Ateliers Endurotribe – Retour en images sur la première session

Les 27 et 28 janvier derniers, notre magazine tenait ses premiers Ateliers Endurotribe, occasion particulière de réunir la Rédaction et quelques-uns de ses lecteurs pour une journée d’échanges passionnés à domicile autour… du fonctionnement de nos chères montures !

Retour, en mots et en images, sur deux jours d’essais particuliers pour lever un peu plus le voile sur ce qui anime ces Ateliers Endurotribe pleins de promesses, et d’accomplissements en matière de réglages et de ressentis…

 


Temps de lecture estimé : 7 minutes


 

 

Le déroulement

La journée type d’un Atelier Endurotribe débute par l’accueil des participants, à la Rédaction du magazine, située aux portes de l’Ardèche. Là commence une journée bien rythmée dont on ne soupçonne qu’à peine tout le potentiel…

La machine à café, les croissants et le vestiaire ont en commun d’êtres chauds et accueillants ! De quoi se mettre en oeuvre sereinement avant ce qui nous attend.

Dehors, la navette se remplit peu à peu. La boucle test sur laquelle se déroulent les essais se situe trois kilomètres plus haut, dans les collines qui font face à la Rédaction. De bon matin, puis en début d’après-midi, la navette achemine tout le groupe à bon port pour sauver quelques précieuses parcelles d’énergie.

Il en faut puisque là-haut, il y a largement de quoi se dépenser à bon escient autour du paddock qui nous accueille. Tente, table, banc, ravitaillement, desserte, pieds, caisse à outil… Il s’agit du point de regroupement pour procéder aux échanges, réglages et entretien du bonhomme nécessaires pour profiter pleinement de la journée.

Après une première boucle repérée tous ensemble, vient le temps des choses sérieuses. Une fiche de notes est distribuée à chacun. Et l’on commence par y consigner les réglages de son propre vélo, tel qu’il débute l’atelier. Ces informations permettent de revenir à la configuration d’origine en cas de doute, ou bien de mesurer, à terme les progrès effectués.

S’en suivent une série d’échanges passionnés à propos des attentes, observations et ressentis de chacun. Antoine, rédacteur / testeur Endurotribe, consacre sa journée à écouter, conseiller et guider chacun pour faire évoluer les réglages de son propre vélo. Chaque nouveau réglage est alors noté sur la fiche, et un tour de boucle test est effectué pour en ressentir l’influence.

Au fur et à mesure de la journée, les réglages évoluent et les sourires apparaissent forcément sur les visages. À midi, la pause offre l’opportunité de redescendre manger à la Rédaction par un run particulier qui fait sortir du train / train de la boucle test. À la Rédac’, les plats maison d’Alice valent quelques gros points que les plus gourmands savent apprécier 😉

Les abords de la Rédaction regorgent de traces intéressantes. Après une nouvelle après-midi d’échange et de réglages, il n’est pas rare de toucher une configuration intéressante et une envie pressante : celle de mettre tout le travail à profit sur une trace nouvelle où l’instinct prend le dessus. Mine de rien, la session constitue une belle dépense d’énergie : les plus vaillants peuvent parcourir jusqu’à 1200m de D+/- sur 30km sur la journée.

En fin connaisseur des lieux, Quentin prend les devant et propose, en fonction des affinités, de découvrir telle ou telle trace avant de rentrer à la Rédac’. Là, un dernier café et un coup de jet sur les vélos les plus sales laissent le temps de finaliser les fiches de notes personnalisées.

À l’issue de la journée, chacun repart avec une fiche retraçant les réglages initiaux, les évolutions, et une dernière colonne avec les réglages auxquels la journée nous a mené. L’occasion de mesurer et de se rappeler le travail de mise au point accompli durant la journée.

 

 

Les participants

Qui participe à ces Ateliers Endurotribe ?! Sans nul doute, parmi nos lecteurs les plus passionnés et intéressés par l’aspect matériel de notre pratique de prédilection. Pour autant, cette première session nous a donné l’occasion de mesurer à quel point, un sujet passionnant peut amener à des échanges conviviaux et pleins de bon sens. Il n’y a qu’à voir les sourires se multiplier au fur et à mesure de la journée pour s’en convaincre.

Malgré les commentaires qui laissaient présager d’une édition réservée aux Ardéchois, cette première session d’Ateliers Endurotribe a démontré la bonne situation de la Rédac’ vis-à-vis des nombreux beaux bassins de pratique.

Sur 11 participants, Greg, Rémi et Mathieu venaient en voisins de la Drôme (26, à 45km). Rémi était le plus proche poursuivant, il venait du Vaucluse (à 120km). Domi et Charly représentaient l’Hérault, les abords connus de Montpellier (34, à 191km). Jean-Edde et Antoine (Clermont-Ferrand, 63 à 300km) d’une part, Sylvain et Raphaël (Annecy, 74, à 250km) d’autre part repoussaient déjà les limites. Que dire alors de Cédric (Neuchâtel, Suisse, à 400km).

Sur deux jours, deux groupes, deux tendances intéressantes se dessinent. Le premier jour semblait véritablement axé sur l’apprentissage de l’influence et de la méthode de réglage d’un vélo. Le second, plus orienté “compétition” et/ou quête de performance à travers les réglages. Ce qui n’était pas, au départ, une volonté affichée, pourrait bien, à l’avenir, devenir une référence. Certaines idées pour adapter les programmes à ces deux types d’attentes sont dans les tuyaux.

 

 

Côté matos

Côté matos aussi, les observations en disent long sur les attentes des participants aux Ateliers Endurotribe. D’une part, les marques de VPCistes (près de 50% des vélos réglés) concrétisent une tendance que l’on identifiait déjà à travers le nombre de commentaires à l’issu de nos essais : ce mode d’achat n’enlève pas le besoin d’un échange approfondi, chaleureux et constructif au moment de prendre en main le vélo.

D’autre part, certains vélos dotés de suspensions très abouties mais pointues, aux multiples réglages, nécessitent parfois de s’y retrouver, alors même que leurs homologues plus raisonnablement équipés s’avèrent plus simples et tout aussi pertinents à régler. On pense notamment aux solutions qui dissocient hautes & basses vitesses, et aux produits qui, en plus des réglages de SAG et de détente, nécessitent de jouer des compressions…

Et puis il y a aussi les cas plus particuliers, mais tout aussi émérites, des vélos de XC Trail en 120mm et du cadre artisanal développé “maison” qui, s’ils se démarquent de la masse, sont tout aussi intéressant et gratifiant à aborder. Preuve s’il en est que se pencher sur les réglages peut tout aussi bien amener à des échanges passionnés et à des progrès qui ne sont pas conditionnés par la quantité de débattement ou la provenance du matériel.

 

 

Ce qu’apporte les Ateliers Endurotribe

Car c’est bien là l’utilité des Ateliers Endurotribe. Ou plutôt, les utilités. Au fur et à mesure des échanges, ce sont bien plusieurs axes qui se dessinent.

On peut ainsi entendre çà et là que certains ne soupçonnent pas que leurs vélos renferment “de telles capacités simplement en jouant habilement de quelques clics.” Des capacités que certains prêtaient plutôt “aux modèles plus haut de gamme aux réglages plus nombreux” avant de constater que finalement, SAG et détentes intelligemment manipulés peuvent déjà faire les 3/4 du travail.

D’autres ne pensaient pas “qu’il existe cette marge de manoeuvre peu coûteuse entre les réglages préconisés par la marque, et la préparation des suspensions.” Alors même que finalement, une telle démarche de réglage a tout son sens pour ensuite, au besoin, pouvoir solliciter de manière plus pertinente et efficace, un préparateur en suspension.

Encore faut-il avoir les capacités de jouer de ces réglages. Pour beaucoup, il n’est pas “évident, sans explication et sans conseil, de ressentir l’influence de chaque réglage sur le comportement du vélo.” Un ressenti qui vient plus vite qu’on ne l’imagine, dès que l’on se prête un tant soit peu au jeu. Reste alors à savoir qu’en faire. En la matière, “l’expérience des testeurs de la Rédac’ est précieuse. Ils connaissent la méthode et nous en font profiter. Ça permet d’y voir clair et de mieux saisir dans quelles proportions, et dans quel ordre jouer des réglages”. 

Et puis, il y a ceux qui connaissent la théorie, s’y prête à la sauvette, mais n’avaient “jamais pris le temps, sur une journée complète, de manière bien organisée, de se pencher sur les réglages.” Là aussi, l’occasion d’approfondir certains échanges, d’élargir le champs des connaissances en expérimentant plusieurs solutions à un même cas de figure, afin d’aiguiser sa sensibilité et ses choix.

 

 

La suite ?

Un concept qui s’adresse au plus grand nombre, pilote comme matériel. Une offre qui se structure peu à peu. Des résultats probants dans 100% des cas. Cette première session des Ateliers Endurotribe en appelle forcément d’autres. Sous plusieurs formes.

Sans nul doute, nous réitérerons cette formule neutre et ouverte à tous des Ateliers Endurotribe, où l’on accueille directement à la Rédaction, sur un des terrains que l’on maîtrise le mieux. Mais il est aussi possible que certaines sessions spécifiques, à thème, voient le jour sous forme de jeux concours !

Certaines marques nous ont déjà sollicité pour mettre à profit notre expertise et notre savoir faire en matière de ressenti et d’analyse. L’occasion pour tous de découvrir de nouveaux produits et de nouveaux aspects du fonctionnement de nos montures. Car finalement, si l’on a exploré ici ce qui est le plus captivant, les suspensions, il y tellement à découvrir et ressentir en matière de roues, de pneus, de transmission, de freinage… On en reparle bientôt !

Alice, Antoine & Quentin

Article lu 6 527 fois. Merci !