Portfolio : Retour sur la première édition de l’Enduro Jura by Julbo

Une grande réussite

Texte : Adrien Mantez # Photos : Benjamin Becker

Le week-end passé se tenait le tout premier Enduro Jura by Julbo, nous voilà donc parti direction Les Moussieres pour découvrir le Haut-Jura et les sentiers de Mr Francois Bailly-Maitre. Connaissant le garçon, je m’attendais à un événement “nature” autant au niveau des spéciales que du reste de l’aventure.

Arrivé à 19h, on est directement dans le vif du sujet. Après avoir récupéré ma plaque, direction l’apéro. L’ambiance est détendue, les pilotes arrivent gentiment. Après 2-3 bières et un apéro bien fourni en produit régionaux direction l’auberge où tous les pilotent ayant opté pour la formule “All inclusive” se retrouvent pour un bon repas bien garni. Apres une bonne nuit dans un hébergement sympa, on se retrouve sur la place du village.

2D7_0896_endurojura

François nous fait un petit briefing et nous prenons rapidement la direction de la SP1. La liaison est rapide, nous voilà déjà au départ de la première spéciale.

Cette première spéciale chronométrée est magnifique, un run entièrement tracé dans un sous-bois assez ouvert. Les lignes sont nombreuses, il faut garder les yeux bien ouverts, la spéciale est coupée par une petite relance puis nous repartons rapidement dans la pente pour du pur bonheur. A l’arrivée les pilotes ont tous le même discours “c’est bon de rouler à vue”. Et oui… Un des rares enduro où personne ne connait les spéciales.

2D7_0957_endurojura

2D7_0931_endurojura

2D3_5031_endurojura

Direction maintenant la seconde spéciale où là encore une petite liaison en vélo d’une dizaine de minutes nous attend.

On laisse la parole à Emmanuel Allaz pour nous parler de la SP2…

“Après une sombre entrée en matière dans la première spéciale, le second segment chronométré se révèle très plaisant, varié mais exigeant ! Après un départ rapide sur un chemin large à découvert, le tracé emmène les coureurs en forêt au gré d’une multitude épingles plus ou moins tordues mais toujours glissantes. Anticiper c’est la clé ! Un petit pédalage intermédiaire laisse place à un sentier en balcon bien exposé où il faut avoir le coeur bien accroché. Cette spéciale 2 s’achève par une section pédalante à haute vitesse… si rapide que la ligne d’arrivée exacte a échappé à bien des participants.”

2D3_4295_endurojura

Apres cette jolie dégringolade, nous voilà à la première navette ! Les bénévoles sont nombreux et prennent soins de nos bicyclettes. Tous les participants sautent dans les bus direction la SP3, sans aucune attente, c’est vraiment sympa et super fluide.

2D7_1152_endurojura

2D7_1154_endurojura

Francois Bailly-Maitre, organisateur de l’épreuve, nous parle de ce prochain run…

“C’est la spéciale que je roule le plus à l’entrainement. Etroite, rapide, raide. Quelques variantes ont été créées pour casser la vitesse puis arrive une partie physique et technique avant d’enchaîner sur un sentier plus glissant en balcon.”

2D3_4350_endurojura

A l’arrivée le ravito repas nous attend, la grande classe : riz, saucisse, jambon cru, sucré, salé, il y en a pour tous les goûts avec même de la Mortuacienne à la mandarine ! Après ce festin, difficile de repartir pour la spéciale suivante, véritable juge de paix du week end.

La spéciale 4 vue par Tracy Moseley…

“La spéciales 4 était la plus longue de l’Enduro Jura et faisait appel à l’ensemble des capacités dont doit faire preuve un pilote d’Enduro ! Il fallait à la fois l’endurance et les capacités physiques pour survivre à deux grosses montées, et un bon bagage technique afin de contrôler son bike dans des conditions très glissantes. C’était un réel challenge qui se terminait même par un devers où il fallait descendre du vélo et courir. Le All Mountain dans toute sa splendeur et un belle manière de terminer une superbe journée de course !”

2D3_4922_endurojura

Une fois de plus nous remontons en navette, la première journée est terminée, tous les pilotes ont la banane et la bonne humeur est bien présente. La journée se conclue par un repas voir même un gueuleton à la salle des fête. Le tout animé par un joli diaporama de la journée et un bénévole bien comique. La soirée se termine gentiment dans l’auberge et sous la tente pour les pilotes ayant opté pour la deuxième formule.

2D7_0859_endurojura

Après une nuit bien humide, le soleil est de retour pour cette deuxième journée qui cette fois-ci se fait tout à la pédale.

2D7_0874_endurojura

2D7_0879_endurojura

Vincent Haulet nous raconte la spéciale 5…

“Rendue glissante par la pluie tombée la vieille, cette spéciale a motivé certains pilotes à sortir les gros pneus. Après un départ sur des oeufs, une grande relance vous brûle les cuisses. Passé un superbe passage en sous-bois, on rentre dans une partie trialisante et très très humide. Pas évident de rouler vite à vue sur cette spéciale où vous pouvez tout casser, bonhomme et/ou vélo.”

2D3_4682

Les choses sérieuse commencent en matière de liaison avec un portage de 45 minutes pour arriver sur le crêt de Chalam.

2D7_1271_endurojura

2D7_1323_endurojura
2D3_4553_endurojura

2D3_4490_endurojura

2D3_4448_endurojura

2D7_1133_endurojura

2D7_1326_endurojura

2D7_1364_endurojura

Le point de vue valait bien ce “petit” portage, offrant une vue magnifique sur les Monts du Jura et même sur le Mont Blanc pour les plus rapides.

On laisse la parole à la Suissesse Lorraine Truong pour découvrir la SP6…

“Pour moi, la spéciale 6 a commencé avant même le déclenchement du chrono. J’ai en effet eu un moment d’extase en roulant le passage raide et piégeur situé juste avant le départ de la spéciale. De quoi entrer dans mon run avec un gros shoot d’adrénaline et une envie d’attaquer décuplée. J’ai donc adoré rouler cette spéciale qui enchaînait passages très rapide et chicanes techniques dans lesquelles il ne fallait pas perdre sa vitesse et le rythme. Je pense que c’est la spéciale du week-end dans laquelle j’ai été la plus relâchée, et cela m’a bien aidé à prendre du plaisir sur les pierres calcaires et dans les freinages glissants. Merci aux trois gars que j’ai rattrapé et qui se sont quasiment jeté dans le talus pour me laisser passer.”

2D3_4590_endurojura

2D7_1083_endurojura

Une nouvelle fois, une grosse liaison d’une heure sur un chemin blanc nous attend, le tout entrecoupé d’un beau gros ravito qui nous amène au départ de la SP7.

Florian Golay nous parle de cette ultime spéciale…

“J’ ai pris mon pied sur les spéciales 5 et 6, mais ce fut rien comparé à cette dernière spéciale qui laissa tout le monde bouche bée tellement ce fut grisant et magnifiquement tracé. Une pièce rare !”

2D7_0996_endurojura

2D7_0990_endurojura

Et bien voilà, le week-end se termine pour tous les pilotes par un immense cri de bonheur en bas de cette magnifique spéciale. Nous remontons tous à la salle polyvalente afin d’assister au podium.

2D7_1172_endurojura

2D7_1198_endurojura

Chez les filles, Tracy Moseley l’emporte devant Lorraine Truong et Clair Hassenfratz.

2D7_1531_endurojura

Au scratch, Nico Lau devance Florian Golay et Damien Escalier.

2D7_1545_endurojura

C’est triste mais c’est déjà fini, l’Enduro Jura by Julbo restera pour moi et pour beaucoup d’autres comme l’événement qu’il ne fallait pas louper en 2015 !

 

Les résultats complets

11538125_818587041602064_5823256909594090925_o

Article lu 3 399 fois. Merci !