On nous promettait le déluge, c’est finalement sous le soleil que s’est conclue cette première journée de l’EWS Portes du Mercantour 2016. Des conditions au beau fixe qui ont permis aux meilleurs de se livrer une bataille comme toujours très relevée sur cette Coupe du Monde d’Enduro…

Photos : Enduro World Series 

 

 

Nico Lau making easy work of some exposed lines on stage 1Pour quelques secondes seulement…

Une fois de plus, ce n’est donc qu’une poignée de secondes qui sépare les plus rapides du week-end. Une tendance dessinée dès la première spéciale du jour. Pour cette entrée en matière, Greg Callaghan (Cube Action Team) est le plus rapide. Le top 5 se tient en deux secondes et demi, le top 10 en dix secondes à peine.

À l’oeil, pourtant, chacun fourbi déjà ses armes, assume ses choix de trajectoires, fait preuve se son style propre. Sur une spéciale déjà tant rythmée, parsemée de difficultés et longue de neuf minutes, il s’agit bien d’une bataille à couteaux tirés. Chacun semble encore susceptible de tirer son épingle du jeu.

 

 

Sam Hill was one of the few who looked comfortable on stage 2 in the slick mud. Who would have thought itLe juge de paix

Une tendance qui tient son paroxysme à l’arrivée de la seconde spéciale du jour. 7km et 1100m de D- avalés en moins de 14min pour les meilleurs… Une nouvelle fois dans un mouchoir de poche. 

Une spéciale où Nicolas Vouilloz (Lapierre) fait très forte impression. Son arrivée full gaz, propre, puissante et rapide après tant de dénivelé cumulé, marque les esprits. Il remporte la spéciale pour deux petites secondes.

Pourtant, le run aurait pu revenir à Sam Hill (Chain Reaction). Sans un excès d’engagement et un temps mort, pieds au sol dans la dernière épingle, l’australien aurait pu signer un scratch très symbolique…

 

 

et-ewsmercantour-1Emblématiques terres grises

Reste que l’ultime show du jour revient à Jesse Melamed (Urge/Rocky Mountain). Le canadien est déjà bien placé dans les deux premières : 3ème de la SP1, 6ème du second run, et donc vainqueur de l’emblématique spéciale des terres grises de cette EWS Portes du Mercantour…

Q’importe, pour deux petites secondes devant Nicolas vouilloz. Le pilote Lapierre une nouvelle fois impressionnant de fluidité, d’altruisme et de dynamisme sur son vélo. Un des seuls à oser certaines trajectoires, et certains passages full gaz au coeur du canyon iconique de ce run particulier.

Une spéciale truffée de spectateurs, agrémentée d’une zone couverte pas les speakers en verve, et l’hélicoptère qui tournait au dessus des têtes. Un spectacle auquel il ne manquait qu’un peu de réseau pour vous le faire vivre en live sur notre page Facebook.

 

 

Sam Hill's a danger man on these slick steep trails!Sam Hill en tête du provisoire

Au jeu du cumul, c’est bien Sam Hill qui occupe la tête du classement provisoire à l’issue de cette première journée. Un message fort, après l’annonce qu’il a réservé au micro de Richard Cunningham en préambule de cette EWS Portes du Mercantour.

En vue de 2017, l’Australien consacrera sa préparation hivernale, et la priorité de son calendrier aux Enduro World Series. Le voilà donc prétendant très sérieux au titre, d’autant qu’une fois de plus cette saison, il démontre qu’il est bien capable d’en gagner une, voir l’ensemble…

 

 

Jerome's kit for today was suitably grey, special for this roundOù en sont les favoris ?

Surtout lorsque le leader actuel, Richie Rude (Yeti / Fox), montre qu’il n’est pas la machine à gagner que l’on peut imaginer. 4ème de la première spéciale, 3ème de la dernière, à quelques petites secondes de la gagne à chaque fois… Mais passé au travers de la spéciale juge de paix du jour : 27s de retard sur Nicolas Vouilloz.

Un run à l’issue duquel il n’est pas très loquace, mais où sa tenue, marquée de terre, en dit long sur le contenu de sa prestation… Il occupe du coup la huitième place du classement provisoire.

Au sein du top 10 donc, où l’on retrouve Damien Oton et Jérôme Clementz, toujours en bataille pour la seconde place du championnat. Pour l’heure le Catalan (7ème) a l’ascendant sur l’Alsacien (10eme). Tous deux se sont pourtant montré aux avant-postes. Jérôme dès la première dont il prend la seconde place à 1 petite seconde, Damien dans la seconde, avec une très belle 5ème place à 12s.

 

 

Isabeau Courderier fights the slick singletrack on stage 1Chez les dames

La compétition dans un mouchoir de poche n’est pas l’apanage des hommes. Les femmes aussi s’y prêtent. Deux d’entre-elles en l’occurence : Cecile Ravanel et Isabeau Courdurier.

Pourtant, il aurait pu en être tout autrement. Notamment après le bon début de journée d’Isabeau, vainqueur de la première spéciale pour 2s… Et la chute de Cécile dans la seconde. Victime d’une défaillance de son frein arrière, la pilote Commençal n’a pu éviter une lourde sortie de piste alors qu’elle revenait sur sa concurrente.

Plus de peur que de mal, une victoire de spéciale tout de même, et une position de leader au classement provisoire par une petite marge de 5s. Tout est donc encore possible, et le suspense entier…

 

 

Stopping, pushing up and practicing is common when the lisason is long! Adrien Dailly eyes up another lineLes pépites du jour

On ne peut pas en dire autant du classement espoir. Cette fois-ci, Adrien Dailly (Lapierre) ne laisse à personne le soin de mener la danse. Cinquième temps scratch du matin, excusez du peu, et en avance de 27s sur son principal concurrent, Sebastien Claquin (Urge/Rocky Mountain).

Adrien n’est d’ailleurs pas la seule pépite française à s’être fait remarquée aujourd’hui. Youn Deniaud aussi. Très aérien, relâché et rapide toute la journée, il a dû composer avec un peu de trafic, mais signe notamment un impressionnant 16ème temps scratch dès la première spéciale du jour.

 

 

Grey earth is a shale-splendorReste à confirmer

Pour dimanche, 4 spéciales sont toujours au programme de cette EWS Portes du Mercantour. Et au cumul, il se pourrait bien qu’elle constituent un pécule aussi important que celui d’aujourd’hui. L’occasion donc de confirmer, ou de renverser la vapeur, dans une course où le suspens reste entier.

D’autant que si la météo n’a pas joué le rôle qu’on lui prêtait ce samedi, elle reste incertaine. Les traces de dimanche ont déjà bien reçues lors des reconnaissances, et un nouvel arrosage ne rendrait pas les choses faciles. 

À ce sujet, certaines options de balisage différentes à certains passages clés sont sous le coude de l’équipe d’Olivier Giordanengo pour éviter le pire et préserver une certaine qualité de course. Cette EWS Portes du Mercantour n’a donc pas fini de nous régaler…

 

Résultats complets : http://www.enduroworldseries.com/wp-content/uploads/2016/03/EWS-Portes-du-Mercantour-Driven-by-Urge-SP1-2-3-cat.pdf

Article lu 7 842 fois. Merci !