Enduro d’Aure 2012 : Le compte-rendu de Greg Noce

Photos : Evolution 2 St Lary/Vélo Attitude

Inimaginable…

Puisqu’il faut bien attaquer un jour la saison et que cela commençait à me démanger sévère, j’avais choisi d’aller poser mes crampons dans les Pyrénées le week-end dernier à l’occasion de l’Enduro d’Aure, troisième du nom. Les très bons échos des précédentes éditions et la gentille invitation de Stéphane, Boss du shop Evolution 2 / Vélo attitude à Saint Lary auront finalement eu raison de moi. Me voilà parti, mon Enduro carbone et moi direction Saint Lary Soulan dans les Hautes-Pyrénées avec au programme, sur les deux jours 1500m de positif et 3200 de négatif, de quoi se remettre en jambe allègrement…

Premier bon tour de ride de 3h le vendredi en compagnie de Clément Bras (future bonne surprise du week end) sur les magnifiques trails du secteur et sous une chaleur écrasante. En fin d’après-midi je file récupérer ma plaque au shop puis j’enquille un plat de pâtes, qui glisse dans mon estomac avec l’aide de deux bières en guise de réhydratation.

Samedi matin, réveil 7h, « gros » petit déjeuner à grands coups de tartines miellées pour être bien certain de tenir la journée qui s’annonce très longue. Départ de la première spéciale du week end au sommet du Col d’Hourquette, direction Ancizan 800m plus bas. Ce sera la plus longue spéciale du week end et la plus complète. Petit Tonnerre, alias Simone, alias la mèche, alias Simon André a le plaisir d’ouvrir la piste et me précède donc. 12 minutes 22 secondes, c’est le temps qu’il m’aura fallu pour dévaler la montagne. Le tracé était vraiment varié alternant passages en sous-bois dans de la bonne terre, puis traverse assez physique dans les feuillus pour finir par des épingles entre les buis, glissantes mais de toutes beautés ! Le temps de papoter en bas avec les premiers pilotes je me rends compte finalement que je n’ai fait que peu d’erreurs sur une spéciale assez compliquée. En glissant un œil sur les temps, je m’aperçois que je démarre la matinée aux avant-postes avec dix secondes de bonus sur Simon, cool !

Nous voilà rapidement reparti pour une longue liaison sur le versant voisin, environ 1h10 d’ascension pour une « micro » spéciale de 2mn. Petite mais super drôle, ça tourne dans tous les sens, des appuis, des sauts, des whoops, des courbes rapides, enfin il ne fallait pas trop s’endormir… Ce que j’ai moins bien fait et je me prends cinq bonnes secondes dans les dents par Simon.

S’en suivra une liaison descendante qui traverse, par tronçons, la route. On s’attend, on forme un petit groupe et on met les gaz !! Je me faufile devant et on attaque le « tchoutchou » à coups de Yeeeaaah !! Le Sentier est étroit et super rapide, on enchaine deux trois courbes la vitesse monte petit à petit. S’en suit une petite rupture dans les cailloux, avec la vitesse je décolle un peu et là c’est le drame… A la réception la roue heurte un petit rocher caché sous les herbes hautes et me voilà « catapulté » à quarante à l’heure par-dessus mon vélo. Le tricks est beau, une sorte de suicide front flip à la vitesse du son ! Quelques secondes plus tard je refais surface dans un champ d’orties, de ronces, entre des arbres et j’entends Simon qui me glisse : « Oh putain, ça va Grégou ?? J’ai entendu une déflagration !! J’ai jamais vu une boitasse comme ça !! ». Je bouge mes membres, tous, un par un et je lui dis : « c’est ok, j’ai rien » tout heureux de lui annoncer la bonne nouvelle. Sous la force du choc ma roue s’était tordue et j’avais donc déjanté. Un peu comme un accident sur l’autoroute j’avais créé un bouchon en liaison !! Les potes m’ont aidé a réparé le temps que je refasse surface, Simon me tenant le bike et Sébastien « Corsica » Ferri gonflant ma roue avant, merci les copains. S’en suivra une énorme liaison pour rejoindre le départ de la spé trois en plein cagnard.

Ce troisième run sera l’un des plus beaux du week-end, des enchainements de courbes et épingles qui se passent à grandes vitesses tout en sous-bois, de la glisse, du grip, un bonheur à piloter ! A ce petit jeu c’est Kévin Lorenzato le plus rapide, je le suis d’une seconde et « petit tonnerre » non loin. La liaison suivante sera beaucoup moins animée que la précédente, je n’ai encore jamais réussi à faire un front flip en montant.

Nous voilà au départ de la dernière spéciale de la journée, d’environ cinq minutes, avec des épingles d’un autre monde ! Pour les passer j’ai appliqué la technique du troisième point d’appuis. Impossible à enrouler, j’avais décidé de poser mon pied à l’inter puis de faire tourner le vélo autour de moi en le soulevant quasiment en entier. Technique ancestrale, qui a le mérite d’être efficace à défaut d’être esthétique. Moi qui pensait avoir bien roulé, je me suis vite calmé quand j’ai vu la « chicousta » que nous avait infligé « small Tonerre » et son Commencal AM 29 de série (en test pour le magazine Bike) !! Quinze seconde dans les dents, comme quoi ça peut aussi tourner serré avec un 29…

Je termine donc la journée deuxième, neuf secondes derrière Simon et avec dix-sept d’avance sur Kevin. Quelques tranches de saucissons plus tard, la petite équipe décide de repartir « se finir » sur les traces du lendemain. On charge les bikes sur les portes-vélos, on s’organise pour les rotations et on décolle direction le col d’Azet. C’est alors que, non loin du sommet, la deuxième déflagration de la journée se fit attendre par les ours de la vallée ! Clément qui drivait tranquillement sa voiture me dit : « Tient, c’est bizarre ce bruit ! ». On immobilise le véhicule et on sort de la caisse essayer de trouver l’origine du coup de feu. C’est bizarre il y avait de la fumée… « Ahhhh !! » Mon pneu avant avait éclaté !!! Le pot catalytique de la voiture avait fait chauffé plus que de raison la roue, le pneu était en train de prendre feu et la roue carbone avait explosé en chauffant !!! Je pense qu’après une journée comme ça il ne peut plus rien m’arriver. Après avoir séché mes larmes et changé une fois encore ma roue avant nous sommes repartis pour un long et dernier run, d’une journée déjà bien remplie.

Cette fois-ci tous en file indienne à fond !! Puisque j’avais décidé d’emmerder tout le monde aujourd’hui on put enfin repartir après avoir réparé mon anti-D et ma chaine qui s’étaient mis en travers au bout de trente-cinq secondes, sans avoir même filé un coup de pédale ! Il y a des jours comme ça ou le sort s’acharne… La journée se termina vers 19h après s’être perdu à moult reprises et en finissant on ne sait toujours pas comment par plusieurs petits groupes éparpillés à Saint Lary… Un plat de pâtes, une pizza, une tarte aux fruits, des boules de sorbets et deux bières en guise de récup’ plus tard je décide de filer au dodo…

Dimanche matin, huit heure trente, départ au sommet du ol d’Azet, pour une cinquième spéciale très typée DH. Un soupçon trop à mon goût pour une spéciale d’Enduro. Mais encore une fois un superbe travail de préparation de la piste ! Sur cette deuxième journée Simon se promena complètement et aura survolé les débats.

Pour clôturer la journée on fera deux fois la même spéciale avec une dernière grosse liaison entre. Mais quelle spéciale !! Une œuvre d’art. Très variée, rapide, avec des virages qui referment, des courbes à pleine vitesse, un peu de pédalage, de la terre meuble, puis des cailloux et un grip de folie ! Le genre de spéciale où l’on sourit tout le long, vous voyez ce que je veux dire… Franck Parolin, parrain du Trophée, avait fait le déplacement pour cette ultime journée et s’élançait après la meute.

Belle bagarre pour l’accès au podium entre Kevin Lorenzato, Rémi Durand et Julien Magne qui auront tous connu leurs « petites galères » dans le week end. Kevin grimpera sur la troisième marche. Chez les Dames,  Magalie Piederriere l’emporte devant Maelis Lapeze et Carole Armanet.

Après une remise des prix grassement dotée sous les couleurs Specialized (partenaire de l’épreuve) et très conviviale, je quitte la vallée d’Aure rempli de splendides images pyrénéennes, de trails sublimes, de gens chaleureux et d’anecdotes croustillantes à raconter plus tard, bien plus tard, à mes petits-enfants… Vive les Pyrénées et vivre l’Enduro d’Aure !!

Top 30 Scratch :

Pour en savoir plus :

Le classement complet Velo Attitude Le blog de Greg Noce

Article lu 7 747 fois. Merci !