7.6
/10

Pas de pilotage confiant sans freins qui vont bien ! En la matière, les Magura MT Trail Carbon ont un caractère bien trempé. Voici tout ce qu’il faut savoir pour jauger avec quels tempéraments et styles ils sont compatibles…

 

 

579€ (disques en supplément, Magura Storm HC recommandés)
240g (chacun, levier aluminium un doigt, maître-cylindre, durite, étrier et plaquettes races, sans disque, sans adaptateur, sans vis postmount et 6 trous)
4 pistons à l’étrier avant, 2 pistons à l’étrier arrière, compatibles avec disques en 160, 180 et 203mm (selon patte de fixation et/ou adaptateur)
À l’essai depuis octobre 2016, dont préparation et participation au Radon Epic Enduro : 60h, 30 séances, 650km env. Avec disques Magura Storm HC de 180 et 203mm, leviers longs en carbone & leviers 1 doigt en aluminium, plaquettes organiques (7.P & 8.P) et métalliques (7.R & 8.R)

 


Temps de lecture estimé : 8 minutes


 

 

Est-ce pertinent ?

Dans la gamme allemande, les Magura MT Trail Carbon se positionnent à la croisée des mondes : ils se destinent aux pratiques All Mountain et Enduro qui nous sont chères. Il se veulent particulièrement polyvalents. Pour y parvenir, ils piochent l’inspiration auprès des autres modèles de la marque…

Magura joue sur le choix des matériaux, et sur le nombre de pistons pour un objectif avoué : ajuster au mieux le ratio poids/performance à la pratique Enduro. Le frein avant doit apporter la puissance pour réagir dans l’instant, le frein arrière la modulation pour maîtriser l’allure. 

Pari audacieux quand on sait que la pratique de l’Enduro, par monts et par vaux, expose le matériel à diverses maltraitances. Mais aussi au regard de ce que l’on apprend de plus en plus de nos habitudes de freinage : la lichette de frein arrière dans la pente, pour maîtriser l’allure, peut amener cet élément à subir des contraintes du même ordre qu’à l’avant…

 

 

Est-ce pratique ?

Au montage, les Magura MT  Trail Carbon se présentent comme tout freins à disques hydrauliques conventionnels. Quelques particularités à noter…

Au moment d’ajuster les étriers, l’avant, est moins facile à placer que l’arrière, pour éviter que les plaquettes ne frottent au disque. L’espacement entre les plaquettes semble identique entre les deux étriers mais l’avant, plus long avec ses 4 plaquettes/4 pistons, demande logiquement plus de précision.

À l’usage, les Magura MT Trail Carbon sont très économes en plaquette. Une particularité relevée aussi bien avec les versions organiques (7.P & 8.P) que métalliques (7.R & 8.R) : les garnitures y sont particulièrement durables et ce, malgré des sollicitations particulièrement extrêmes. Je les place parmi les plus avantageux en la matière. Peu de plaquettes à changer, pratique !

Dernier point pratique, l’usage d’une seule clé torx sur les maître-cylindres/leviers : intéressant, même si le réglage de la garde se fait lui aussi via une clé, non une molette…

 

 

Est-ce utile ?

Dans le feu de l’action, les performances des Magura MT Trail Carbon sont de premier ordre.  La puissance de freinage est impressionnante dès l’usage de “petits” disques de 180mm et plaquette organiques. C’est bien simple : je n’ai pas réussi à manquer de frein, dès cette configuration.

Même en situation de compétition, ce premier montage n’a pas souffert de la chaleur au point de baisser de ton. Tout juste les cas les plus extrêmes du début de saison ont fait sentir les plaquettes organiques et brunir le disque arrière sans qu’il ne voile, jamais. Avec disques plus gros et/ou plaquette métalliques, il y a donc de la marge.

Une impression de capacités importantes renforcée par un toucher très particulier : très peu d’effort nécessaire pour manœuvrer le levier, point de contact légèrement sensible, et puissance de freinage maximal obtenue sans effort ensuite. C’en est, par contre, difficilement dosable avec les leviers d’origine. Il me faut un temps d’adaptation à chaque usage de ces freins après une période d’arrêt sans quoi, blocage des roues intempestifs.

Le résultat est bien meilleur avec les leviers courts, un doigt, développés par la marque en option. Au point que je conseillerais de pouvoir en faire l’acquisition dès le début pour goûter à toute la maîtrise que les Magura MT Trail Carbon requièrent. L’usage de ces leviers pousse à rapprocher le maître-cylindre du grip d’une valeur de 7mm environ, pour conserver une ergonomie proche.

 

 

Quelle durée de vie ?

En performance pure, les Magura MT Trail Carbon sont donc intéressants. Sur de longs runs, la chaleur n’a pas d’influence sur la garde ou le toucher. Ils respirent la constance… C’est sur la durée de vie du produit que le talon d’Achille peut apparaître. Situations d’autant plus paradoxale que l’endurance à la chaleur et la durée de vie des plaquettes sont très intéressantes. C’est bien la fragilité des maîtres-cylindres qui peut poser soucis.

L’âme s’expose au bris en cas de chute. Pour ma part, pas de vis arraché malgré un strict respect du couple de serrage. J’ai également goûté à l’extrême sensibilité de la vis de purge plastique à l’occasion du montage. J’ai perdu, aussi, un des axes plastique du levier : celui qui fait office de butée de course du levier, en plastique et monté clipsé avec une rondelle éventail du même matériau. J’ai perdu, enfin, l’une des plaquettes avec le marquage bleu qui fait office de décoration. Un détail, mais une petite imperfection de plus.

Pour les pilotes les plus soigneux, qui veillent au grain et porte une attention de tous les instants à leur chère monture, la durée de vie peut donc être très longue, et très appréciable… Tout comme elle peut prendre fin de manière prématurée et peu souhaitable en cas de chute ou de mauvaise manipulation. Quitte ou double.

 

 

Ce qui peut progresser ?

La résistance des maître-cylindres est donc un point qui peut, et doit progresser pour offrir toute la robustesse que certains d’entre-nous peuvent souhaiter de tels produits haut de gamme. Ce serait sinon dommage de parler de colosses aux pieds d’argiles sur des produits de ce niveau.

Sur le choix des leviers aussi, il ne serait pas étonnant de voir les modèles un doigts, disponibles en option, se généraliser de série. Voir même être déclinés en version carbone également. Pour avoir comparé les deux, il me semblerait en tout cas logique que les leviers longs, héritage Magura d’une époque, trouvent ici leur descendance.

À l’usage, l’ajustement de l’étrier avant un peu plus fin qu’à l’arrière se fait entendre. S’il n’est pas bon, un léger sifflement peut se produire. Pas un défaut en soit, un indicateur précieux. Par contre, même un bon ajustement laisse entendre un “gratouilli” caractéristique des plaquettes sur le disque. Rien qui n’impacte les performances, mais les plus tatillons du son, qui aiment une sonorité discrète et continue peuvent tiquer.

 

 

La concurrence ?

En parlant de caractère dès l’introduction de cet article, il est nécessaire d’en peaufiner les contours en évoquant les produits concurrents qu’il nous ait été donné d’utiliser suffisamment pour s’en accommoder.

La puissance des Magura MT Trail Carbon se rapproche de celle des freins Shimano. Je pense d’ailleurs qu’une partie de la différence se fait au niveau de la perception, dans l’ergonomie et les cinématiques des leviers légèrement différentes. Je dirais que les Magura MT Trail Carbon font partie des plus puissants, au même titre voir légèrement au dessus des Shimano XTR Trail. Côté endurance, je dirais statut-quo, voir léger avantage aux Allemands, même vis-à-vis de plaquettes Ice japonaises.

Dans tous les cas, ces deux solutions montrent une puissance supérieure aux SRAM Guide, en retrait de ce point de vue. Les SRAM Code rivalisent davantage, sur ce point comme sur l’endurance. Les Américains ont pour eux une meilleure perception du point de contact sans pour autant être on/off : au contact et en puissance, ils sont plus faciles à doser. À l’usage par contre, les freins Magura MT Trail Carbon semblent moins cruels avec leurs disques.

Reste à positionner ces freins par rapport aux produits Formula et Hope, autres concurrents importants sur le marché. Trop peu de roulage significatif à ce sujet ces derniers mois pour se prononcer avec certitude. On y travaille…

 

 

Est-ce que ça les vaut ?

Ici aussi, comme pour la durée de vie, difficile de se prononcer. À 579€ la paire – sans disque et sans levier  un doigt – les Magura MT Trail Carbon se placent irrémédiablement parmi les produits haut de gamme du marché.

Dans l’absolue, les performances et les quelques ajustements que l’on peut leur apporter (plaquettes, disques, leviers un doigt) sont à la hauteur du tarif. Même si l’ordre de grandeur n’est pas le même entre achat des freins et des plaquettes, la durabilité de ces dernières joue aussi en leur faveur. D’autant qu’elles ne valent pas plus cher que les concurrentes.

Reste la relative fragilité des maître-cylindres & leviers qui peut interpeller. Les Magura MT Trail offrent le plus haut niveau technologique de la marque, sans même le compromis souhaitable vis-à-vis de la robustesse. Un nec-plus-ultra qui peut convenir aux soigneux et amoureux de très beau matériel, tout comme rebuter ceux qui conservent tout de même ce paramètre parmi leurs critères premiers, d’autant plus lorsque la facture augmente.

Freins Magura MT Trail Carbon
Pertinent ?8
Pratique ?8
Utile ? 9
Durable ?6.5
Abouti ?7.5
Concurrentiel ?8
Bon marché ?6
Principale qualité ?
Puissance impressionnante sans effort, une fois les leviers un doigts mis à profit.
Principal défaut ?
Soin avec lequel traiter les maître-cylindres et leur composants, allergiques aux chutes et aux couples de serrage pas ajustés finement.
7.6
/10
Conclusion
Colosses aux pieds d'argile, les Magura MT Trail Carbon sont des freins haut de gamme, dans leurs performances, endurance et usages des consommables. Les soigneux et méticuleux y trouveront sans aucun doute leur compte.

Article lu 4 443 fois. Merci !