kong. 7 heures de voiture pour aller à la frontière, puis nous devrons prendre le métro. Nous quittons Yangqi avec un pincement au cœur, et nous nous promettons de se voir bientôt en France pour qu’il réalise son rêve, venir rouler en France…

Prochainement l’opportunité d’écrire les pages de la partie 3 de notre aventure !? C’est tout ce que l’on souhaite.

D’ici la merci de nous voir lu et à bientôt sur Endurotribe.

 

 

La parole aux voyageurs – Fabrice Crouzet

1/ Qu’attendais-tu de ce voyage ?

Je n’avais pas d’attentes particulières au niveau du vélo, mais surtout la curiosité de découvrir la Chine et me faire mon propre avis sur cette grande puissance. Pour résumé, une première expérience de l’Asie pour moi.

2/ Qu’as-tu pensé du ride à HK ?

Excellent, bien au-dessus que ce que j’imaginais. Technique et ludique à souhait, bien en phase avec la pratique Enduro actuelle… à quand une World Series à Hong Kong !?

3/ Et en Chine ?

Comme je l’imaginais ! Du VTT en mode exploration, de belles randos où l’on s’imprègne de la campagne et de la culture chinoise. En tout cas, un excellent moyen de découvrir la Chine de l’intérieur et de faire de belles rencontres.

4/ Un fait marquant du voyage ?

Plus qu’un fait marquant, c’est la qualité générale des repas en Chine qui m’a marqué. J’ai adoré cette cuisine simple,variée, légère et subtile.

5 / Quelque chose à ajouter ?

Oui, un immense merci à Yangqi notre nouvel ami chinois pour sa bonne humeur, sa gentillesse et son dévouement.

6 / Allez c’est un test… comment dit on bière en chinois ??

Pijiu !!!! On en a bu beaucoup… trop ???

 

 

La parole aux voyageurs – Alexis Crouzet

1/ Qu’attendais-tu de ce voyage ?

Avant de partir, je souhaitais découvrir une nouvelle culture. Je recherchais un maximum de dépaysement : des paysages grandioses / une alimentation différente. Je voulais vivre ce trip au jour le jour sur le bike.

2/ Qu’as-tu pensé du ride à HK ?

Le ride à Hong Kong a dépassé mes espérances, en effet je ne comptais pas trouver des singles aussi fun à rouler. Technique et ludique. Une vraie bonne surprise.

3/ Et en Chine ?

Le ride en Chine est plus conforme à ce que je m’étais imaginé. Il n’existe pas de réseau spécialement tracé pour le VTT. La Chine est plus adaptée au vélo de voyage : traverser une province de Chine, afin de découvrir des paysages hors du commun et de côtoyer les populations locales qui vivent encore comme leurs ancêtres.

4/ Un fait marquant du voyage ?

Le fait marquant de ce voyage est d’avoir passé la frontière Chinoise avec les bikes.

5/ Quelque chose à ajouter ?

Ce voyage a comblé toutes mes espérances : cela a été un véritable bonheur de pouvoir rencontrer et rouler avec les expatriés français et les riders locaux. Cela m’a donné envie de renouveler l’expérience et de repartir, pour découvrir de nouvelles provinces chinoises.

6 / Allez c’est un test… comment dit on bière en chinois ??

Si je me rappelle bien, cela doit se dire : Piju ! Je pense que j’en ai plus bu que de l’eau. Heureusement elle n’est pas trop alcoolisée !

 

Fin

Article lu 9 027 fois. Merci !