Compte-rendu et résultats : François Bailly-Maitre nous raconte sa Transvésubienne 2012

Et 1, et 2, et 3 !

Le jurassien François Bailly-Maitre (Scott Les Saisies), triple vainqueur consécutif de la Transvésubienne, nous raconte ses aventures lors de l’édition 2012

Texte : François Bailly-Maitre # Photos : Benjamin Vibert

Alors, le week end a commencé par le prologue, que je n’avais jamais connu sur la Transvésubienne. On est parti par vagues de 50 coureurs selon les dossards. Le circuit était vraiment très joli, j’ai pris beaucoup de plaisir à rouler et en plus je remporte le prologue ce qui me donne quelques précieuses secondes d’avance pour le lendemain. Le circuit comportait de tous les styles de pilotages, gras en haut avec des racines hyper glissantes, du physique bien physique ;-), des parties rapides et cassantes assez sèches, de la voie romaine ultra glissante et de l’urbain, bref tout y était !

Dimanche, place à la vraie course, départ à 6h30. Ça part assez vite avec Fred Frech et Paul Rémy que je ne suis pas dans la première ascension. Je sais la course très très longue et ne veux pas laisser des forces inutilement si tôt. Je les rejoins assez rapidement à la faveur d’une première portion descendante. On termine la première ascension avec Fred dans le brouillard matinal de la Vésubie, le Sud ce n’est plus ce que c’était ! 😉

Dans la première vraie descente, je prends un peu d’avance et me voilà lancé pour encore 5 h en solo. Seulement, je m’aperçois assez rapidement que mon pneu de devant perd de l’air, mais ce n’est pas une crevaison… Bref, je me suis arrêté remettre de l’air grâce à des cartouches de CO2. Au final, je suis un peu inquiet, je perds du temps, Fred me redouble et je ne sais pas combien de temps mon pneu va tenir…

Dans la descente du Brec d’Utelle, rebelotte ! Je suis obligé de m’arrêter de nouveau, j’ai peur que Fred que j’avais rattraper au Brec me redouble et que je perde toute l’avance gagnée dans le descente. Seulement, je n’avais plus beaucoup d’air à remettre dans le pneu, je décide donc de terminer la descente jusqu’à Utelle tranquillement pour ne pas crever pour de bon. A Utelle, je reperds quelques secondes pour regonfler avec une pompe à pied.

Mes ennuis s’arrêteront ici, ouf !! Le pneu n’a plus perdu. La suite se passe donc bien au niveau mécanique, il ne reste plus qu’à tenir la longueur de la course, la moitié n’étant encore pas passée.
J’ai géré les montées de sorte à franchir le maximum en vélo, et à en garder pour le Col du Travail & co que je sais très éprouvants. Mais je suis un peu inquiet car je vois Fred revenir très prêt avant le ravito N°3.

Je fais donc toute la fin très rapidement de peur de me faire reprendre. Fred ayant crevé, j’avais en fait un peu de marge, mais ça je ne l’ai su qu’à l’arrivée… Je suis extrêmement satisfait de remporter une nouvelle fois la Transvé, toujours aussi éprouvante, et cette année sur un autre modèle de vélo tout aussi performant que le Genius, le Scott Spark 29 pouces.

 

Les résultats :

Top 20 Scratch

Pour en savoir plus :

Classement du Prologue
Classement général
Le film 2012

Article lu 10 199 fois. Merci !