Ce week-end, la tournée mondiale Enduro fait étape en France : l’Enduro World Series Millau constitue la 5éme étape de la saison et marque la seconde partie du championnat. Le gratin mondial s’affronte donc avec vue sur le célèbre viaduc éponyme.

Météo, programme, parcours, favoris et ambiance avant que ne commence les hostilités : voici les clés ! De quoi suivre un nouveau week-end de Coupe du Monde sur Endurotribe, sans passer à coté de l’essentiel !

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes / Photos : Enduro World Series


 

 

Le Spot – Millau, grandes causses

Pour ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de poser les crampons par ici, Millau et ses alentours font partie des plus beaux spots Enduro de notre beau pays. C’est bien simple, imaginez des hauts plateaux, les Grandes Causses, lézardés par plusieurs cours d’eau : Tarn, Dourbie, Jonte…

À chaque fois, ces cours d’eau ont sculpté le relief au cours des millénaires passés : 400m de dénivelé en moyenne par gorge. Et l’homme, allant de pâtures à rivière, d’un causse et d’un bord à l’autre, n’a eu de cesse d’en aménager les versants… Et donc d’y tracer des chemins, tous aussi fous les uns que les autres !

C’est à la jonction de deux des cours d’eau que Millau s’établit. Entre Tarn et Dourbie, les gorges proposent ainsi plusieurs promontoires qui surplombent la ville. Ce sont eux qui servent de terrain de jeu à cette Enduro World Serie française…

 

 

Les conditions

L’air de rien, les EWS 2017 sont en train de se forger une sacrée réputation. Sur le ton de la plaisanterie, les top-pilotes du circuit ont rebaptisé la série les Enduro Wet Series, en référence à la pluie, omniprésente depuis le début de saison.

Et avouons que la météo de la semaine a de quoi étayer la théorie du complot : la France, plongée dans une canicule précoce depuis 3 semaines, subit une vague d’orage presque salvateurs… Pile au moment où la compétition reprend !

Plaisanteries mises à part, le risque d’orage perdure ce vendredi, et les nuages devraient disparaître en cours de journée ce samedi. Côté températures, la barre des 20°C tout juste, serait atteinte au meilleur de la journée.

Des conditions qui impliquent que le terrain, d’ordinaire très sec et rocailleux, soit rendu particulièrement hostile et glissant ! Pneus chargés de terre, racines lustrées à vif, roche à peine plus abrasive… Le challenge est à la hauteur du niveau de la compétition : relevé au possible !

 

 

Le Programme

En clair, les nuages devraient quitter Millau à peine avant les pilotes qui participent à cette Enduro World Series : une fois n’est pas coutume, la compétition a lieu ces vendredi et samedi. En cause, le programme très fourni des Natural Games, large événement de sport outdoor auquel cette EWS est associée.

D’un point de vue plus précis, c’est donc bien deux jours de compétition qui attendent une nouvelle fois les prétendant au titre, et leurs challenger. Deux jours et donc autant d’opportunités d’en découdre, comme l’Enduro sait le susciter.

Start-List de ce vendredi > http://www.enduroworldseries.com/wp-content/uploads/2017/01/EWS-Millau_Start-List-Day-1.pdf

Start-list de ce samedi > http://www.enduroworldseries.com/wp-content/uploads/2017/01/EWS-Millau_Start-List-Day-2.pdf

 

 

Les parcours

En guise de terrain de jeu, cette Enduro World Series Millau prend place sur deux des promontoires qui surplombent l’embouchure des gorges de la Dourbie. Et nul doute qu’à passer d’un versant à l’autre, les organismes vont souffrir.

Heureusement, la dépose en navette est incluse et autorisée dans le programme pour effectuer la première ascension de chaque jour de course. Il restera néanmoins 5 spéciales et 4 ascensions le premier jour, 4 spéciales et 3 ascensions le second.

À noter que le règlement de cette étape stipule un seul passage de reconnaissance autorisé dans les spéciales 1, 2, 4, 5, 6, 8, 9. Seules les spéciales 3 et 7 peuvent être effectuées autant que possible. Est-ce une disposition qui aura son incidence sur la course ?!

Petit aperçu des traces en compagnie de Tracy Moseley ?! 

 

 

Le point sur la saison

Pour rappel, le site de Millau avait déjà accueilli des étapes de Coupe de France d’Enduro les saisons précédentes. On se souvient notamment de la victoire de Théo Galy, le presque local de l’étape l’an dernier. Est-ce que la proximité avec son Haut-Languedoc va lui apporter de quoi bien figurer ?!

Souhaitons-lui, puisque les autres ne vont pas se reposer sur leurs lauriers ! À l’aune de cette Enduro World Serie Millau, Adrien Dailly est le pilote qui compte le plus de victoire d’étape au cours de la saison, avec 2 succès sur 4 épreuve. Pour autant, c’est bien Greg Callaghan qui occupe la tête du classement général provisoire, suivi de près par Sam Hill.

En tout et pour tout, les trois hommes sont dans un mouchoir de 60 points. À peine plus de ce qui sépare les deux premiers au barème des points attribué lors d’une étape. Autant dire que ces trois hommes n’ont pas le droit à l’erreur dans la bagarre qui les concerne. Chaque seconde compte !

Surtout que derrière, les pilotes qui les suivent, s’ils sont à distance plus respectable, restent toutefois de redoutables challenger : Martin Maes, Richie Rude, Jérôme Clementz, Jared Graves… Quatre Champions du Monde d’Enduro, si l’on tient compte des titres junior du jeune belge !

Il n’y a bien que dans ce classement que le suspens est d’ailleurs à son comble, puisque dans les autres catégories, les cartes sont déjà bien distribuées. Rien n’est fait, mais les écarts dont bénéficient Cécile Ravanel, Karim Amour, Kilian Callaghan et Martha Gill sont plus confortables.

Reste la bataille pour la victoire d’étape à mener. Est-ce que Isabeau Courdurier – tout juste de retour sur le vélo – Nigel Page – pas verni d’être déjà 4 fois tombé sur un os nommé Karim Amour – Ou bien l’un de nos petits frenchies – Nathan Secondi, 3ème U21, ou Estelle Charles, deux fois vainqueur U21 – vont réussir à bousculer les lignes ?!

Réponse au coeur du week-end, et dans la foulée, sur Endurotribe 😉

Article lu 5 773 fois. Merci !