Nous sommes tous citoyens du monde

Que l’on soit détracteur de la mondialisation comme José Bové ou bien que l’on soit Pro mondialisation comme Christine Lagarde il faut bien admettre une chose : nous vivons dans un monde plus global que jamais.

Les échanges entre les personnes et les mouvements de marchandises sont de plus en plus nombreux, il n’a jamais été aussi facile de se rendre d’un point A à un point B sur terre, les nouvelles technologies supportées par l’avènement d’internet sont au cœur de nos modes de vie, les marques telles que Apple, Disney, Coca, Starbucks n’ont jamais été aussi présentes partout dans le monde. Bref les exemples sont nombreux. Qu’on le veuille ou non, nous vivions dans un monde qui s’occidentalise et au final qui tend à s’homogénéiser. Une mauvaise chose en soit ? Je laisse à chacun son libre arbitre sur la question.

En revanche une autre facette de la mondialisation, (plus heureuse) est la création de richesse qui a donné accès à bon nombre de nouvelles personnes sur terre l’accès aux loisirs, dont… le cyclisme. Ainsi on voit aussi apparaître dans des pays non occidentaux des communautés dédiées au VTT et à ses différentes pratiques. Asie, Amérique du Sud, Afrique… la mondialisation a aussi ses bons côtés quand elle permet d’offrir sa dose de fun et des plaisirs à de nouveaux passionnés.

Je vois personnellement dans le développement de la pratique VTT partout dans le monde et plus seulement en Occident un parfait moyen supplémentaire de se rassembler autour d’une passion commune. Au-delà des différences culturelles qui demeurent toujours nous voici enfin rassemblés autour d’un dénominateur commun !

 

 

Tous différents mais tous réunis autour de la passion du vélo

Tous différents mais tous réunis autour de la passion du vélo. C’est ce qui nous a (entre autre) poussé à faire ce voyage. L’idée a été de partir à la rencontre d’une culture, de pays mais aussi de ses acteurs locaux qui font ce qu’est le VTT chez eux, à leur niveau.

Passionné par l’Asie j’ai entre 2004 et 2011 vécu en Chine et j’ai sur place toujours réussi à mélanger deux de mes nombreuses passions : le cyclisme sous toutes ses formes et mon attirance pour la culture chinoise. De retour en France je continue à cultiver et entretenir ces deux passions au travers de voyages réguliers à Taiwan, en Chine ou à Hong Kong avec mon vélo dans mes bagages : parfois vélo de route, parfois Gravel, parfois VTT.

Cette fois pour mon voyage annuel j’ai amené deux compagnons : Fabrice Crouzet et son frère Alexis. Le programme est simple mais alléchant : une semaine à Hong Kong, puis une semaine en Chine (dans un premier temps Dongguan dans le Guangdong, et dans un second temps la province du Guangxi). L’idée est bien sûr de prendre un max de plaisir sur nos VTT mais aussi pour Fabrice et Alexis de découvrir une culture nouvelle, de rencontrer dans la mesure du possible les communautés locales et partir à l’assaut des meilleurs sentiers pour répondre à cette question qui nous intrigue plus : Et sinon ça roule là-bas ?

 


Temps de lecture estimé : 16 minutes – Récit : Thomas Lecoq – Avec Thomas Lecoq, Fabrice et Alexis Crouzet


 

 

Première partie – Hong Kong

“Plus de 30 000 habitants au kilomètre carré…”

 

La nature à deux pas d’une mégalopole vibrante

Difficile de s’imaginer pouvoir faire du VTT à Hong kong, un des poumons économique de l’Asie, une mégalopole où s’entassent près de sept millions d’habitants et selon Wikipédia “un des territoires les plus densément peuplés au monde avec une densité de 6 357 habitants/km2 (la ville abrite le lieu le plus densément peuplé de la planète : Mong Kok). Si l’on tient compte que, du fait des reliefs, seulement un cinquième du territoire est constructible, la concentration urbaine atteint donc en moyenne plus de 30 000 habitants/km².

Enfin une donnée intéressante pour nous… 1/5ème seulement du territoire est constructible… donc 4/5ème est constitué de Nature et de Montagne, ce qui potentiellement laisse la place à nos crampons pour s’exprimer ! Effectivement, et en y regardant de plus près les Hongkongais ont de la place pour pratiquer les sports de plein air.

Avec son effervescence et son architecture, la ville monde de l’Asie est l’ultime destination urbaine. Mais c’est aussi une destination tout en contrastes, comme le prouvent les îles, les villages pittoresques, les plages de sable fin ou encore les chemins montagneux escarpés pour la randonnée à pied qui composent sa périphérie.

 

 

A propos du VTT à Hong Kong

Longtemps considéré comme une activité “hors la loi”, il était très compliqué jusque dans les années 2000 pour les vttistes de rouler en paix. Souvent en conflit avec les marcheurs, les vététistes ont aussi dû faire faire face aux autorités locales qui n’autorisaient peu ou pas de VTT sur les chemins de randonnées pédestre. Les chemins étaient d’ailleurs peu ou pas adaptés du tout à la pratique du VTT. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 2000 que les mentalités ont changées, sous la pression de lobby tel que la Hongkong Mountain Bike Association, des clubs locaux et des pratiquants.

Ainsi depuis une dizaine d’année la communauté VTT de HK est très dynamique et fleurissante. Le tout a été supporté par l’évolution des moyens de communications : De nombreux groupe WhatsApp dédié au sorties VTT existent, et il est très facile en entrant dans un des groupes de recevoir un message du type “Je roule demain RDV à tel endroit pour sortie de tant de Km”.

Autre particularité : un système ingénieux de réservation de mini van via une application mobile, le “Gogovan”. Ces mini vans circulent partout dans HK et sont initialement voués aux transports de marchandises, mais on y place 4 vélos et 4 personnes ce qui permet facilement de se rendre sur les spots de ride. La nature est belle mais pas toujours accessible car il faut se frayer un chemin dans une jungle urbaine et une circulation dense. A moins donc d’aller rouler sur les îles, il faut nécessairement avoir recours à un “Gogovan” pour vous transporter sur site.

 

 

Où rouler à Hong Kong

Les principaux spots (sur lesquels nous avons roulé) à Hong Kong se trouvent donc sur les lieux suivants :

– Kowloon : Situé entre la péninsule Hongkongaise et la frontière chinoise, ce grand espace est composé de plusieurs montagnes dont le sommet le plus haut se situe à presque 1000 m d’altitude. C’est le point de départ de nombreux parcours VTT ou randonnées à pieds.

– Les Îles de Lantau et Lamma : Deux îles situées dans le delta de la rivière des perles, où de nombreux parcours sont balisés et régulièrement entretenus.

 

 

Notre séjour à Hong Kong

Pour nous guider nous avons pu compter sur pas mal de monde et surtout Kevin, un ami de longue date habitant et roulant depuis plus de 6 ans sur HK. Il a été notre lien principal avec tous les acteurs locaux. Un grand merci à lui car sans son aide rien n’aurait pu être possible !

Cela nous a permis de rouler en compagnie de Cédric et Stéphane deux français expatriés, ainsi que de Nick membre hyper actif de la HKMBA, de Lawrence un jeune local de Lamma, Tomas…

Nous laisserons la place à chacun de ces intervenants de s’exprimer. On commence par Nick.

 

 

La parole aux acteurs locaux – Nick Dover

1/ Qui es-tu ?

Nick Dover. Responsable du développement des sentiers VTT pour la Hong Kong Mountain Bike Association. Je roule sur un Santa Cruz Nomad.

2/ Quelle est ta relation avec le VTT ?

J’ai grandi à HK et quand j’étais adolescent la marche pied ou la randonnée étaient les seules activités que l’on pouvait faire dans les montagnes… Et HK en possède beaucoup ! Je me souviens lorsque le premier chemin VTT a été officiellement ouvert il s’agissait simplement de chemins de randonnée pédestre, autorisé aux VTT, ces chemins n’étaient clairement pas faits pour durer, surtout à cause de l’érosion. C’est ainsi que j’ai commencé à participé aux activités de la HKMBA, notamment en ouvrant, maintenant des sentiers exclusivement dédiés au VTT. C’est devenu une passion à part entière. Mon investissement à la HKMBA me permet maintenant d’ouvrir un bon nombre de chemins sur tout le territoire Hongkongais, en accord et avec les gouvernements locaux.

3/ A quoi ressemble le VTT dans ta région ?

Technique et Physique. Les sentiers ouverts ou créés récemment sont moins exigeants physiquement mais très ludiques.

4/ Quel est ton sentier préféré et pourquoi ?

Le plus beau sentier sur lequel j’ai jamais roulé se trouve à Whistler mais pas dans le bike park,  c’est “Pura Vida” et ça permet d’accéder à des tonnes de chemins magiques ! Le “Dream Trail” pour moi serait de rouler sur “The Whole Enchilada”.

5/ Quelque chose que tu souhaites ajouter ou nous dire ?

Bienvenue à Hong Kong ! Peu de personnes soupçonnent le potentiel que réserve ce pays en matière de VTT. Pour en savoir plus sur la HKMBA et nos domaines d’actions, rendez-vous sur http://www.hkmba.org.

 

Après avoir situé le décor, place à l’action !

 

 

Lundi 30 octobre – On est en place

Je récupère Fab et Alex et les accueille dans notre formidable logement au sein du Fook Kiu Mansion. Ce logement situé au coeur de TimShaShui que j’avais repéré sur Airbnb nous a dans un premier temps fait un peu flippé mais au final a bien fait l’affaire pour 5 nuits sur place et est devenu notre “camp de base” !

3 Vélos, et toutes les affaires dans un studio de 30m2, ça passe.

 

 

Mardi 31 Octobre – TaimoShan part 1

Premier ride guidé par Cedric et Stéphane sur le ridge.

Pour une première ride il faut bien être réveillé ! Nous nous faisons déposer à TaimoShan et après une ascension sur la route nous atteignons une longue ligne de crête qui donne sur la baie de HK.

Ce parcours vraiment typé Enduro est parfois engagé avec pas mal de gros blocs et de grosses pierres. La seconde partie s’avère un régal à rouler.

Au final Fabrice Alexis et moi-même sommes déjà et seulement après la première journée bien surpris par le niveau d’engagement du type de parcours que l’on peut trouver !

Pour en savoir plus > https://www.strava.com/activities/1255009929

 

 

Indications indicatives…

Mercredi 1er novembre matin – Navette en Gogovan à TaimoShan !

Le Grand classique ! Jackie, notre chauffeur Gogovan passe nous chercher et nous dépose à TaimoShan, au départ d’un max de sentiers. On se laisse descendre et profitons des chemins aménagés et Jackie nous récupère en bas et nous ramène au point de départ. Simple mais efficace !

Nous retrouvons toujours Cédric et Stéphane, nos deux guides et faisons la connaissance de Jevon au guidon de son High Tower.

Au total, nous ferons 5 parcours, parfois flowy, parfois techniques, parfois pentus… Une belle variété de trails, le tout condensé en une matinée !

Pour en savoir plus > https://www.strava.com/activities/1256581922

 

 

Mercredi 1er novembre après-midi – Lamma Island

En fin d’après-midi nous nous rendons sur Lamma Island, une île située au sud de Hong Kong Island, à 25mn de bateau. Et oui autre surprise, prendre le bateau pour aller rouler d’un spot à un autre ce n’est vraiment pas commun !

Sur place nous avons rendez-vous avec Lawrence, un jeune de l’île qui est né et habite toujours à Lamma. C’est lui qui va nous guider pour assister au coucher de soleil, avec une sortie qui se terminera presque en nocturne.

Cette île est particulièrement plaisante à rouler grâce à sa vue magnifique, véritablement entre terre et mer et ses chemins roulant avec beaucoup de relances.

 

 

La parole aux acteurs locaux – Lawrence Wan

1/ Qui es-tu ?

Je m’appelle Lawrence, je suis un jeune qui a grandi et vit sur île un peu reculée de Hong-Kong (l’île de Lamma), remplie de montagne, avec quelques sentiers VTT créés et entretenus par les pilotes locaux. Grâce à la forte communauté vététiste sur l’île, j’ai rapidement attrapé le virus du VTT puis de l’Enduro et je n’ai jamais arrêté depuis. Je roule sur un Yeti SB 5.5.

2/ Quelle est ta relation avec le VTT ?

J’ai une véritable foi dans le VTT. Ce sport m’aide dans la vie de tous les jours. Vous devez être agile et vif sur le vélo, un peu comme dans la vie lorsque vous affrontez différentes épreuves !

3/ A quoi ressemble le VTT dans ta région ?

Les chemins sont plutôt techniques mais surtout fun à rouler. Certaines parties sont en sous-bois mais il y a aussi de belles parties sur des crêtes en bord de mer, vraiment joli et sympa à rouler.

4/ Quel est ton sentier préféré et pourquoi ?

Project X sur l’île de Lamma est un de mes endroits préférés, et aussi celui où je roule le plus. C’est mon terrain de jeu avec des montées assez raides mais aussi des descentes sympas. J’aime aussi Tin Mm qui est le trail le plus long sur lequel j’ai roulé à Hong-Kong.

5/ Quelque chose que tu souhaites ajouter ou nous dire ?

J’aimerais devenir un vrai pilote d’Enduro, c’est vraiment une discipline que j’adore. Malheureusement à Hong-Kong les efforts de la fédération sont plus tournés vers le XC et la DH et il n’y a que très peu d’épreuves.

 

 

Jeudi 2 novembre – TaimoShan via contour et TinFuSai

De retour à TaimoShan mais avec une descente s’effectuant sur un autre versant. Nous ferons une belle rencontre avec des pilotes locaux et ferons un bout de chemin ensemble.

C’est clairement le parcours 4 étoiles et notre coup de cœur. La dépose se fait toujours en hauteur à 900m en haut de TaimoShan pour finalement atteindre Gold Coast sur le bord de mer. Nous commençons par un joli sentier hyper ludique tracé pour optimiser la perte de dénivelé, puis enchaînons sur une ligne en balcon mélangeant le pédalage et quelques passages techniques et des petites relances. Une ascension et on se retrouve en haut de TinFuSai.

TinFuSai est une descente de 4km en monotrace, une pépite comme on en voit rarement. Du pur fun à rouler, avec une vue à couper souffle.

A la fin de la descente nous continuons avec un long sentier en balcon pour terminer notre épopée le long du réservoir de TaiLumChung avant de se retrouver en bord de mer. Magique !

Pour en savoir plus > https://www.strava.com/activities/1257552624

 

 

La parole aux acteurs locaux – Tomas Leung

1/ Qui es-tu ?

Je m’appelle Tomas Leung, j’ai 33 ans et je suis Hong-Kongais.

2/ Quelle est ta relation avec le VTT ?

Le VTT me permet de repousser mes limites physiques et mentales.

3/ A quoi ressemble le VTT dans ta région ?

Honk Kong est relativement petit, c’est donc pratique pour aller rouler. En un rien de temps vous pouvez accéder à de supers sentiers !

4/ Quel est ton sentier préféré et pourquoi ?

Mon trail préféré est TinFuSai. C’est un trail assez long (4Km) tout en descente, composé de passage technique et de beaucoup de flow.

5/ Quelque chose que tu souhaites ajouter ou nous dire ?

J’adore le VTT pour les sensations que cela procure et car il faut constamment rester concentrer. C’est aussi un super moyen de rencontrer de nouveaux amis. J’espère pouvoir bientôt me rendre à l’étranger, pouvoir rouler sur différents spots, éventuellement faire quelques compétitions et surtout rencontrer du monde !

 

 

On est pas bien là ? Petit arrêt à mi-parcours pour admirer la vue.

Vendredi 3 Novembre – Lantau Chimawan

Dernier jour de roulage avant le départ en Chine prévu en soirée ! Nous nous rendons sur l’Île de Lantau, à la découverte de sentiers assez éprouvants physiquement, avec beaucoup de relances mais très plaisant à rouler.

Situés en bord de mer, les sentiers et les paysages sont magnifiques. Pour se rendre sur site / repartir nous devons prendre un ferry, comme pour aller à Lamma. On ne s’en lacera jamais !

En début d’après-midi nous sommes de retour à notre camp de base, il est temps de rassembler nos affaires pour prendre la direction de la Chine ou d’autres sentiers nous attendent !

 

 

La parole aux acteurs locaux – Kevin aka Michel Deugenoux

1/ Qui es-tu ?

Kevin, 36 ans (déjà), roule en Fuse et en Stumpjumper FSR.

2/ Quelle est ta relation avec le VTT ?

Je roule partout, tout le temps (sauf quand je me blesse, et ça arrive souvent), avec les copains mais aussi seul avec moi même sans me poser de questions.

3/ A quoi ressemble le VTT dans ta région ?

C’est particulier, si on ne connait pas, c’est impossible de s’imaginer. C’est un peu “secret spot” de partout, tantôt du flow, tantôt du gros rock garden, les chemins sont taillés un peu au couteau et ça peut être vite partir en sucette. Ça fait la part belle au pilotage et toujours en pleine nature, sans être vraiment très loin de la première bière non plus.

4/ Quel est ton sentier préféré et pourquoi ?

Un zigzag, une longue corniche à n’en plus finir et bim, ça descend tout en grip, avec un peu de passage travaillé de ci-de là, tout le temps dans le végétal.

5/ Quelque chose que tu souhaites ajouter ou nous dire ?

Je connais un gars, il a fait un bout de descente de nuit avec une chouette attrapée en haut qui battait des ailes sur sa poitrine en essayant de se dégager… whouuu whouuu… épique. Tchif Tchaf Tchif Tchaf !!

 

 

Fin

Contraste, partie 2, à suivre prochainement sur Endurotribe…

Article lu 5 927 fois. Merci !