C’est le jeu : tous les 3 ans en moyenne, les modèles phares du marché se renouvellent, se réinventent. Entre tendance du moment et découvertes de la marque, chaque nouvelle version apporte son lot de nouveautés, qu’il nous faut étudier pour en mesurer la réelle pertinence.

À en croire sa présentation, le Scott Genius millésime 2018, fait partie du mouvement. En s’inspirant fortement de la plateforme du Spark – modèle XC de la marque – le Scott Genius mute autant qu’il soulève de questions. Quelles sont les réelles capacités de ce modèle voulu ultra-polyvalent ?

Trouver réponse mérite réflexion. Entre formats de roues, choix de géométries et réglages des suspensions, les configurations possibles sont légion. En quoi consiste chaque paramètre ? Quelles préconisations pour en tirer parti ? L’essai du Scott Genius est dans les tuyaux : début de réponse !

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Scott Genius 710

À l’œil, c’est une évidence : ceux qui connaissent le Scott Spark qui brille entre les mains de Nino Schurter savent, d’instinct, dire que le Scott Genius en est inspiré. Néanmoins, un coup d’œil avisé sur les détails communs aux deux plateformes, permet de tirer quelques bons enseignements…

Un travail de conception qui traduit un soin particulier sur les sections des tubes, à chaque endroit du cadre… Et donc, très certainement, une maîtrise des niveaux de rigidité/déformation qui y sont associés. Un travail visuellement remarquable que l’on pondère néanmoins de quelques détails perfectibles ou du moins, qui soulèvent questions…

 

 

Formats des roues ?!

Passé ce premier coup d’œil avisé, il est l’heure d’aller à l’essentiel. Jusqu’ici, Scott proposait différents Genius : en 27,5 pouces, 27,5 pouces + ou 29 pouces. Chacun étant spécifique à son format de roue. C’est fini ! Désormais, la marque souhaite simplifier son offre. Tous les modèles de la gamme sont compatibles avec tous les formats…

Ce qui implique donc toujours d’avoir la possibilité, ou la nécessité, de choisir. Entre quoi ? Le Scott Genius est compatible avec roues de 27,5 pouces pour pneus de section de 2.5 à 2.8 pouces… Ou bien roues de 29 pouces à pneus de 2.4 à 2.6 de section. Différents format qui font l’objet de cet essai pour en préciser, au verdict, l’influence de chacun.

 

 

Flip Chip ?!

Il ne suffit pas d’intervertir les roues, et de comparer, pour se faire une idée complète des capacités du Scott Genius. On peut en effet ajuster sa géométrie. La marque préconise d’en faire usage en cas de changement de format de roue.

Néanmoins, les chiffres de géométrie sont formels : en jouant d’une position de géométrie à l’autre, il ne faut pas s’attendre à conserver le boitier de pédalier à la même hauteur, un reach similaire ou des angles identiques. Il y a bien des différences.

Le Scott Genius 27,5 pouces / position “high” garde le boitier 5mm plus proche du sol et les angles 0,4° plus verticaux que le Scott Genius 29 pouces / Position Low. Au final, comment se comporte le vélo dans chaque configuration ? Quelles différences y a-t-il ? Est-ce pertinent ? Le verdict doit parler !

 

 

Passée inaperçue ?!

En découvrant le Scott Genius 2018, nombre d’observateurs, nous les premiers, ont adhéré à l’idée qu’il s’inspire du Spark. Mais au delà de l’esthétisme, cette observation comporte une différence notoire de conception. D’un point de vue cinématique, la suspension du Scott Genius 2018 n’est plus à point de pivot fixe, mais à point de pivot virtuel. 

Une différence que l’on sait, pas expérience, parfois à l’origine d’écarts profonds en matière de dynamisme, de réactivité, de rendement, d’adhérence… Est-ce le cas ici ?! Que devient le rapport dynamisme / sensibilité, essence même des Scott Genius jusqu’ici ?!

 

 

Première impression !

Que les amoureux de la marque se rassurent, les premières impressions à l’usage du Scott Genius 2018 me semblent fidèles à mes souvenirs. Même lointain, l’essai comparatif des 3 anciens Scott Genius m’avait laissé le sentiment de vélos légers et bons pédaleurs, tout en offrant une certaine sensibilité et un grip intéressant.

Sentiment immédiatement partagé au guidon du Scott Genius 2018 alors même que je dois l’avouer : plus encore que d’habitude, je n’avais pas pris la peine de me replonger dans mes précédents écrits avant de monter sur ce vélo. Plus qu’à l’aveugle, c’est presque tête en l’air que j’ai débuté l’essai.

Pourtant, il m’a fallu à peine dix minutes à son guidon pour que les ressentis sur les précédents Scott Genius me reviennent un par un, au fur et à mesure des situations. Un coup de pédale par-ci, un bunny-up par là, quelques courbes et mouvements de terrain sur sol diversement défoncé. Mémoire rafraîchie !

Est-ce bon signe ?! J’ai envie de dire que oui dans un premier temps. Le Scott Genius ne renie pas ses origines. Reste néanmoins à jauger ce que cette nouvelle mouture apporte de plus, si ce n’est une certaine fraîcheur. Le Verdict doit parler !

 

 

La suite ?!

Solutions techniques différentes mais premier contact qui rappelle de bons souvenirs : qu’en est-il une fois le vélo poussé dans ses retranchements ? D’ailleurs, où se situent-ils ? Qu’est-ce que le Scott Genius 2018 y gagne ?

Dans tous les cas, quels choix parmi tous les réglages possibles peuvent me permettre de telles affirmations ? Autant de questions à préciser ci-dessous, en commentaire… Et de réponses à retrouver au verdict de cet essai > verdict-essai-du-scott-genius-710

Article lu 8 681 fois. Merci !