L’heure du verdict a sonné ! Depuis sa présentation, le Orbea Rallon R5 est passé entre nos mains pour essai complet. Les commentaires de cette première publication ont mis en avant plusieurs questions pertinentes qui méritent des réponses éclairées.

Pour une partie : préciser à la longue, quels traits de conception s’affirment, faisant le vrai caractère du Orbea Rallon R5. Pour une autre : les bons conseils à suivre pour profiter des options de personnalisation MyO, à la commande.

Deux éclairages essentiels qui permettent aussi de justifier une idée forgée entre la semaine de la Megavalanche et la Trans-Nomad. Avec le bon mode d’emploi, il se pourrait bien que le Orbea Rallon R5 soit la nouvelle référence 29 pouces Enduro à nos yeux… Explications !

 


Temps de lecture estimé : 12 minutes 


 

Au sommaire de cet article :

 

Orbea Rallon R5 M-Team

6737 euros (options incluses, 6599€ de série)
13,840kg (mesuré, taille XL, pneus d’origine montés tubeless avec préventif, sans pédale, freins Sram Code, disques de 200mm, amortisseur Fox DHX2 à ressort)

J’avais laissé le récit de mon expérience Orbea Rallon R5 sur un choix de taille : rouler sur un XL, au lieu du L habituel ! Une décision prise sur un pressentiment, et quelques premières impressions lors de la présentation du vélo en terres pyrénéennes. Avais-je raison ? pourquoi ?!

Pour répondre à ces épineuses questions, un préalable très important : le choix des chefs produits Orbea d’utiliser une fourche à offset de 44mm contre 51mm habituellement. Quel effet ici ? À angle de direction identique, la roue avant se rapproche du cadre.

Conséquence directe : la possibilité d’utiliser un reach plus grand sans faire exploser l’empattement du vélo. Et si, finalement, on monte une potence plus courte dans le même temps, on conserve peu ou prou une position normale, en roulant une potence plus courte…

 

 

À quoi bon ?!

L’air de rien, cette initiative a du bon. Idée éprouvée avec différentes potences : tant que leurs longueurs sont inférieures à l’offset, le geste est facile. C’est un fait avéré sur le terrain : comme l’impression de tenir directement entre ses mains l’axe de la roue avant.

D’autre part, plus l’offset est faible, plus le train avant se comporte comme les roues d’un caddie : roue avant déportée sous le cadre, vers l’arrière. La direction se stabilise et ce, quelle que soit la vitesse à laquelle on évolue. Un gain bon pour tous les pilotes, pas seulement les plus rapides…

“Le Orbea Rallon R5 gagne ce que les 29′ perdent !”

J’ai pour ma part diminué la largeur de cintre de 800mm à 760mm en pleine semaine de la Megavalanche, sans perte de stabilité, de grip, de vitesse ou de confiance. Potence plus courte, cintre moins large : moins de déformation, moins de porte-à-faux, plus de réactivité et de manoeuvrabilité.

De quoi virer de bord, d’un virage à l’autre, en une fraction de seconde. Au global, le Orbea Rallon R5 gagne ainsi en précision et manoeuvrabilité ce que le format 29 pouces peut habituellement perdre dans les cintres, potences, fourches et roues de plus grandes dimensions. Bonne initiative !

 

 

Choix de taille…

Pourquoi aller aussi loin dans ces détails géométriques ?! Parce qu’à mon sens, ils conditionnent la bonne compréhension du vélo, et le choix de la bonne taille afin d’en profiter pleinement. Pour des raisons de cohérences de gamme, Orbea nomme les tailles des Orbea Rallon R5 : S-M, L, XL.

“On pourrait les appeler S, M, L, tout simplement…”

À l’usage, pour pouvoir comparer aux autres marques du marché, Orbea pourrait les appeler S, M et L : S allant jusqu’à 1m70, et L commençant à partir de 1m80… C’est ainsi que l’on profite pleinement du concept mis en évidence ici !

 

 

Pensé pour aller vite…

En quoi consiste donc le Orbea Rallon R5 choisi de la sorte ?! Un vélo pensé pour aller vite, et bien ! Ce qui me le fait dire ? L’efficacité des suspensions ! Un sentiment qui ne nous a pas quitté, du premier jour de présentation à la fin de la Trans-Nomad, en passant par toute une semaine de Megavalanche.

Même dans le dur, même à bout d’énergie, même dans les pires conditions, un constat s’impose : jamais, les suspensions du Orbea Rallon R5 ne sont dépassées ! Pas de temps mort, pas d’impact qui passe au travers de leur attention. On évoque ici aussi bien le Fox DHX2 que le Float X2.

“En matière d’assiette, un apport évident de stabilité sans verrouiller les suspensions…”

Est-ce l’asymétrie et le renfort tube de selle/tube supérieur qui soulage l’amortisseur des contraintes ? Sont-ce les réglages internes de suspension apportés sur chaque amortisseur ? Certainement un peu des deux !

En matière d’assiette, la grande taille du vélo implique évidement plus de stabilité sans avoir à verrouiller les suspensions par quelques pour-cents de SAG, ou clics de compressions/détentes en trop.

 

 

Réglages en conséquence !

Conséquence heureuse de cette configuration, les 4 voies de réglage des Fox Float X2 et DHX2 ne sont pas compliquées à utiliser. Pas ou peu de frein en compression et en détente. Tout juste un peu en rebond haute vitesse lorsqu’au fur et à mesure que l’allure augmente, le vélo commence à raquetter sur certains gros chocs.

Des préconisations valables avec air ou ressort : les deux amortisseurs les respectent tout en conservant leurs propres caractères. Preuve qu’à l’usage, les réglages internes avancés lors de la présentation du vélo ont effectivement du sens…

RéglagesAvantArrière
SAG30%30% (Ressort de 400lbs pour pilote de 72kg)
Détente2/3 ouverteBasse vitesse : 2/3 ouverte
Haute vitesse 2/3 à moitié ouvertes
CompressionsBasses & hautes vitesses : ouverte à 2/3 ouvertes Basses & hautes vitesses : ouverte à 2/3 ouvertes
Token / Spacersorigineorigine

Clics de détente et compression comptés depuis la position la plus vissée des molettes. SAG arrière réalisé assis/selle haute – SAG avant réalisé debout/bras en appui sur le cintre / épaule à l’aplomb du guidon. 

 

 

Low, ou Lower ?!

Via son pied d’amortisseur, le Orbea Rallon R5 dispose d’un ajustement de géométrie : positions Low & Lower. En première intention, elles vont de paire avec le choix d’amortisseur : Low avec un Fox Float X2 – boitier haut pour compenser le faible maintien de l’air – et Lower avec un Fox DHX2 – boitier plus bas pour éviter d’être perché sur le fort maintien du ressort.

C’est ainsi qu’en dynamique, le Orbea Rallon R5 offre une hauteur de boitier quasi-équivalente de l’un à l’autre. C’est surtout dans ces configurations que le Orbea Rallon R5 est le plus polyvalent vis-à-vis du risque de taper les manivelles au sol.

Par la suite, les compétiteurs et les amoureux de la belle action peuvent pousser le vice plus loin : position Lower avec le Fox Float X2, ou bien 2 à 3 clics de détente basse vitesse sur le Fox DHX2 pour tasser l’arrière du vélo, et pratiquer le rase-motte… En prenant garde à ne pas taper dedans !

 

 

Ce que l’on en tire ?!

Que tire-t-on du Orbea Rallon R5 choisi et réglé de la sorte ? Un Enduro 29 pouces aussi rapide, que sain et reposant. Rapide parce que ses grandes roues survolent le sol et que ses suspensions ne sont jamais dépassées. Sain parce que que ces mêmes suspensions n’en ratent pas une, mais aussi parce que sa longueur généreuse apporte une stabilité de tous les instants. Reposant, pour toutes ces raisons évoquées.

C’est bien simple, en 15 années de Megavalanche de l’Alpe d’Huez, c’est la première fois qu’un vélo m’offre l’occasion d’être à la fois aussi rapide et serein lors des qualifications, sous le fameux DMC. Un secteur pas toujours très pentu où conserver la vitesse comme sur une piste de BMX est la clé.

Cette fois-ci, j’y ai presque cruisé au guidon du Orbea Rallon R5. L’impression de deux fois moins d’énergie dépensée pour deux fois plus de vitesse emmagasinée à suivre les autres, sans forcer. De quoi sortir du secteur beaucoup plus frais et avoir des watts comme jamais au pédalage d’après !

 

 

Circonstances défavorables…

Une expérience excellente, mais qui reste jusqu’ici sur un terrain favorable à la taille XL du vélo : la montagne, ses remontées mécaniques, ses grands espaces, ses grandes courbes et les hautes vitesses atteintes. Qu’en est-il plus bas, entre les fourrés, quand ça tricote et/ou que tout se fait à la pédale ?!

J’ai écrémé les virées les plus défavorables de mon secteur pour m’en faire une idée : celles où l’on rejoint le départ à la pédale, où l’on doit ensuite baisser la tête pour tourner entre les arbres, où les enchaînements gauche/droite/gauche/droite n’en finissent plus, où les épingles sont les plus étroites du genre…

Puis, Quentin a pris le relais de cette maltraitance, sur les traces de la Trans-Nomad : Enduro itinérant à travers les Pyrénées où la diversité d’épingle est proche de la perfection. Lui qui s’avoue ne pas être le meilleur au monde dans l’exercice avait autant d’appréhension que moi dans l’exercice…

 

 

… Réponse à propos !

Dans tous les cas, le Orbea Rallon R5 a répondu présent, et concilient. De la technique la plus sobre à la plus élaborée, tout le panel fonctionne. En glisse, en décalant, en élargissant dans les talus…

Un parallèle intéressant se confirme : comme le Mondraker Dune, le Orbea Rallon R5 tourne mieux quand on cherche à s’asseoir un peu sur la roue arrière. C’est comme se retrouver dans la vidéo d’Alex Balaud – Le sentier aux milles virages. 

Rien de rédhibitoire donc, juste ce qu’il faut de stabilité, de manoeuvrabilité et de précision pour prendre les bonnes initiatives. Dans ces circonstances, la faible hauteur du boitier, la largeur du cintre et la faible hauteur du cadre se font plébisciter.

 

 

Au pédalage ?!

Des impressions qui étayent totalement l’idée que ce XL vaut bien une taille L concurrente : il vire tout aussi bien ! Reste à voir les prestations du Orbea Rallon R5 au pédalage : à la relance en pleine spéciale, comme en liaison quand le sentier devient sinueux.

Dans ces circonstances, le vélo se prête au petit coup de rein qui permet de le manoeuvrer pour le finir de le faire tourner, ou pour le faire cabrer. Un trait caractéristique des bases courtes et de l’anti-squat bien maitrisé.

“Un 29 pouces moins pendu aux qualités de ses roues…”

Si bien que le Orbea Rallon R5 démontre une autre aptitude remarquable : il fait partie des Enduro 29 pouces les moins sensibles aux qualités dynamiques de ses roues. 3 paires se sont succédées à l’essai : tout juste les moins vives lui font perdre la giclette pour rester vif et précis, tenir le rythme.

À la relance, ses qualités finissent seulement par être un peu entamées en usant de frein en détente. Il en perd un peu en dynamisme. Un bon compromis doit être trouvé en réglant plus finement le vélo…

 

 

Les bons choix, concrètement ?

Voilà donc à quoi s’attendre à l’usage du Orbea Rallon R5. Encore faut-il manœuvrer au sein des options de montage du programme MyO. Outre les couleurs, voici donc les points très importants auxquels prêter attention au moment fatidique de la commande…

 

 

Alors, Benchmark ?

Ainsi configuré, que vaut le Orbea Rallon R5 ?! À y repenser, il repousse le Yeti SB5.5C, ma référence jusqu’alors, vers ce que l’Américain était au départ : un très bon All Mountain qui déborde de son usage de prédilection. Le Orbea Rallon R5 se hisse à sa hauteur, et réussit un pari d’avant garde : les solutions retenues pour le concevoir le rendent aussi performant qu’accessible ! 

Une impression confortée quand je passe en revue les autres 29 pouces mis à l’épreuve : Le Orbea Rallon R5 est aussi agile que le Norco Range, mais ses suspensions sont un ton au dessus. En un sens, il se rapproche du Santa Cruz Hightower LT dans sa manœuvrabilité, mais là aussi, ses suspensions n’en ratent pas une. Il concurrence le Rocky Mountain Instinct BC dans le confort, la réactivité et le fun factor, mais peut aller au delà quand le rythme augmente. En matière de performance pure, il concurrence aussi les Intenses Carbine et Specialized Enduro S-Works, l’accessibilité en plus !

Bref, l’idée est claire, et les voyants au vert pour conclure par l’habituelle question : Pourquoi voudrais-je garder ce vélo ?!

“Rapide, sain, équilibré, précis… Le Orbea Rallon R5 est ma nouvelle référence en matière d’Enduro 29 pouces. Il a clairement, à plusieurs reprise, déplacé les curseurs et démontré que d’autres compromis sont possibles. Un exercice d’autant plus réussi qu’il le mène sans se montrer élitiste. À coup sûr, le Orbea Rallon R5 réussit le pari de faire progresser tout le monde, d’être aussi performant qu’accessible ! Je lui prête tour à tour des qualités rencontrées de manière parsemée chez la concurrence. Les voilà enfin réunies, et de quelle manière !”


 
 

Positionnement & usage

En synthèse, le tableau de positionnement et d’usages permet, en un seul coup d’oeil, de saisir les capacités du vélo. (rafraichir la page si le tableau ne s’affiche pas)

Comparées à celles des autres vélos à l’essai permettra de répondre à l’éternelle question > par rapport aux autres, qu’en penses-tu..? rendez-vous sur la page du Comparateur d’essais VTT Endurotribe pour en savoir plus >  http://www.endurotribe.com/comparateur-essais-vtt-2016/

Article lu 14 534 fois. Merci !