OPEN ENDURO DU BEAUFORTAIN – Le compte-rendu de Laurent Meunier

Laurent Meunier, vieux de la vieille de l’Enduro VTT et extrémiste du sentier, nous raconte son week-end entre potes en Beaufortain à l’accasion du tout premier Open Enduro du Beaufortain…

Gavage

Bon cette fois on y est, c’est enfin arrivé !! Un enduro sans chrono, depuis le temps que j’en avais envie. Pas juste une randuro, mais un rassemblement enduro avec remontée, des sentiers préparés pour et tout et tout…

En plus dans un de mes coins préférés, vous savez le petit paradis vert et pentu loin des usines à touristes habituelles, mais oui le coin où les vaches sont belles et font un fromage qui fond sous la langue et où les sentiers sont pentus, techniques, plaisant, difficiles, faciles, interminables, etc…

La première virée du PTZC dans cette contrée avait été mémorable avec un gavage de sentiers en continu et une soirée inoubliable : la fameuse “Mais vous êtes vieux !!!!… On vous racontera à l’occasion. Les suivantes nous avaient aussi permis un festival d’épingles et de grandes dérives mais l’ambiance était moins bonne lors des soirées du samedi.

Cette année le comité du PTZC était plus que réduit puisque nous n’avions que la Moufette la plus fameuse du Bouquet, et la prius la plus rapide en courbe en la personne de Vrince. Après ses 4 tonneaux en voiture neuve du jeudi soir Damien, un petit (1m96) gars du BCB, nous a conduit en douceur, tandis que Mouf nous sortait de la bouffe d’un autre monde (j’avais jamais mangé un Comté aussi dégueulasse).

La météo était elle aussi au rendez-vous puisque pour éviter toute poussière de bonnes rincées avaient nettoyé les traces jusqu’au samedi matin, mais le soleil a ensuite pris le dessus et nous a réchauffé pour le reste du weekend. On connait les sentiers par là-bas et les traces choisies valaient le détour à plus d’un titre. Les Grosses Pédales ouvrent et entretiennent un paquet de pièces de premier choix dans les montagnes autour du bourg. Les tracés classiques d’Adret’naline, Bikette étaient de la partie mais la Faucheuse faisait son retour avec de la pente pas pour les gamins, et les traces du col du pré nous ont permis de nous gaver de terre bien meuble parsemés de cailloux posés de ci de là. Bref tout était réuni pour un weekend de pure gavage. Et je peux vous assurer qu’en ce qui nous concerne le gavage aurait été interdit par la commission Européenne tant il fût intense tant en quantité qu’en qualité.

Petite journée le samedi puisque nous n’avons pu faire que 5 rotations avec les navettes, à cause d’un petit raté au départ des premières navettes, mais rien de grave l’organisation a été au top tout le reste du temps. Du coup on a ajouté deux tours de plus en rotations privés pour ne pas perdre son temps.

T28A6771

Y a pas à dire, le roulage sans chrono ça n’a rien à voir, c’est vraiment plus sympa. On profite mieux du sentier, on peut prendre le temps de s’appliquer (on a essayé tout le weekend de passer La Faucheuse en laissant les pieds sur les pédales, sans réussir…), on roule ensemble en changeant d’ordre de roulage pour profiter des exploits des autres, on s’en fout de relancer comme des porcs quand c’est plat ou que ça monte, et donc que c’est chiant, du coup on profite que du bon sans avoir aucun inconvénients. C’est comme une sortie du samedi entre potes, sauf qu’on croise plus de monde et que ça permet de retrouver des têtes qu’on voit moins.

T28A6783

La soirée du samedi fût digne de celle de la première année, et si les abdos avaient forcés moins que les bras la journée, ils se sont rattrapés le soir grace à Sylvainized, deuxième gachette des Poils Collés, en fait ils se font appeler « les moustachus » mais d’une ils n’ont que des fausses moustaches collés et de deux ils ont des problèmes de pertes de fluides corporelles qui font qu’ils ont les poils des naughty bits collés. Sa prestation en mini-short raz-les-boules à la buvette fût de haute volée !!! Je vous épargne les épisodes de fausse drague de la charmante Sophie, je ne détaillerai pas non plus son histoire du calendrier qu’il a fait lui avec ses collègues…
Toujours est-il qu’à 3h du mat’ Vrince et Mouf étaient frais comme des gardons nageant dans un fut de bière, et qu’on a bien mis de l’ambiance en rentrant au camping….

Le réveil du lendemain fût difficile (Vrince et Mouf ont loupé la première rotation), mais pour ma part un ptit déj copieux à base de pains au chocolat et de croissants a remis la machine en route.

Journée correcte le dimanche puisqu’on a réussi à faire 8 rotations, sans pause repas il est vrai mais les ravitos étaient suffisamment bons et garnis pour tenir une journée complète. Les vélos en ont pris pour leur grade, la corne a repoussé dans les mains, les triceps commençaient à montrer des signes de faiblesses, mais si il avait fallu en faire une de plus je suis sur que ça passait !!!

T28A7907

On a fini le weekend en rechargeant les réserves de fromage étranger, ben oui chez nous c’est St Nectaire, Bleu, Cantal ou Salers…, à la coopérative pour un trajet du retour avec cette fois des substances agréables au palais.

L’année prochaine il ne faudra louper ce weekend sous aucuns prétextes surtout que connaissant personnellement les loulous de WILDTRACK, ça sera encore meilleur !!!

A vos claviers pour ne rien louper.

Article lu 4 332 fois. Merci !