EWS de La Thuile : Le compte-rendu de Justin Leov

Devenir papa !

Texte : Justin Leov # Photos : Jérémie Reuiller

Tout de suite après Valloire je suis rentré en Nouvelle-Zélande pour une quinzaine de jours. Le passage de l’été à l’hiver fut assez violent ! Mais être à la maison avec Tory, ma femme, m’a fait beaucoup de bien. C’était d’ailleurs là toute la raison de mon voyage puisque Tory était enceinte de 9 mois et pouvait donner naissance à notre premier enfant à tout instant.

Tory a ressenti les premières contractions vers 5h30 du matin le 4 Juillet. À 6 heures nous étions au Christchurch Woman’s hospital et à 9h11 Luca James Leov était né, un rapide ! Heureux et en bonne forme, Tory et le bébé ont regagné la maison le jour suivant, ce qui me laissa le temps de passer encore quelques jours avec eux avant de repartir pour l’Europe.

En arrivant en fin d’après midi le mercredi 9 à La Thiule j’étais surpris de voir la neige sur les sommets environnants. Je m’attendais à retrouver le plein été et je n’avais pratiquement rien de chaud dans mes valises !

Les conditions au sommet, lors des reconnaissances du jeudi matin, étaient extrêmes ; je n’ai jamais eu aussi froid dans toute ma carrière de pilote. Le seul fait de réussir à voir le parcours relevait du challenge. Entre décalage horaire, manque d’entrainement et conditions dantesques j’en venais à me demander ce que je faisais là plutôt que d’être à la maison avec Tory et Luca.

JER_9545

Vendredi, mieux équipé pour le froid et un peu moins déphasé, les choses s’amélioraient.

Le terrain de La Thuile est un bon mélange de de rochers, gravier, herbe et racines. Les passages dans la forêt étaient souvent pentus. Beaucoup de relances à faire sur le plat et des montées courtes et violentes. Je décidais de monter des pneus DH pour le 1er jour car je voulais à tout prix éviter les crevaisons.

Jour 1

La 1ère spéciale du week-end se courait sur le parcours le plus long et le plus éprouvant. Je me sentais bien au départ mais dès la première courte montée sur l’herbe je réalisais que j’avais fait le mauvais choix de pneus. Je devais dépenser beaucoup trop d’énergie et je sentais que je n’allais pas pouvoir tenir ce rythme très longtemps. En finissant la spéciale je savais que la journée allait être longue et difficile.

JER_9889

Pas de bonnes sensations sur la spéciale 2. Je ne roulais pas trop mal mais avec l’impression que le parcours se présentait à moi plus vite que ma capacité à l’interpréter. Je commençais à me sentir vraiment frustré.

JER_0333

Les choses allaient mieux sur la spéciale 3. Je trouvais un bon rythme et de bonnes sensations mais je me faisais surprendre lors d’une courbe où j’oubliais tout simplement de tourne r! Je remontais du fossé, sautais sur mon vélo pour finir avec, de nouveau, un temps très moyen. Je regagnais l’hôtel déçu par ma journée !

Jour 2

Le deuxième jour commençait par la répétition de la spéciale 1 de la veille. Je décidais de monter des pneus plus roulants. Avec la pluie de la nuit on pouvait s’attendre à un parcours très glissant. Justement, une perte d’adhérence de la roue avant m’envoyait au tapis, mais je réussissais à ne pas perdre trop de temps. Je finissais 4ème de cette Spéciale.

5Q2K8971

Je savais qu’il était inutile de pousser trop fort lors des deux spéciales successives; J’étais 9ème au général après la première journée et je tenais à grappiller quelques places, mais en évitant chutes et problèmes mécaniques, pour ne pas compromettre mes chances au classement général EWS.

JER_2058

Je finissait avec le 6ème meilleur temps des spéciales 5 et 6 ce qui me positionnait en 7ème position au classement de l’épreuve de la Thuile.

Je perds une place au général EWS et me retrouve maintenant en 3ème position. Compte tenu des circonstances, je dois dire que je m’estime heureux de ce résultat !

JER_3097

Je remercie pour leur soutien : Trek Factory Racing Enduro, Bluegrass Protection, Met Helmets, Fox Racing Shox, Shimano, Bontrager, Adidas Eyewear, Stages Power Meters, CNP Nutrition.

Encore une course super dure ! Sans doute pas surprenant après une visite éclair en Nouvelle-Zélande pour devenir papa, avant de repartir en Europe pour y livrer bataille à quelques-uns des meilleurs pilotes de la planète !

Justin

Article lu 4 580 fois. Merci !