Après la manche EWS  d’Aspen, la tournée nord américaine des Enduro World Series 2016 continue. Ce week-end, ce sont les iconiques trails de Whistler qui sont au programme. Pour être sûr de ne rien rater, petit point sur l’essentiel de cet EWS Whistler 2016…

Photos : Enduro World Series

 

 

ET-CaptureEWS6Whistler2016Carte

Le Spot – Whistler, Colombie Britannique, Canada

Pour les habitués, Whistler ne se présente pas. C’est LA Mecque du VTT. Cette station tant rêvée où l’été, tout est dédié à notre pratique favorite : des trails à foison tous aussi beaux les uns que les autres, des remontées qui tournent à plein régime jusqu’à 20h, un station qui grouille de riders, des boutiques remplies de bon matos et une ambiance canadienne qui ne s’invente pas.

Ce petit monde se situe à l’intérieur des terres, sur la côte Ouest, nord-américaine. Pour y parvenir, Vancouver et son aéroport international sont des incontournables. La ville traversée par le Stanley Park, puis le North Shore, il faut remonter la Sea to Sky Valley. À Squamish, on laisse la mer derrière soit pour prendre tranquillement de la hauteur jusqu’aux abords de la station.

Ça y est, les trails nous encerclent dans toute la vallée, et le bike park se profile sur la droite, versant Est des lieux. Finies les hautes altitudes du Colorado. La station se niche à 660m d’altitude. Whistler Mountain, sommet du versant Bike Park, culmine à 2100m.

Ici, c’est l’été canadien. Les conditions sont idéales : soleil radieux, 19° à 28°C annoncés pour ce dimanche de course…

 

 

There are a couple of rock rolls on stage 2, Whistler classic tech

Les spéciales

Whistler est très réputée pour son bike park. Mais les plus assidus le savent : il y a autant, voir plus, à découvrir dans la vallée, à la pédale. Les trails entretenus par la WORCA  y sont légion.

À ses débuts, l’étape canadienne EWS faisait la part belle à ces traces… Via un programme dantesque. En 2013 et 2014, l’étape de Whistler faisait partie des plus difficiles de la saison, jouant autour de la barre des 50km presque entièrement à la pédale.

Depuis l’an passé, l’épreuve n’oublie pas d’incorporer plus encore ce qui fait l’autre richesse de l’endroit : l’incroyable densité du Bike Park. On entend ici quelques-unes des traces les plus techniques des lieux. Ces champs de racines et de dalles à ne plus savoir où donner de la tête. Ces secteurs que chacun appelle respectueusement de son doux nom : Black Velvet, Too tight, Angry Pirate, EZ does it…

Cette année encore, le parcours tente de prendre le meilleur des deux mondes. C’est pourquoi, les liaisons alternent remontées mécaniques et portions à la pédale…

EWS-Canada-Course-Map-1

EWS-Canada-Course-Map-3

L’ensemble forme comme un bon burger nord-américain : trois runs ultra-techniques en partie à la pédale dans la vallée, pris en sandwich entre deux énormes tranches de ride dans le Park, pour 50min de chronos cumulés attendus en fin de journée.

ET-CaptureEWS6Whistler2016-2

Connaissant Whistler, n’en doutons d’ailleurs pas. si les trois runs du milieu semblent courts, leurs densités techniques et physiques gardent tout le monde sur le qui-vive !

Peu à gagner, mais tant à perdre. La tension risque donc bien d’être à son comble !

Dans ces dédales techniques, le moindre écart, le moindre relâchement, la moindre approximation peut mettre hors course.

Et ce serait bien dommage ! Comme les années passées, la course s’achève par le mythique run au départ de “Top of the world”.

Du sommet de la station, ce trail à la roche non sans rappeler le Dôme des rousses, rejoint les hauteurs du park pour un enchainement de secteurs tous aussi intransigeants jusqu’à la ligne d’arrivée, sur le parvis de la station… Près de 20min et 1500m de D- plus tard !

 

 

ET-CaptureEWS6Whistler2016

Les clés de ce dimanche…

On l’aura compris, l’étape EWS Whistler 2016 se joue donc sur 5 spéciales, une seule journée de course. Un programme riche et dense. La journée de tous les espoirs et de tous les exploits pour certains.

Car après ça, il ne restera que deux course. Certes pas des moindres, mais deux courses quand même. Après le tournant inattendu du Colorado, Whistler s’annonce plus que jamais comme un juge de paix.

Autant dire qu’après avoir (trop?) roulé au paradis, le plus difficile va être de se remettre dans le bain de la compétition…

Bien heureusement pour tous ces joyeux compétiteurs, le classement général et ses points sont là pour le rappeler.

Aux avant-postes, Richie Rude n’a plus que 210 points d’avance… Et tout le monde se demande ce que le leader à l’épaule froissée dans le Colorado sera capable de faire ici. Les traces de Whistler et leurs innombrables mouvements de terrain n’ont en effet rien à voir avec les pistes lisses d’Aspen. S’il n’est pas totalement en mesure de tirer sur le guidon, l’américain pourrait passer une journée en enfer..!

Derrière, Damien Oton et Jérôme Clementz ont beau avoir partagé quelques bons rides dans le park en début de semaine, la compétition reprend ses droits…

Les deux frenchies en vue ne sont séparés que de 20 points (1900 contre 1880 points). Avec 1800 points Florian Nicolaï n’est pas en reste et sur une journée, tout peut arriver.

Il n’y a d’ailleurs pas qu’aux premières places que le classement s’est resserré après l’épreuve américaine. François Bailly-Maitre reste intercalé au 5eme rang avec 120 points d’avance sur le trio Greg Callaghan / Nicolas Lau / Curtis Keen qui se tient en 40 points. 70 points derrière – de la 9eme à la 20eme place, chaque pilote est séparé du suivant par 25 points en moyenne…

ET-CaptureEWS6Whistler2016-3

Un peloton au sein duquel se situent les valeurs montantes du moment : Jesse Melamed et Rémi Gauvin, les deux canadiens du team Rocky Mountain bien en vue à Aspen, et qui jouent à domicile ici. Josh Carlson, Rémy Absalon et Martin Maes, que l’on espère aussi voir confirmer leurs belles dynamiques du moment… Théo Galy et Yoann Barelli – le frenchie, local de l’étape – que l’on sait capable de grandes choses ici. Un nouveau run de l’espace est-il en cours de préparation ?

Autant dire que ce dimanche, les places au général risquent encore de bouger. Faites vos jeux, rien ne va plus ! Surtout si Sam Hill et Jared Graves ont la bonne idées de signer pareils résultats que lors de leurs dernières prestations respectives. Après la coupe du monde de descente au Mont Saint-Anne, l’australien aux pédales plates a traversé le continent et sera au départ de cet EWS Whistler 2016. Tandis que son compatriote est (très) attendu sur son Specialized..!

Tout ce beau monde devrait prendre part à la course à partir de 20h – heure française – ce dimanche 14 aout 2016… Pour les résultats finaux attendus en pleine nuit, vers 3h30… Ou de bon matin, lundi 15 aout, sur Endurotribe.com 😉

Article lu 6 003 fois. Merci !