Coupe de France de Valloire : Le compte-rendu de Théo Galy

Texte : Théo Galy # Photos : Artreflex-photo

Victoire !

Le week-end dernier se déroulait la troisième manche de la Coupe de France d’enduro à Valloire. Nous arrivons le jeudi soir. Le lendemain matin nous prenons place dans le paddock, puis dans l’après-midi nous partons marcher pour reconnaître la spéciale 1 totalement nouvelle. 2h30 de marche plus tard nous sommes en bas mais j’ai les jambes cassées en deux, le tracé est magnifique et ça valait le coup de reconnaître à pied. J’ai hâte de poser mes roues sur cette spéciale !

001-007

Samedi matin, comme tous les matins j’ai du mal à sortir du lit. Un bon déj’ dans le ventre, petit échauffement et il faut embarquer dans les cabines direction le départ. Ce week-end j’ai la plaque 1 gros stress pour moi, dur dur de gérer la pression de favori ! Nous devons parcourir la spé 1 trois fois, le départ du premier run est donné. Je choisis de faire cette première descente sans prendre de risque, rouler propre et ne surtout pas tomber. Tout se passe bien si ce n’est une petite sortie de piste. Je termine ce premier run bien content puisque je décroche le meilleur temps scratch ! Lors du deuxième passage j’attaque un peu plus, je me sens très bien sur le vélo : que du bonheur. Mais à force de trop en mettre évidement je pars à la faute, grosse glissade dans l’herbe heureusement rien de méchant. Je m’arrache sur la portion physique en bas pour obtenir le meilleur temps scratch. Plus qu’un passage. Troisième run, je pars à fond, au milieu j’en remets une couche et sur la dernière portion technique gros soleil, bon ok je l’avais cherché ! Pas de bobos mais une belle frayeur, le vélo à l’air de fonctionner, je repars aussi sec. A l’arrivée je fais une nouvelle fois le meilleur temps scratch ! Vraiment le top cette spéciale, mais maintenant je vais moins rire avec ce qui m’attend.

001-003

Une spéciale au menu de l’après-midi, une spéciale de 30 minutes, très physique, très technique, très belle, juste parfaite. Au paddock je me refais une santé avant de partir sur ce quatrième run. Me voilà au départ, les orages se rapprochent, il est temps d’y aller. Je pars sur un gros tempo, les premiers mètres sont commun avec la spé du matin, la suite en crête est super belle, puis passage en forêt et grosse portion physique. Au milieu de la spéciale je sens que l’orage n’est plus loin, il fait très sombre sous les arbres et le tonnerre gronde fort. Je me motive encore plus, il faut à tout prix éviter le chemin caladé sous la pluie. Encore une fois je vais trop vite, bonne gamelle dans les pierres. La pluie est là, les derniers virages commencent à glisser mais je passe l’arrivée en échappant au pire ! Je claque le meilleur temps scratch. Sur ce coup là j’ai eu de la chance. Je termine cette première journée en tête du classement avec une bonne avance sur mes poursuivants, c’est de bon augure pour la journée de demain. La soirée sera courte pour moi, je suis bien fatigué et je file rapidement au lit.

Dimanche matin les traces du samedi sont bien là, je suis bien mâché par mes chutes de la veille. 8h embarquement pour le sommet, je redoute cette spéciale du dimanche, physique mais aussi et surtout extrêmement piégeuse. J’ai peur de la casse mécanique qui me ferait perdre toute chance de victoire. Le stress du jour est énorme, objectif du premier run prendre ses marques. Je roule propre, surtout pas de faute, je suis le premier à passer et le chemin n’est pratiquement pas tracé. C’est très délicat à rouler ! Je fais le troisième temps scratch. Le deuxième run se déroule mieux, il y a une belle trace je suis plus détendu sur le vélo et du coup je roule mieux tout en assurant au maximum. J’obtiens le deuxième temps scratch. Plus que deux descentes. Sur le troisième run je commence à sentir la fatigue, je fais quelques petites fautes. Mais toujours aucune casse et c’est ça qui compte. Je décroche le deuxième temps scratch ! Pour le dernier run je n’ai jamais eu autant de pression à gérer, il reste une descente, je suis en tête du classement du week-end je ne dois en aucun cas avoir un problème mécanique ! Finalement une fois dedans je ne me pose plus de question, je roule vite et bien, je donne tout au pédalage et je claque le troisième temps scratch ! Arrivé en bas, gros soulagement d’avoir terminé le week-end sans souci.

001-006

Vraiment content d’avoir décroché la victoire sur une épreuve aussi dure que Valloire. J’ai vraiment pris énormément de plaisir à rouler ce week-end. Le vélo a parfaitement fonctionné, c’est une véritable bête de course, nerveuse et fiable, qui descend et pédale comme une reine… Cette première victoire scratch en Coupe de France me fait beaucoup de bien dans la tête !! Maintenant le moral est au beau fixe pour attaquer Val d’Isère dans trois semaines.

Article lu 4 259 fois. Merci !