La course est lancée à l’Alpe d’Huez. Ce vendredi ne se déroulaient que les qualifications de la Megavalanche, mais plus que jamais cette étape a joué son rôle pour établir une première hiérarchie parmi les nombreux pilotes élites présents.

D’une vague à l’autre, les bagarres n’ont fait que se concurrencer pour désigner les heureux élus à la première ligne de dimanche. On y voit donc désormais plus clair sur ceux qui ont toutes leurs chances d’occuper les avants-postes… Et les autres !

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes – Photos CR & Endurotribe


 

 

Le petit jeu des qualifications…

Sur la Megavalanche, les vagues de qualification se suivent mais ne se ressemblent pas toujours. Tant de paramètres entrent en jeu. La concurrence, les faits de course, le terrain qui évolue, le rythme imprimé par les premiers…

Il n’en reste pas moins que certains éléments parlent pour déterminer avec une certaine finesse ceux qui, parmi le lot des prétendants, se détachent clairement : chronos, écarts, témoignages à l’arrivée et état de fraîcheur en disent long.

 

 

Ceux qui dominent…

À ce petit jeu, Thomas Lapeyrie sort en tête des pronostics : très large vainqueur de sa vague de qualification et auteur du meilleur temps absolu – 16min15s. Derrière, Yoann Barelli joue la stratégie : 3ème plutôt que second, pour entrer de manière différente sur la grille…

Même sensation au sujet de Martin Maes, moins rapide d’à peine six petites secondes – 16min21s – et lui aussi large vainqueur de sa vague. Le talentueux Belge règle une course qui aurait pu tourner au piège, peuplée de quelques coutumiers du fait : Quentin Champion, Ludovic Oget, Vincent Haulet, Jean-Pierre Bruni…

“Lapeyrie, Maes, Oton, Bailly-Maitre et Galy marquent les esprits…”

Dans la vague de la mort, Damien Oton signe un chrono bien meilleur que ses sensations ne l’exprimaient à l’arrivée – 16min27s. Sa blessure au pouce contractée lors des recos ne l’a semble-t-il pas freiné. Iago Garay et Kilian Bron n’ont pas pus suivre.

Autre vainqueur évident de ces qualifications, François Bailly-Maitre. Dans un exercice qu’il affectionne particulièrement, le Jurassien s’octroie une victoire et un chrono convainquant, en 16min 29s. Il faut compter sur lui ce week-end.

Enfin, dernier large vainqueur de sa vague, Théo Galy décroche légèrement au chrono, 16min49s. Une bataille qui aurait pu être un peu plus âpre sans une petite erreur de Ludo May dans les premières épingles du parcours qui l’empêche de jouer plus à l’avant…

 

 

Quelques belles passe d’arme…

À deux secondes à peine, en 16min50s, Rémy Absalon a eut fort à faire face à la concurrence. Youn Deniaud en premier, qui signe un holshot très convaincant avant de se coucher au premier névé. Dimitri Tordo ensuite, très en verve et remonté ces temps-ci.

Grosse bagarre et même chrono pour Benjamin Forbes. Australien méconnu du grand public, il participe pourtant aux Enduro World Series et se paie ici le luxe de régler Karim Amour, Nicolas Quéré, Max Schumann et Nicola Casadeï, tous derrière en moins de 30s…

En 16min 58s, José Borges s’adjuge aussi sa vague. Il s’impose non sans mal, après une passe d’arme intense l’opposant à Jordan Regnier. Le Marseillais sur le retour termine à quelques petites secondes, quatre à peine, et partira en première ligne dimanche.

 

 

Passé au travers ?!

Les deux hommes profitent aussi d’un fait de course important. Sam Hill a crevé ! Parti sur le rythme fluide et constant qu’on lui connait, le pilote australien perd toute chance de bien figurer aujourd’hui, à mi-pente, pneu avant à plat.

Finalement 14eme, il devrait profiter du repêchage automatique des pilotes de la liste prioritaire. Un dispositif qui doit lui faire gagner une ligne sur la grille. Il s’élancerait depuis le 4eme rang dimanche. Peut-il profiter du glacier pour remonter à l’avant de la course ?! 

 

 

Entre les chiffres ?!

Dans les autres catégories, difficile d’y voir clair, tant le déroulement des manches influe sur les temps de chacun. Reste qu’en lisant entre les chiffres, quelques duels semblent se dessiner.

Chez les Juniors, Tom De Carlo en 17min44s termine 7eme d’une vague très relevée, et Enzo Faure en 18min09s termine 4eme d’une des dernières vagues du jour. Chez les Masters 40, Karim Amour part favori devant Vincent Haulet et Wilfried Van De Haterd. Chez les Masters 50, le duel s’annonce épique entre Jean-Marc Picard et Jean-Pierre Bruni.

Des chiffres qui donne une idée des débats féminins du jour. Quatre filles en moins de dix secondes sur la ligne d’arrivée. Claire Hassenfratz, Brigit Braumann, Noga Korem et Isabeau Courdurier doivent en découdre pour de bon dès samedi matin, pour un glacier qui leur est presque réservé, après le départ des VTTAE…

 

Tous les résultats hommes, femmes et électrique à retrouver ici > http://www.timingzone.com/megavalanche-alpe-dhuez-2017/#

Article lu 4 362 fois. Merci !