BiiVOUAC Pays Diois – Le compte-rendu d’Anne-Caro Chausson

Les Petits Tonnerres

Texte : Anne-Caroline Chausson # Photos : Antoine Bussier/Quentin Chevat

J’attendais cette édition de Biivouac avec impatience…

D’une part, j’ai raté l’édition 2013 suite à une blessure et d’autre part, c’est le genre d’événement, sans pression, où le plaisir de rouler avec les potes et découvrir de nouveaux singles est bien plus important que le résultat. C’est l’essence même du vtt que l’on retrouve sur ces évènements et j’aime ça !

On a rendez-vous, jeudi en fin d’après-midi, au camping de Die, à 2h de route de la maison. Je contrôle la météo (grand soleil annoncé, on va se régaler), rempli vite fait un petit sac d’habits, prend mon duvet, contrôle mon proto 27,5 Ibis et pars rejoindre Simon André mon coéquipier. Et oui coéquipier car Biivouac c’est : du camping, 3 jours de ride, environ 100 km et 12 spéciales chronométrées (départ à 2, le chrono s’arrête au passage du 2ème rider à l’arrivée). Nous sommes les « Petits Tonnerres ».

Biivouac jeudi (15 sur 114)

Biivouac jeudi (63 sur 114)

Arrivé à Die on se rend vite compte de la beauté du site. De nombreuses montagnes surplombées par des murailles de falaises. Au camping, tout le monde s’installe, il faut choisir une tente, récupérer les plaques. On fait connaissance avec les autres riders. Certains sont des habitués et on retrouve aussi des têtes plus familières que l’on croise toute la saison (Oton, Bailly-Maitre, Barelli…). Tout le monde est décontracté, les Suisses mettent l’ambiance. Briefing d’Alice et Greg, 1er repas à la cantine… Biivouac Die est lancé !

Biivouac jeudi (91 sur 114)

Biivouac jeudi (97 sur 114)

 

Jour 1

On commence la journée par un peu de bus (comme tous les matins) pour se rendre à un point haut du côté de Pennes le Sec, au sud de Die. Un peu de pédalage et on arrive au départ de la SP1. C’est vertigineux !

Biivouac vendredi quentin-90

Après un mois sans compétition, je ne suis pas du tout dans le rythme. A chaque freinage je manque de percuter Simon, qui m’ouvre la route (le chemin plutôt). Ces premières spéciales sont très physiques avec des pédalages plus longs que prévus (merci Greg).

Biivouac vendredi quentin-85

Biivouac vendredi quentin-280

Biivouac vendredi-87

Après ces 2 premières spéciales, on remonte en navette. II y a une petite pause repas qui fait du bien.

Biivouac vendredi-139

Encore 3 spéciales. Toutes physiques sur ce sol lisse et gravillonneux, extrêmement glissantes, ponctuées d’épingles. Je souffre physiquement et la vitesse n’est pas toujours là mais la régularité et l’absence de chute payent.

Biivouac vendredi quentin-481

Biivouac vendredi quentin-496

Biivouac vendredi-192

Nous sommes à la fin du Jour 1, 1ère équipe mixte et 5ème scratch.

Greg nous annonce que les spéciales des journées suivantes seront plus descendantes et moins physiques. On ne sait pas si on doit le croire mais ça me rassure. Retour au camping, on file à la douche, un peu de mécanique, on échange sur notre journée avec les autres équipes pendant le repas et au lit ! Le jour 2 s’annonce long avec 1700 m de D+ et 4 nouvelles spéciales du côté du cirque d’Archiane et du Glandasse.

 

Jour 2

8H Départ de la navette. Les paysages sont toujours aussi magnifiques. Les spéciales sont effectivement plus descendantes, toujours sur ces singles très étroits et glissants. Le soleil et la chaleur ne nous facilitent pas la journée.

Je suis les lignes de Simon en toute confiance. On a trouvé le bon tempo (qui est d’ailleurs plus rapide que si je roulais seule). C’est grisant ! A chaque épingle, c’est leçon de pilotage by Simon. J’essaye de faire la même chose et je crois même que j’ai progressé.

Biivouac samedi-90

Biivouac samedi quentin-52

Biivouac samedi quentin-286

Biivouac samedi-148

Biivouac samedi-272

Il y a tout de même des parties très exposées, avec du vide qui m’empêche de lâcher les freins. Mais on suit notre ligne de conduite : « Ne pas faire les malins sous peine de tomber dans le ravin » et on s’en sort sans embuche, en reprenant même du temps sur nos concurrents « les Fourgs singletrack ».

Biivouac samedi quentin-446

Biivouac samedi-330

Après 2 jours de ride, 10h sur le bike et déjà 1h de chrono en spéciales, les jambes commencent à « piquer ». Nous sommes 4ème scratch et toujours 1ère équipe mixte. La vie du Biivouac continue. Douche, mécanique, repas, et 21h30 au lit (sauf pour les Suisses qui continuent leur marathon de la bière tout en suivant le rythme la journée. Respect !)

 

Jour 3

Pas moins de 30 km, 1000 m de D+ et 4 spéciales pour cette dernière journée, du côté du col du Rousset. Les liaisons sont longues, le soleil tape et tout le monde prend son temps.

La SP1 est magique. Départ dans les alpages, 900 m de D- et environ 12 minutes de bonheur. Il y a du rythme, de la vitesse, des appuis… Il faut éviter les ennuis mécaniques et ne pas se laisser embarquer par la vitesse. Pas si facile. Quand on prend autant de plaisir, on a tendance à lâcher les freins. Mais les « Petits tonnerres » ont de l’expérience et gèrent cette ultime journée pour conserver leur 4ème place au scratch derrière les cadors de l’enduro mondial, et 1ère équipe mixte.

Biivouac dimanche antoine-4

Biivouac dimanche antoine-22

Biivouac dimanche antoine-35

Biivouac dimanche antoine-93

Biivouac dimanche antoine-94

Biivouac dimanche antoine-148

Biivouac dimanche podium-1

Biivouac dimanche podium-26

Biivouac Die c’était : 100 km, plus de 4700 m de D-, 13 spéciales, 1h30 de chrono, mais surtout du partage, de la découverte, une bonne partie de rigolade, des paysages incroyables et du ride ! A refaire.

Merci à tous les bénévoles, à Simon pour les leçons de pilotage , à mes sponsors : Ibis, Honda, Mavic, Bos, Magura, Joystick, Sram, Troy Lee Design, Stagepower Lizardskin, Extrain.

Anne-Caro

Article lu 6 742 fois. Merci !